Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Arles Contemporain, 60 lieux d'expositions et des événements tout l'été du 26 juin au 6 septembre 2020

art contemporain - photographie - installations – performances - musées - fondations - galeries - ateliers d'artistes - lieux éphémères et mixtes


60 lieux à visiter dans la fraîcheur des vieilles pierres et du patrimoine arlésien où art contemporain, photographie, installations et performances rythmeront la saison estivale.
Arles Contemporain, association de galeries permanentes d’art contemporain à Arles (créée en 2013), accueille et coordonne pour l'été 2020 le programme de tous les lieux d’exposition de la ville, qu’ils soient pérennes ou éphémères.

Scannez le QR code et découvrez sur votre téléphone les expos.
Arles Contemporain, 60 lieux d'expositions et des événements tout l'été du 26 juin au 6 septembre 2020

Les lieux

Institutions / Fondations
Église Frères Prêcheurs, Espace Van Gogh, Fondation Manuel Rivera-Ortiz – Action Collective Temporaire, Fondation Manuel Rivera-Ortiz – Les Pionniers, Fondation Vincent Van Gogh Arles, Luma Arles – Parc Des Ateliers, Musée Réattu – La Boîte de Pandore, Musée Réattu – La Donation Harold Ambellan, Musée Réattu – Le Grand Cabinet Photographique, Palais de L’archevêché

Galeries
Anne Clergue Galerie, Arles Gallery, Art&Fact L’espace, Aux Docks D’arles, Circa, Espac, Black&White Photographie, Extramentale, Galerie Huit Arles, Galerie Iso, La Belle Étoile Arles, Galerie Le Corridor, Lhoste, Galerie M@G, Galerie Omnius, Galerie Olivier R Bijon, Galerie Quatre
Galerie Regala, Galerie Renzo Wieder, Galerie Shadows, Galerie Voies Off :: Arles, The Eye Sees

Ateliers d’artistes
Atelier Alonso, Atelier Bessompierre, Atelier Kiki Tonnerre, Atelier Jonathan Pierredon, Atelier Reeve Schumacher, Galerie Karine Meyer

Lieux mixtes et éphémères
Alyscamps, Archa Des Carmes, Arles Plaza Hotel, Café De La Nuit, Café Georges, Chapelle De La Madeleine, Chapelle Du Méjan, Croisière, Croisière – Wip2020, De Natura Rerum, Galerie Domus Reattu, Etienne Racine, Fisheye Gallery, Gil & Do, L’esquisse, Le 36arles, La Place Des Photographes, Galerie Lea Lund & Erik K, Le Buste Et L’oreille, La Maison Close, Galerie Librairie, Actes Sud, Maison Volver, Miam, Molière 22, Galerie Monstre, Palais, Galerie Du Palais

Philippe Caubère : Lettres de mon Moulin d’Alphonse Daudet. 14,15 août 2020 à 21 h / 18, 19 août 2020 à 21h

Philippe Caubère © Hervé Hôte Chapelle de la Madeleine
Philippe Caubère © Hervé Hôte Chapelle de la Madeleine
« J’ai relu les œuvres d’Alphonse Daudet il y a un an de cela, par simple curiosité, pour voir si je ressentirais le même plaisir, le même trouble que pendant mon enfance.
Emporté par la force de cette écriture, de cette pensée, par ce sens du drame et de la comédie, l’envie m’est venue d’en faire un spectacle. Et même deux différents pour que l’œuvre puisse être donnée dans sa plus grande partie sans que chacune des deux soirées ne soit trop longue. Je ne vais pas me lancer dans de grandes théories littéraires ou théâtrales, - encore moins politiques…- pour expliquer mon choix de monter et jouer Alphonse Daudet plutôt que celui-ci ou celle-là.
En définitive, la seule chose qui m’a vraiment motivé, c’est l’envie de m’amuser et d’amuser les autres, petits et grands. La seule à part une autre, plus
particulière et personnelle ; après l’Adieu à Ferdinand, je savais qu’un vide se ferait sentir et qu’il me faudrait quelque chose de fort pour ne pas y sombrer. Une chose qui me ramène à l’enfance, à la mienne comme à celle de tout le monde. L’enfance de l’art aussi.
Voilà, juste ça : des histoires, des paysages, des personnages, des accents.
Et un pays. Le mien : la Provence.

Cela ne sera pas une lecture… Je sais ce qu’est une « lecture jouée » pour en avoir fait souvent. Tous mes spectacles bâtis sur des textes qui n’étaient pas de moi, que ce soit Aragon, Montcouquiol, Benedetto, Suarès ou Pagnol, sont tous passés par cette étape. Et puis, Alain Cuny avec Claudel, Fabrice Luchini avec Céline, Jouvet et tant d’autres poètes, plus près de moi Michel Galabru avec les lettres de Raimu, et bien d’autres donnent à ce genre ses titres de noblesse.
Mais aussi valables soient ces exceptions, la lecture, « jouée » ou non, reste pour moi le degré zéro du théâtre.
Apprendre le texte m’en paraît être le degré un, le mettre en scène le degré deux, et le jouer, - mais, attention : le BIEN jouer ! - le trois. Sauf que là… c’est une autre affaire. Au sujet de laquelle on ne peut faire aucune promesse, ni donner de garantie. Juste en émettre le souhait, l’espoir, peut-être le rêve. S’y employer avec le plus de force, de patience et d’acharnement possibles. C’est un choix artistique. Apprendre le texte, c’est choisir de le pénétrer plutôt que de le survoler, le visiter, l’explorer plutôt que de se contenter de se laisser « traverser » par lui, c’est s’en imprégner enfin, en jouir, en souffrir aussi, bref se l’approprier. Pour avoir une chance, une petite chance, d’un jour pouvoir l’incarner comme si on l’avait écrit. Jouer les Lettres de mon moulin comme si c’était moi qui les avais pensées, imaginées. Comme si je m’en étais souvenu. Comme si je les avais vécues.»

Tarif : 12 euros – Ouverture de la billetterie début juillet


Pierre Aimar
Mardi 23 Juin 2020
Lu 177 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 233



Inscription à la newsletter




Coup d'œil sur une page

Coup d'œil sur une page