arts-spectacles
Sortir ici et a
Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Ardèche, Caverne du Pont d’Arc : exposition « Des Lions et des Hommes » du 6 avril au 22 septembre 2019

La Caverne du Pont d’Arc, réplique de la grotte Chauvet, joyau de l’art pariétal, présente sa première exposition temporaire internationale du 6 avril au 22 septembre 2019


Inspirée par les nombreuses représentations de lions des cavernes dans la grotte Chauvet – la moitié de celles connues dans tout l’art pariétal - l’exposition explore un sujet inédit : les relations que les hommes ont entretenues avec les félins au fil des âges et des continents à travers plus de 180 œuvres d’art exceptionnelles (objets sculptés et gravés, amulettes, céramiques, bustes ou masques…) issues de prestigieuses collections nationales et internationales.

Datée de 46 000 ans, la momie de lionceau congelée venant de Sibérie, république de Sakha, est présentée pour la première fois en France. Elle côtoie les animaux naturalisés tout droit arrivés des collections du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, tout comme les œuvres exceptionnelles du musée du Louvre, du musée du quai Branly-Jacques Chirac, du musée Cernuschi à Paris ou du musée des Beaux-Arts de Lyon, mais aussi de la collection antique (Antikensammlung) et du musée ethnologique (Ethnologisches Museum) de Berlin…

Pendant des siècles, lions, jaguars, tigres et panthères ont marqué de leur force et de leur beauté les pensées et les croyances des hommes dans toutes les civilisations où ils ont cohabité : Europe préhistorique, Antiquité méditerranéenne et proche-orientale, Asie, Amérique du Sud et Afrique.
Au fil des sept aires civilisationnelles abordées, l’exposition révèle une fascination quasi universelle de l’homme à l’égard des félins : léopard, emblème de pouvoir en Afrique de l’Ouest, jaguar déifié dans les cultures précolombiennes, ou encore tigres et panthères des neiges protecteurs chez les peuples nomades d’Eurasie...
L’approche audacieuse de l’exposition fait dialoguer les disciplines : sciences naturelles, ethnographie, histoire de l’art, archéologie. Œuvres d’art, animaux naturalisés, vidéos, mythes et récits rythment le parcours et offrent les clés d’une compréhension globale de cette relation séculaire : À quoi ressemble l’animal ? Comment l’homme l’a-t-il représenté ? Quels symboles en a-t-il tiré ? Quels mythes a-t-il créé ?

« Des Lions et des Hommes » invite ainsi le visiteur à poser un regard singulier sur ces sociétés préhistoriques, antiques ou prémodernes, empreintes d’un héritage animiste ou polythéiste qui ont vu se transformer les relations de l’homme à la nature et au monde animal. Après 400 siècles de fascination, les grands félins ont-ils toujours une place à nos côtés ? L’exposition dresse enfin, en collaboration avec la fondation Panthera, un état de la conservation des grands félins sur la planète et du travail mis en œuvre pour les sauvegarder.

Commissariat de l’exposition
Dr. Maria Gonzalez Menendez (historienne de l’art, responsable d’exposition à la Caverne du Pont d’Arc), en collaboration avec Dr. Valérie Molès (préhistorienne, responsable de la médiation culturelle à la Caverne du Pont d’Arc) accompagnées d’un comité scientifique de spécialistes zoologues, paléontologues, préhistoriens, historiens, historiens de l’art et ethnographes.

ZOOM SUR TROIS OEUVRES


Égypte : le lion protecteur

Gargouille en forme de tête de lion, Abousir (Égypte), vers 2340 av. J.-C., basalte 21 x 25 x 14,2 cm, inv. ÄM 16700, Berlin, Ägyptisches Museum und Papyrussammlung. © Staatliche Museen zu Berlin – Ägyptisches Museum und Papyrussammlung, Foto: Sandra Steiß
Gargouille en forme de tête de lion, Abousir (Égypte), vers 2340 av. J.-C., basalte 21 x 25 x 14,2 cm, inv. ÄM 16700, Berlin, Ägyptisches Museum und Papyrussammlung. © Staatliche Museen zu Berlin – Ägyptisches Museum und Papyrussammlung, Foto: Sandra Steiß
« Le plus souvent, ces gargouilles, connues depuis l’Ancien Empire à l’entrée des temples et, plus tard, des palais, apparaissent sous la forme d’un lion. […] Leur fonction de gardiens des temples est évoquée dans des textes de l’époque gréco-romaine […] et il n’est pas rare que les gouttières soient flanquées d’autres dieux à tête de lion, qui servent aussi de protecteurs de l’édifice. […] Habituellement, on peut assimiler les gargouilles des temples aux dieux qui y sont vénérés, et qui peuvent eux-mêmes apparaître, parfois indirectement, sous la forme d’un lion. »

Grèce et Rome : le lion, modèle du héros

Tête d’Héraklès, Herculanum (?, Italie), copie romaine d’un original grec du du Ve siècle av. J.-C., marbre, 47 x 28 x 30 cm, inv. Sk 188, Berlin, Antikensammlung. ©Antikensammlung, Staatliche Museen zu Berlin - Preußischer Kulturbesitz, Foto: Johannes Laurentius
Tête d’Héraklès, Herculanum (?, Italie), copie romaine d’un original grec du du Ve siècle av. J.-C., marbre, 47 x 28 x 30 cm, inv. Sk 188, Berlin, Antikensammlung. ©Antikensammlung, Staatliche Museen zu Berlin - Preußischer Kulturbesitz, Foto: Johannes Laurentius
« Le héros-lion par excellence est naturellement Héraclès “cœur de lion”. Comme Samson dans la tradition hébraïque, il est celui qui à la fois terrasse le fauve et fait corps avec lui. Les représentations du héros dans ses autres travaux le figurent très souvent revêtu de la peau du lion, qui est moins une dépouille qu’une seconde peau. En effet, le lion n’est pas seulement le plus digne adversaire de l’homme, il est aussi le modèle accompli du héros. Terrassé, le lion, dont le héros s’est approprié les vertus, revit en devenant l’enveloppe corporelle du héros, et l’art hellénistique accentue ce motif puissant, dont témoigne la tête d’Hercule en marbre d’Herculanum : la tête léonine n’est pas une simple capuche, et le visage d’Héraclès semble émerger de la gueule du lion comme sa face intime. »

Afrique : le lion, symbole de puissance

Masque zoomorphe de la société du Koré, culture Bamana (Mali), avant 1964, bois et osier, 46 x 31,5 x 18,5 cm, inv. 73.1964.11.3, Paris, musée du quai Branly – Jacques Chirac. © Musée du quai Branly - Jacques Chirac, distr. RMN-Grand Palais / Claude Germain
Masque zoomorphe de la société du Koré, culture Bamana (Mali), avant 1964, bois et osier, 46 x 31,5 x 18,5 cm, inv. 73.1964.11.3, Paris, musée du quai Branly – Jacques Chirac. © Musée du quai Branly - Jacques Chirac, distr. RMN-Grand Palais / Claude Germain
« Le masque de lion est un des emblèmes majeurs de la société initiatique du koré. Tous les 7 ans environ, les garçons d’un même village doivent « être tués au koré » pour renaître sous la forme d’hommes forts. Le processus initiatique, long et difficile, permet d’éprouver le courage des jeunes. Les nouveaux membres sont répartis en différentes classes, chacune ayant pour emblème un masque spécifique en forme de lion, de singe ou d’hyène, trois animaux sauvages associés à la puissance chez les Bamana du Mali. […] Le haut front bombé témoigne de l’intelligence du lion.
Les deux oreilles triangulaires, dressées au sommet de sa tête, évoquent la vigilance du félin aux aguets ; une large gueule
pourvue de crocs rappelle sa férocité. Les volumes énergiques de la sculpture, soulignés par une patine sombre et brillante, confèrent à cette œuvre force et majesté. »

Informations pratiques

Catalogue
Des lions et des hommes.
Mythes félins : 400 siècles de fascination

Editions Gallimard
160 pages/130 illustrations
Parution : 4 avril 2019

La Caverne du Pont d’arc

Plateau du Razal
07150 Vallon Pont d’Arc.

Dates et horaires
Site ouvert toute l’année
Exposition du 6 avril au 22 septembre 2019 Tous les jours à partir de 11h

tarifs
Billet exposition (inclus : accès au site, à la galerie de l’Aurignacien et aux animations pendant les vacances scolaires)
9,6 € / adulte
4,8 € / jeune (10-17 ans)
Gratuit pour les moins de 10 ans

Billet exposition + visite de la cavité (inclus : accès à la galerie de l’Aurignacien et aux animations pendant les vacances scolaires) 16,5 € / adulte
7,5 € / jeune (10-17 ans)
Gratuit pour les moins de 10 ans


Pierre Aimar
Vendredi 21 Décembre 2018
Lu 223 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 218



Inscription à la newsletter

Festival ici et ailleurs 2019

Cliquez sur l'image pour télécharger

e-magazine interactif !
Textes et espaces publicitaires
sont des liens pour les sites des festivals


35e édition du Festival Radio France Occitanie Montpellier


Cliquez sur l'image pour télécharger le programme