Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Achille Emperaire, peintre, à l'Atelier Cézanne et à la Galerie Alain Paire, Aix-en-Provence, du 5 décembre 2013 au 26 janvier 2014

Jusqu'à une date très récente, Achille Emperaire (1829-1898) nous était principalement familier pour les commentaires des historiens de l'art à propos de son grand portrait par Cézanne, aujourd'hui visible au musée d'Orsay.
C'est la dernière exposition de la galerie Alain Paire avant sa fermeture définitive.


Cézanne, Portrait d’Achille Emperaire, 1867-68, 42 x 40 cm peinture murale transférée sur toile, ill, Kuneo Fukamoto, Tokyo (Catalogue Rewald 141).
Cézanne, Portrait d’Achille Emperaire, 1867-68, 42 x 40 cm peinture murale transférée sur toile, ill, Kuneo Fukamoto, Tokyo (Catalogue Rewald 141).
Emperaire était de dix ans plus âgé que Cézanne : il avait quarante ans lorsqu'il posa sur le grand fauteuil du salon du Jas de Bouffan. Quelques tableaux de cet artiste très mal connu - un paysage bleu, une scène de Duel, des natures mortes et un Nu couché - ainsi que le dessin d'un autoportrait, furent longtemps présentés dans les collections permanentes du musée Granet.

Il y eut très peu d'expositions et d'études à propos d'Emperaire. En 1936 John Rewald écrivit un article pionnier d'une dizaine de pages. L'événement le plus conséquent imaginé autour de son oeuvre fut réalisé en juillet 1953. Le collectionneur aixois Victor Nicollas avait réuni avec l'aide du conservateur du musée Granet Louis Malbos et de l'antiquaire Raphaël Chiappetta une soixantaine de toiles et de dessins. Un catalogue avec une préface de Jean Leymarie garde mémoire de cette exposition du 24 du Cours Mirabeau, programmée dans le local de l'association des Amis des Arts.

Une double exposition est réalisée pour décembre 2013 et janvier 2014 par Michel Fraisset, le conservateur de l'Atelier Cézanne et le galeriste Alain Paire. Tous deux ont obtenu de collectionneurs privés aixois le prêt d'une cinquantaine de petits formats, des toiles et des oeuvres sur papier. Au terme de cette sélection, Achille Emperaire apparaît comme un peintre difficilement classable. Son oeuvre qui n'eut pas de commanditaires est étonnamment libre, principalement aimantée par des nus féminins dont il multiplia les dessins. Certains de ses paysages peuvent faire songer à Monticelli, quelques-uns de ses portraits évoquent Degas ou bien Thomas Couture dont Emperaire suivit les cours à Paris. Certains de ses travaux peuvent paraître académiques, d'autres annoncent rien moins que Seurat et Matisse.

La chronologie de cette oeuvre est actuellement difficilement réalisable. Beaucoup de chaînons manquent ; on ignore quelle fut sa production à Paris où il vécut entre 1857 et 1882. Pour le catalogue qui comporte une soixantaine de reproductions, Michel Fraisset et Alain Paire ont choisi des regroupements par thèmes : "Portraits", "Paysages", "Natures mortes", "La Femme et l'enfant", "Nus féminins", "Amazones et mousquetaires".

Simultanément, il fallait reconstituer pour le catalogue l'itinéraire d'Achille Emperaire, l'histoire de ses tableaux. Le centre aixois des archives départementales et son conservateur Jérôme Blachon, le service de documentation du musée Granet ont apporté leurs concours. Des écrits jamais encore divulgués - par exemple, la lettre du poète Raoul Lafagette qui obtint pour Emperaire la copie d'un tableau du Louvre - diverses recherches précisent plusieurs traits du parcours d'Achille Emperaire. Entre autres, sa naissance au coeur d'une famille frappée par de multiples deuils : Emperaire avait dix frères et soeurs, il fut des quatre qui survécurent. Avant de devenir un fonctionnaire de sous-préfecture, son père fut orfèvre-graveur. Sa mère mourut à l'âge de 44 ans, Achille était un garçon de 11 ans.

A la fin de sa vie, Achille Emperaire participa à des expositions collectives dans sa ville natale. En 1887 il expose quatre dessins et trois huiles au musée d'Aix, la critique locale n'a pas de tendresse à son égard. En décembre 1895, il participe aux côtés de Cézanne à la première exposition des Amis des Arts.

John Rewald estimait que Cézanne pensait à Emperaire dans cet extrait d'une lettre à Joachim Gasquet (30 avril 1896) : "J'ai encore un brave ami de ce temps-là, eh bien, il n'est pas arrivé, n'empêche qu'il était bougrement plus peintre que tous les galvaudeux à médailles et à décorations que c'est à faire suer". Achille Emperaire mourut à l'âge de 68 ans, le 8 janvier 1898. Pendant ses obsèques, Joachim Gasquet fut l'un de ses rares accompagnateurs et témoins : son vieil ami Cézanne n'était pas présent à Aix lorsque survient ce décès.

Paysage de la campagne d’Aix, Huile sur toile marouflée sur carton, 16 x 21 cm, Musée Granet, Aix-en-Provence
Paysage de la campagne d’Aix, Huile sur toile marouflée sur carton, 16 x 21 cm, Musée Granet, Aix-en-Provence

Informations pratiques

Achille Emperaire peintre
Du 5 décembre 2013 au 26 janvier 2014, à l'Atelier Cézanne, 9 avenue Paul Cézanne, vernissage mercredi 4 décembre à partir de 18 h.

Du 5 au 30 décembre 2013, à la Galerie Alain Paire, 30 rue du Puits Neuf, vernissage jeudi 5 décembre à partir de 18 h. Trois artistes contemporains, Don Jacques Ciccolini, Alain Fleischer et Georges Guye complètent cet hommage à Emperaire.

Catalogue de 64 pages, 60 reproductions.

Le vendredi 17 janvier 2014, à 18 h 30, Conférence sur la vie et l'oeuvre d'Achille Emperaire par Michel Fraisset et Alain Paire dans le grand Salon de la Bastide du Jas de Bouffan, 17 route de Galice, Aix-en-Provence.


Pierre Aimar
Jeudi 19 Décembre 2013
Lu 460 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 202





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...