Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)






A la découverte de la Sinfonia Flamenca de Juan Carmona. Viva Espana à l'Opéra Confluence d'Avignon

Grande figure de la guitare flamenca, Juan Carmona, auréolé de toutes les récompenses, s'est fait rapidement reconnaître dans son travail de recherche de fusion du flamenco avec d’autres styles : jazz, musique orientale… Il est aussi un grand pédagogue car le seul de sa partie à être titulaire des diplômes français permettant d’enseigner en conservatoire.


Même Bizet y trouve son compte

Juan Carmona © DR
Juan Carmona © DR
C’est donc avec une grande curiosité que nous nous sommes rendu à son concert donné à l'Opéra Confluence en Avignon, pour y découvrir sa dernière œuvre « Sinfonia Flamenca » dont la vocation première est la rencontre de la guitare flamenca et de la musique classique.
Deux guitares (le frère Paco à la deuxième), percussions (Kike Terron bien en phase) et chant (Piculabe très en voix, le micro était superflu), se marient pour une ambiance très fiesta sévillane.

Musicalement cette Sinfonia Flamenca, après un démarrage digne des musiques de film signées par Lalo Shiffrin, oscille entre Queen, Darius Milhaud et Chabrier. On en oublie certainement.  L’œuvre en soi est fabuleusement agencée. Pas un moment de trop, tout coule de source, baigné dans une inspiration à la fois ludique, lumineuse comme un jour de corrida. Les multiples contrastes entre lyrisme sensuel et rythmes débridés sont merveilleusement amenés et conduisent avec éclat au paroxysme final.
Intensité, fusion, relief des guitares simplement diaboliques pour une partition finalement flamboyante, parfaitement emblématique des croisements voulus et défendus par le compositeur.
Heureusement l'équilibre entre classique et flamenco reste toujours bien dosé, l'ensemble ensorcelant, l'Orchestre Régional Avignon-Provence arrivant même à sonner couleur locale biologique, plus vraie que nature.
Il faut dire que Samuel Jean, mouillant sa chemise comme pas deux, semblait envoûté par l'œuvre, ses sortilèges, ses arabesques fulgurantes, ses fusées orchestrales dignes des meilleurs block-busters hollywoodiens.

En première partie : les deux suites de la Carmen de Bizet orchestrées par Ernest Guiraud, auteur des récitatifs pour cet opéra. Deux fois six numéros qui nous promènent, dans l'anarchie la plus totale, dans la plus célèbre des partitions de la planète.
Exposé au violon solo, l'air de Micaëla, permettra à Cordelia Palm d'obtenir à l'applaudimètre un petit succès personnel, tout comme la trompette solo dans la Habanera.
Bien sûr, la partition de Bizet sonne étrangement moins sauvage, moins crue, presque aseptisée sous la plume de Guiraud, l'air d'Escamillo tirant carrément vers l'opérette lopézienne...
Il faut donc la foi d'un mécréant pour donner vie à ces clips musicaux tarabiscotés, tripatouillés et rarement joués... C'était sans compter sur le métier du Premier Chef invité, qui vous empoigne cette « fantaisie » franco-lyrico-espagnole à bras le corps, décape çà et là ces pages, soit avec le meilleur des pathos, soit avec la rutilence des pourpres et ors idéalement voulus par Bizet. Très beau Interlude du IV qui se moire des plus nauséeux sortilèges malhériens et vous scotche littéralement à votre fauteuil.
Christian Colombeau



Christian Colombeau
Samedi 25 Janvier 2020
Lu 426 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 97



Inscription à la newsletter



Espagne. Carnet de voyages. Jacqueline et Pierre Aimar. Editions Sortir ici et ailleurs

Espagne. Carnet de voyages. Jacqueline et Pierre Aimar. Editions Sortir ici et ailleurs
Espagne, Carnet de voyages rassemble les escapades découvertes dans 14 villes d’Espagne, effectuées ces deux dernières décades et enfin rassemblées.
Coups d’œil et notes de voyage de deux amoureux de l’autre Espagne, éloignée des bords de mer parfumés aux odeurs des crèmes solaires.
Des voyages au cœur de l’été quand l’Andalousie ou l’Extremadure sont écrasées de lumière, de chaleur et d’ombres mystérieuses.
Des périples à la mode des voyageurs du 19e siècle. Avec du temps devant soi pour déguster sur quelque place royale le ballet de la vie ordinaire.

Renseignements :
Pierre Aimar - sortir@wanadoo.fr

Pierre Aimar
20/06/2020