Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


27 juin au 20 août 2010, festival Liszt en Provence au château Saint-Estève d'Uchaux, Vaucluse

En attendant 2011, année du 200e anniversaire de Franz Liszt, génie tutélaire du festival Liszt en Provence, Thérèse Français propose une saison très festive. Qautre soirées doubles avec concert à 19h et 21h30, et intermezzo paella accompagné des vins du domaine.


Deux autres soirées se dérouleront au rythme habituel.
Nous serons nombreux à jubiler du retour de certains artistes chers à notre coeur, et accueillerons avec bonheur de nouvelles célébrités ainsi que de jeunes interprètes captivants.
Et nous n’allions pas oublier, bien entendu, d’honorer les amis Chopin et Schumann, (200e anniversaire) ni de souffler les 300 bougies de Pergolèse !

Téléchargez le bulletin de réservation
Renseignements, réservations 04 90 40 60 94 - www.liszt-en-provence.com:// www.liszt-en-provence.com

Dimanche 27 juin, soirée « Grands Mélomanes »

Tristan Pfaff © DR
Tristan Pfaff © DR
19 h - Tristan Pfaff piano
Chopin : Nocturne op. 9 n° 2 ; Prélude en la b op. posth. ; 4 Mazurkas op. 30 ; Valses op. 64 nos 2 et 1 ; Études op. 10 nos 4 et 5 ; Massenet / Saint Saëns : La mort de Thaïs ; Liszt : Valse-Caprice no 6 (d’après Schubert) ; 13e Rhapsodie Hongroise
« Tristan Pfaff s’en donnait à coeur joie avec une fougue qui n’était pas sans rappeler celle d’Horowitz » (ConcertClassic.com)

21 h 30 - Ophélie Gaillard, violoncelle, Edna Stern, piano
Schumann : Phantasiestücke op.73 ; J. S. Bach : 3 Préludes et fugues du Livre I du Clavier bien tempéré ; Mendelssohn : Prélude et fugue op.35 n°1 ; Chopin : Nocturne op.72 (violoncelle/piano) Introduction et Polonaise brillante pour violoncelle et piano op. 3 ; J. S. Bach : 1re suite pour violoncelle BWV1007 ; Chopin : Sonate pour violoncelle et piano en sol mineur op. 65
« Intelligence d’une pensée musicale que sous-tend une maîtrise ultime du clavier. Poésie d’un archet qui regarde vers l’absolu et l’inédit » (Le Figaro)

Vendredi 2 juillet, 21 h 30 : Rachel Kolly d’Alba, violon, Christian Chamorel, piano

Rachel Kolly d’Alba
Rachel Kolly d’Alba
Schubert : Grand Duo pour violon et piano en la majeur D574 ; Schumann : Chants de l’aube (piano) op. 133 ; Chausson : Poème pour violon et piano op. 25 ; Schumann : Sonate n° 2 pour violon et piano en ré mineur op. 121
« Le jeu ultrasensible de la violoniste est bouleversant » (Jean-Jacques Gally)
« Tout y est, la maîtrise instrumentale, le brio étincelant, un rythme irrésistible, une sonorité pleine et lumineuse » (Hansheinz Schneeberger)
« La qualité de son legato dévoile de beaux horizons poétiques… Quelle maîtrise psychologique chez un pianiste aussi jeune » (Le Monde de la Musique)

Vendredi 9 juillet, soirée « Grands Mélomanes ». Invité d’honneur : Paolo Fazioli

Maurizio Baglini
Maurizio Baglini
19 h Jacopo Salvatori, piano
Debussy : Reflets dans l’eau ; Cloches à travers les feuilles ; Poissons d’or ; Beethoven : Sonate en mi M op. 109 ; Schumann : Carnaval op. 9

21 h 30 Maurizio Baglini, piano
Bach / Busoni : Chaconne en ré mineur ; Bach / Zichy : Chaconne pour la seule main gauche ; Géza Zichy : Valse d’Adèle pour la seule main gauche ; Zichy / Liszt : Valse d’Adèle, transcription pour piano à deux mains ; Chopin / Liszt : Meine Freuden ; Chopin : Études op. 10 nos 1, 6, 10 - op. 25 nos 1, 2, 5 - op. 10 n° 4 et op. 25 n° 12 ; Liszt : Études d’exécution transcendante : Preludio, la mineur, Mazepppa, Harmonies du soir, Chasse-Neige
« Une sonorité profonde, lumineuse et ronde, une dynamique à couper le souffle, une culture du son rarissime à notre époque,une vraie présence en scène » (Alain Lompech, Le Monde)

Dimanche 8 août, 21 h 30 : Alain Carré, comédien, François-René Duchâble, piano

François-René Duchâble
François-René Duchâble
Lettres d’un bachelier ès musique de Franz Liszt
« Un jour peut-être (…) j’écrirai un livre de souvenirs dont le titre pourra être : Vie d’un Musicien, longue dissonance sans résolution finale. » Franz Liszt, lettre à Lambert Massart, 2 septembre 1838

Vendredi 13 août, soirée « Grands Mélomanes »

Konstantin Lifschitz
Konstantin Lifschitz
19 h Vérène Andronikoff, soprano Konstantin Lifschitz, piano
Haendel : Lascia ch’io pianga, Piangero la sorte mia ; Pergolesi : Se tu m’ami, Stizzoso mio stizzoso ; Schumann : Der Nussbaum, In der Fremde Aus den Hebräischen Gesängen, Widmung

Vytautas Sondeckis, violoncelle, Konstantin Lifschitz
Chopin : Sonate pour violoncelle et piano op. 65 en sol mineur

21 h 30 Konstantin Lifschitz, piano
J. S. Bach : L’Art de la Fugue
« Poète inspiré du clavier, Konstantin Lifschitz révèle dès les premières mesures son incomparable sonorité et sa grandeur de vue. Voilà un pianiste qui sait où il va (…) Comment fait-il ? Mystère. C’est beau. Les trilles s’envolent, la polyphonie chatoie, les voix vibrent, s’étagent, apparaissent et disparaissent, comme par enchantement. (…) Où trouve-t-il toutes ces couleurs ? (…) Rappels enthousiastes et deux bis clôturent cette belle saison de Liszt en Provence » (Francis Pabst, La Provence)

Vendredi 20 août, soirée « Grands Mélomanes »

Sofja Gülbadamova
Sofja Gülbadamova
19 h Geoffroy Couteau, piano
Brahms : Variations sur un thème de Robert Schumann op. 9 ; Schumann : Chants de l’aube op. 133 ; Chopin : 24 Préludes op. 28
« Sur un Fazioli brillant, cuivré, que Geoffroy sait dompter, la musique de Brahms sonne avec une transparence et une plénitude remarquables. Rien de nombriliste, du Grand piano dans le sens le plus noble du terme. Et un grand musicien » (Alain Lompech)

21 h 30 Sofja Gülbadamova, piano
Liszt : Mephisto Polka “Après une lecture du Dante” Fantasia quasi Sonata ; Schubert / Liszt : Die junge Nonne, Gretchen am Spinnrade ; Liszt : Mephisto Valse n°2 ; Schubert : Sonate en ut mineur D958
« Les doigts de liane de la fée Sofja chatouillent le clavier plus qu’ils ne l’effleurent… Avec elle la musique est assurément une histoire qu’on écoute les yeux fermés pour mieux s’imprégner d’un rêve » (Sébastien Dubois)
« Un naturel, une aisance, une musicalité stupéfiantes… des artistes de cette trempe, on en redemande ! » (Georges Masson - concert à l’Arsenal de Metz)


pierre aimar
Samedi 24 Avril 2010
Lu 3586 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 81