Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


14 octobre > Montpellier, Opéra Comédie : Harakiri, Un sacre, Compagnie Didier Théron

"Harakiri c’est avant tout une énergie, une secousse dans le corps , Harakiri c’est un mot qui signifie littéralement couper le centre. C’est se rapprocher de la mort. C’est toucher la vie ! ”


14 octobre > Montpellier, Opéra Comédie : Harakiri, Un sacre, Compagnie Didier Théron
Harakiri est une formule magique, une autorisation au rêve, entre la vie et la mort. Harakiri est un basculement net au centre de soi, béant. Des profondeurs des entrailles faire surgir l’émotion par l’affirmation brutale d’images. Composer ces images par un condensé d’actes et de mouvements.
Harakiri développe une originalité formelle et sensible, s’appuyant sur une géométrie et un dessin émotionnel. La pièce transcende le banal vers une signification symbolique poétique et tragique.
Une danse collective – ensemble dans un même mouvement – Harakiri part d’une intuition, d’une nécessité qui s’est manifestée soudainement : rien de prémédité. Pas un concept rationnel à illustrer. Au fil des
répétitions simplement le besoin de danser ensemble, de faire corps, de se débarrasser du superflu, des vanités personnelles, des ego bavards et digressifs, une envie d’aller à l’essentiel et dans ce qui réunit.


pierre aimar
Dimanche 5 Octobre 2008
Lu 858 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 26



Inscription à la newsletter



Espagne. Carnet de voyages. Jacqueline et Pierre Aimar. Editions Sortir ici et ailleurs

Espagne. Carnet de voyages. Jacqueline et Pierre Aimar. Editions Sortir ici et ailleurs
Espagne, Carnet de voyages rassemble les escapades découvertes dans 14 villes d’Espagne, effectuées ces deux dernières décades et enfin rassemblées.
Coups d’œil et notes de voyage de deux amoureux de l’autre Espagne, éloignée des bords de mer parfumés aux odeurs des crèmes solaires.
Des voyages au cœur de l’été quand l’Andalousie ou l’Extremadure sont écrasées de lumière, de chaleur et d’ombres mystérieuses.
Des périples à la mode des voyageurs du 19e siècle. Avec du temps devant soi pour déguster sur quelque place royale le ballet de la vie ordinaire.

Renseignements :
Pierre Aimar - sortir@wanadoo.fr

Pierre Aimar
20/06/2020