Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Versailles, château : exposition « Dessins pour Versailles, vingt ans d’acquisitions » à partir du 16 mars 2021

A partir du 16 mars 2021, le château de Versailles (appartements Madame de Maintenon) présentera une exposition consacrée à l'ensemble des acquisitions de dessins réalisées de 2000 à 2020 pour son cabinet des Arts graphiques. Le public découvrira une centaine d'œuvres dans toutes les techniques - pastel, crayon, sanguine, trois crayons, plume, aquarelle, gouache... dont certaines seront exposées pour la première fois.


François Lemoyne (1688-1737) Etude de tête pour l’Amour de la Vertu dans l’Apothéose d’Hercule, vers 1733 Pastel, trois crayons et estompe sur papier anciennement bleu © château de Versailles
François Lemoyne (1688-1737) Etude de tête pour l’Amour de la Vertu dans l’Apothéose d’Hercule, vers 1733 Pastel, trois crayons et estompe sur papier anciennement bleu © château de Versailles
Cette exposition présentera une galerie de portraits et scènes de vie de Cour, parfois étonnants : Louis XIV représenté en empereur romain, Charles Perrault dessiné par Charles Le Brun, caricatures ou encore dessins à main levée. Elle dévoilera également des dessins préparatoires aux grands décors peints du château de Versailles : des plafonds de la chapelle Royale et du Salon d'Hercule en passant par les dessus-de-porte de la chambre du Roi et du salon de Diane. Enfin, elle mettra en lumière les vues, les plans et les projets architecturaux du château de Versailles depuis l'Ancien Régime jusqu'au début du XXe siècle.

Le visiteur, plongé au cœur de la collection de dessins du château de Versailles, traversera quatre siècles de création graphique et découvrira un Versailles dessiné par les plus grands artistes de leur temps : Charles Le Brun, Charles de la Fosse, François Lemoyne, Richard Mique, Jacques Gondoin, ou encore Lucien Lévy-Dhurmer.
 
La collection du cabinet des arts graphiques 
Plus de 30 000 œuvres du XVIe au XXe siècles composent la collection : 28 000 estampes, environ 1500 dessins, 350 manuscrits et une centaine de pastels. Considérée comme une source précieuse pour la recherche et la connaissance de l'histoire du palais et de ses collections, elle s’articule autour de trois axes majeurs : les représentations du château ; les dessins préparatoires aux décors, architecturaux ou peints ; le portrait et l’allégorie.

Dans les années 1930, sous l’impulsion de Gaston Brière, apparaît la volonté de créer une véritable collection de portraits ou de « gravures documentaires ».
Charles Mauricheau-Beaupré poursuit le projet d’un Musée de l’iconographie française afin de « constituer avec le fonds de portraits peints et sculptés de Versailles une iconographie entière française, dont les inévitables lacunes seraient comblées avec des dessins, gravures, et même photographies, et ainsi créer un office de renseignement pour les chercheurs ». 

Les collections sont principalement iconographiques, centrées autour de Versailles, résidence royale et Musée de l’histoire de France, du XVIIe au XXe siècles : architecture, décors et jardins du château, portraits ou allégories du pouvoir monarchique, vie de cour, scènes de l’histoire de France du Moyen-âge au Second Empire.

Les 1500 dessins, aux supports et techniques variés, reflètent aujourd'hui cette diversité et cette cohérence. Plans ou coupes de l’Agence des Bâtiments du Roi, projets d’architectes, vues de Jean Cotelle, d’Israël Silvestre, de Jacques Rigaud, esquisses ou dessins préparatoires par Charles Le Brun, les Coypel, Louis Boulogne, Joseph Boze ou Charles-Joseph Natoire, côtoient des portraits par Carmontelle, Jean-Martial Frédou, Joseph Ducreux, Joseph Werner, des dessins d’uniformes, des scènes de la vie de cour par Moreau le Jeune, Saint-Aubin ou Cochin. Près de mille dessins et aquarelles du XIXe siècle complètent les commandes de Louis-Philippe pour le Musée de l’Histoire de France, notamment des vues de batailles par Giuseppe-Pietro Bagetti, Benjamin Zix, Siméon Fort ou Adolphe Yvon.

La collection d’estampes est bien plus importante : elle est constituée d'environ 20 000 portraits, 5000 scènes historiques, et quelques 2500 gravures d’architecture. Les soixante-quinze albums Louis-Philippe achetés en 1948 à la succession du comte de Paris, soit 16 300 portraits gravés illustrant toute l’histoire de l’Europe, en forment le noyau. Parmi les chefs-d’œuvre de la gravure des XVIIe et XVIIIe siècles des Masson, Edelinck, Le Pautre, Audran, Silvestre, Le Clerc, Cochin ou Moreau, toutes les techniques sont ainsi représentées.

Les années 2000 marquent une nouvelle étape dans le développement du cabinet des Arts graphiques grâce à la nomination d'un conservateur en charge spécifiquement de cette collection. Ces vingt dernières années, plusieurs pièces remarquables sont venues enrichir cette collection mise à l'honneur dans l'exposition.


Pierre Aimar
Dimanche 20 Décembre 2020
Lu 131 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 238