Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Une soirée d’exception avec Philippe Giusiano au Festival Liszt en Provence 2013 par Jacqueline Aimar

Pour la deuxième fois présent au festival Liszt qui a lieu chaque année au Château Saint Estève, Philippe Giusiano ouvre cette soirée par une petite sonate de Mozart toute en légèreté.


Une soirée d’exception avec Philippe Giusiano au Festival Liszt en Provence 2013 par Jacqueline Aimar
Un très beau concert donné dans la nuit tiède d’été, par un pianiste en chemise de satin gris et lisse sous les étoiles.
Il y fallait pour le bonheur des amateurs de musique présents ce soir-là des sons tendres : ce fut d’abord Mozart, impondérable comme souvent chez le petit Wolfgang, presque enfantine et pleine de grâce; une musique qui d’emblée émeut par sa fragilité lumineuse, et qui fait partie de « ces musiques pour doigts très fins » comme nous l’avaient expliqué certains interprètes férus de Mozart.
Il y fallait des élans passionnés aussi, ce furent Chopin et Liszt
Chopin avec l’Andante spianato d’une incroyable légèreté fluide, songeuse et mélancolique que Chopin ajoute à l’œuvre postérieurement mais qui sert de prélude à une admirable Grande Polonaise que l’interprète va nous faire véritablement vivre avec passion, suspendue hors du temps et dotée d’une musicalité et d’une puissance infinie, composée sur un thème apparenté à un nocturne et qui se déploie en variations pathétiques.
Il y fallait pour achever ce rêve d’été, les trois célèbres Rêves d’amour de Franz Liszt, trois nocturnes pleins de tendresse, précédant la Sonate Après une lecture de Dante dite sonate Dante, décrite comme « un morceau étrange et passionné qui n’a peut-être pas encore pris sens ni forme » mais qui se révèle un chef-d’œuvre du répertoire romantique.
C’est à Alexandre Scriabine que revient l’honneur de conclure cette soirée musicale avec douze études dont la première composée alors qu’il avait quatorze ans; son œuvre assez peu jouée, souvent chargée d’un message mystique témoigne également de recherches harmoniques intéressantes.
En fond de scène sur la façade du château Saint-Estève, le visage mince et fier de Franz Liszt, impérieux peut-être, le compositeur qui sert de guide à ce festival ; et en lui se mêlent des échos de tous les compositeurs conviés ce soir-là.
Sauf Mozart sans doute.
Jacqueline Aimar


Pierre Aimar
Jeudi 19 Septembre 2013
Lu 134 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 83



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



Durance Luberon

Durance Luberon


Pouchain emiliani

Pouchain emiliani


Lizt en Provence

Lizt en Provence


Tricastin

Tricastin