Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Trompette et Orgue en la cathédrale de Saint-Paul-Trois-Châteaux pour le festival Les Musicales en Tricastin 2016

Si l’on suit au fil des jours, les Musicales en Tricastin, entre Vie de Bohême et Nuits du Piano, on peut faire halte à la cathédrale de Saint-Paul, qui se dresse haute et claire au cœur de la ville.


Vicente Campos à la trompette et Gabriele Pezone à l’orgue © Pierre Aimar
Vicente Campos à la trompette et Gabriele Pezone à l’orgue © Pierre Aimar
Elle propose cet après-midi du 24 juillet, un concert alliant Vicente Campos à la trompette et Gabriele Pezone à l’orgue dans une église trop petite pour l’occasion avec Vicente Campos le public va à la rencontre d’un trompettiste d’abord formé à l’Ecole de musique de Monserrat en Catalogne puis au Conservatoire de Valencia.
Quant à Gabriele Pezone, après de brillantes études de pianoforte et de composition en Italie, il a suivi les cours d’animation liturgique du diocèse de Rome avant de diriger la Traviata, Tosca, puis Madame Butterfly.
Deux interprètes de choix donc pour ce concert qui devrait allier musique sereine et grandiose.

Au programme d’abord Albinoni chez qui la trompette sonne haut et clair dans un allegro vif en appels successifs avant un autre allegro lentement rythmé qui s’achève en ritournelle dansante.
Avec Zipoli, les versets et chants d’offertoire pour orgue seul traduisent une méditation faite de petites phrases graves et profondes. Nous avons découvert la musique de Zipoli, toute en réflexions qui s’enroulent sur elles-mêmes. Comme on s’y attendait lors d’un concert pour trompette et orgue, on espérait de la musique de gloire: la suite en ré de Haendel, contant un retour de guerre, au rythme vif et gai répond à ce désir.
Arrivent les deux grands offertoires de Donizetti. On connaissait le compositeur pour ses opéras aux grands airs célèbres : Lucia de Lamermoor, ou l’Elixir d’Amour. La première œuvre ce dimanche, assemble de charmants air d’opéras légers allant même jusqu’à évoquer les rythmes du French Cancan. Le second offertoire se veut plus tendre et plus dramatique ; on s’y sent toujours à l’opéra, proche de Rossini ou peut-être Verdi. On se dit qu’il pourrait y avoir aussi une voix ou un duo avec cette musique.
C’est avec Tartini que s’achève ce moment de musique si plaisant ; par un concerto pour trompette et orgue : après un andante calme et tendre éclate un allegro grandiose ; le compositeur y fait alterner orgue et trompette en écho, la trompette très brodée et brillante.
En finale dans le chœur de l’église, la trompette sonne aux quatre vents à l’antique et de façon spectaculaire.
Les deux brillants interprètes ont trouvé place au cœur de la cathédrale de Saint-Paul (redevenue église) et y ont apporté l’hommage de musiques différentes, solennelle ou glorieuse, apaisante ou joyeuse. Pour que la musique soit toujours un plaisir.
Jacqueline Aimar


Pierre Aimar
Mardi 2 Août 2016
Lu 251 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 83



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



Durance Luberon

Durance Luberon


Pouchain emiliani

Pouchain emiliani


Lizt en Provence

Lizt en Provence


Tricastin

Tricastin