Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Tanto Amore, les héroïnes de Puccini revisitées, par Simone Moesen, Théâtre des Bernardines, Marseille, du 13 au 18 novembre 2014

Après son passage chez Wayn Traub, chanteuse et comédienne, Simonne Moesen reprend son propre tra-vail artistique. Dans son spectacle tragi-comique Tanto Amore, Simonne Moesen jongle avec les émotions et les tournures d’esprit souvent bizarres des héroïnes de Puccini : 􀀀utterfly, Mimi, Tosca, Turandot et Liù.
Elle se jette avec passion dans leurs arias émouvantes pour ensuite remettre en question toute cette souf-france au nom de l’amour.
La pianiste/compositrice Kaat De Windt joue avec les thèmes de Puccini, qu’elle traduit dans son propre monde musical.


Photo © Stef Depover
Photo © Stef Depover
SIMONNE MOESEN RACONTE...
J’avais envie de chanter de l’opéra. Depuis des années je m’étais entraînée dans ma salle de bain et voilà, je me suis jetée à l’eau avec les héroïnes de Puccini.
Enfant déjà, ayant vu l’affiche de Madame Butterfly, j’étais intriguée par cette femme papillon si fine et délicate, exotique, féérique…
Aujourd’hui, c’est la réalité derrière cette image séduisante qui me titillait.
J’ai passé au crible les livrets des opéras de Puccini et je me suis intéressée de près au sort de Butterfly, Mimi, Tosca, Liù, Turandot…
Pourquoi tous ces drames qui finissent par la mort d’une femme au nom de l’amour avaient-ils tant de succès ? Pourquoi ce penchant pour la souffrance ?
Qu’en reste-t-il aujourd’hui ? Je me suis ainsi posée des tas de questions et comme une détective je suis allée à la recherche des faits réels.
Pourquoi ? Parce qu’en chantant les airs émouvants des héroïnes, j’ai senti une étrange résonance, comme si toutes ces femmes vivaient quelque part enfouies en moi et qu’elles étaient contentes d’enfin pouvoir s’exprimer. Je me suis dit qu’il était temps de les laisser s’envoler, de guérir ces blessures ancestrales. Alors j’ai mis l’âme romantique à nu, juste pour voir, pour bien mettre les choses au clair.

Théâtre des Bernardines
17 bd Garibaldi
13001 Marseille
04 91 24 30 40 / 41 (fax)
contact@theatre-bernardines.org


Pierre Aimar
Lundi 27 Octobre 2014
Lu 164 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 62



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



Durance Luberon

Durance Luberon


Pouchain emiliani

Pouchain emiliani


Lizt en Provence

Lizt en Provence


Tricastin

Tricastin