arts-spectacles
Sortir ici et a
Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Pollock et le chamanisme à la Pinacothèque de Paris. Par Jacqueline Aimar

Partant de l’ouvrage de référence de Stephen Polcari sur le mouvement de l’American Abstract, cette exposition se propose d’explorer une relecture inédite de l’œuvre et de démontrer que les sources d’inspiration de Pollock sont ancrées dans le chamanisme amérindien.


Pollock. Composition with oval forms. © ADAGP Paris 2008
Pollock. Composition with oval forms. © ADAGP Paris 2008
Le chamanisme exprime la relation de l’homme et de la création, selon les peuples qui l’ont adopté à la fois comme pratique spirituelle et comme mode de relation au monde. Il recouvre un ensemble de croyances, de rituels et de pratiques qui doivent harmoniser les liens entre les êtres humains et l’univers.

Ainsi la fascination éprouvée par Pollock pour l’art amérindien et ses rituels, ainsi que leur influence sur son travail n’ont jamais été véritablement étudiées. L’exposition à la Pinacothèque choisit de se pencher sur cette question essentielle au travers des dessins et tableaux importants puisés dans son travail abstrait et semi abstrait, elle sera la première à illustrer ses images et ses formes en les comparant à l’imagination chamanique, dont on ne connaît pas grand-chose, tout en admettant son existence.
Nous savons depuis longtemps que Pollock fut attiré, comme les surréalistes, par tout ce qui relevait de l’inconscient. Après la Seconde Guerre Mondiale, le chamanisme a pu
apparaître comme un moyen efficace de transformation spirituelle pour Pollock qui est sans doute celui qui est allé le plus loin dans cette recherche.
Une interprétation facile découle du caractère même de l’artiste et en particulier de son penchant pour l’alcool. Il est maintenant considéré que cette approche très Freudienne ne voyait l’art de Pollock qu’au travers de ces seuls rêves et fantasmes quotidiens, ses problèmes et ses douleurs. son œuvre le rapproche alors de la pensée des Indiens d’Amérique, particulièrement des Navajos, avec leurs peintures sur le sable, et en liaison directe avec les rituels chamaniques qu’il avait profondément étudiés et qu’il admirait.

Sa quête de transformation spirituelle le conduisit en effet à tenter de trouver dans la figure symbolique du shaman le moyen de se réconcilier à la vie.
La Pinacothèque est fière de faire découvrir un aspect aussi important de l’œuvre de cet artiste et d’accueillir une exposition aussi prestigieuse, qui fait de Pollock un des penseurs essentiels du XXe siècle.
Jacqueline Aimar

Retrouvez cet article dans Sortir ici et ailleurs n°26 en le téléchargeant gratuitement


pierre aimar
Jeudi 19 Février 2009
Lu 814 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 63



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine