Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Pello Irazu. Panorama. Guggenheim Museum Bilbao, exposition du 10 mars au 25 juin 2017

Figure-clé du renouvellement de la sculpture basque et espagnole contemporaine, Pello Irazu développe depuis trois décennies une solide trajectoire dans laquelle la sculpture, dans son sens le plus large, côtoie la photographie, le dessin et la peinture murale.


Formes de vie 304 (Life Forms 304), 2003–12 Photo © FMGB Guggenheim Bilbao Museoa, Bilbao, 2017
Formes de vie 304 (Life Forms 304), 2003–12 Photo © FMGB Guggenheim Bilbao Museoa, Bilbao, 2017

Indépendamment du médium employé, le travail d’Irazu aborde de façon exhaustive les problèmes que suscitent les multiples relations entre nos corps, les objets, les images et les espaces.
L’agencement de l’installation s’appuie sur un dispositif conceptuel et physique conçu par le propre artiste et qui reprend quelques-unes des pièces et des jalons les plus significatifs de sa carrière.

Le Musée Guggenheim Bilbao présente Pello Irazu. Panorama,

une analyse de trente ans de trajectoire de l’un des protagonistes du renouvellement de la sculpture basque et espagnole contemporaine. Comme l’indique le titre, plus que le regard en arrière que suppose toute rétrospective, il s’agit d’une vision multidirectionnelle dans laquelle le temps se replie dans l’espace pour offrir une sorte de paysage.

Composée d’une grosse centaine d’œuvres, l’exposition s’appuie sur un dispositif conceptuel et physique conçu par l’artiste, qui recueille quelques-uns des jalons et de pièces les plus significatifs de sa carrière. Le but est de créer une espèce de regard simultané dans lequel le passé et le futur finissent par se rencontrer et se rétroalimentent dans un présent continu. Les cimaises de la galerie 105 du Musée contribuent à créer une enveloppe qui rend le spectateur partie prenante de l’œuvre et l’invite à réfléchir sur le langage de la sculpture.

Pello Irazu est une figure-clé du panorama artistique contemporain. Bâtisseur depuis les années quatre-vingt d’une œuvre qui se caractérise par sa cohérence, il alterne la sculpture dans son sens le plus large —des propositions tridimensionnelles de petite taille aux installations colossales en passant par les objets hybrides— avec la photographie, le dessin et la peinture murale. Indépendamment du médium employé, son travail aborde de façon exhaustive les problèmes que suscitent les multiples relations entre nos corps, les objets, les images et les espaces.

Cette rétrospective s’organise à partir d’un grand couloir qui bissecte diagonalement la zone centrale de la salle ; autour de ce couloir, de façon circulaire, s’organisent plusieurs espaces qui abritent différentes pièces. Le parcours de l’exposition est conçu comme une expérience spatiale complexe dans laquelle le visiteur peut à tout moment bifurquer entre différents itinéraires plus ou moins linéaires. L’espace-couloir central offre un développement chronologique des travaux sur papier les plus significatifs d’Irazu, ainsi qu’une peinture murale réalisée pour l’occasion qui illustre l’évolution de ses dessins, collages et peintures, tandis que les espaces périphériques accueillent ses travaux de sculpture et photographiques.

L’œuvre de cet artiste couvre tout le spectre possible de formats et de techniques, qui vont de l’esquisse minuscule au grand format, du crayon et de l’aquarelle au papier peint, du ruban adhésif aux impressions de toute sorte. L’exposition permet également au visiteur de découvrir différentes formes d’expression plastique, figurative, géométrique, documentaire ou gestuelle.

Parcours de l'exposition

1984–89 Premières années
Le parcours commence au milieu des années quatre-vingt avec les travaux sur support photographique des premières expériences éphémères d’Irazu, genèse de sa première pièce en acier, dont l’imposante présence physique est subtilement minée par le rappel partiel de la peinture. C’est dans ces années-là que surgit ce que la critique contemporaine baptise comme la « Nouvelle sculpture basque ». Ses créateurs —Pello Irazu, Txomin Badiola, Angel Bados, María Luisa Fernández ou Juan Luis Moraza…— rejetant une tradition locale en matière de sculpture, portent un regard critique sur le travail de Jorge Oteiza à partir de perspectives plus contemporaines comme le minimalisme, le post-minimalisme et l’art conceptuel.

Au cours de cette première étape, Irazu pose déjà quelques-uns des paramètres qui vont marquer toute sa trajectoire, comme le fait de limiter la taille de l’œuvre en fonction de ses propres possibilités physiques, de sorte que la pièce agit comme un condensateur de l’acte performatif, ou celui d’affronter, toujours sous un angle hétérodoxe, sa proximité du minimalisme et d’Oteiza.

Ces années-là, Pello Irazu crée des œuvres d’une intense densité matérielle, comme Gante (1988), qui provoquent une discontinuité spatiale là où elles s’insèrent. Peu à peu il incorpore la couleur dans son travail avec l’application d’épaisses couches de peinture à l’huile, comme dans La Terre qui dort (La tierra que duerme, 1986), ou de peinture en aérosol plus industrielle. Comme l’explique l’artiste, “dans les deux cas, mais avec des nuances, il s’agit de susciter une contradiction entre l’optique (l’œil) et l’haptique (le tact), avec leurs différentes spatialités”.

Dès cette première étape Irazu commence à travailler sur des supports comme le dessin, mais qui restent habités par la sculpture. Ses dessins et ses peintures, développés en parallèle avec des travaux sur d’autres supports, ne sont pas envisagés comme des esquisses ou des amorces de futures sculptures, mais comme des œuvres indépendantes. En 1989, Irazu produit sa première peinture murale, Couloir (Corredor), à la galerie Joan Prats de Barcelone. Il y transpose les questions étudiées dans le dessin dans des situations plus liés à l’espace réel. Avec ses interventions sur le mur, que ce soit avec la peinture, la sculpture ou la photographie, et l’agencement de ses sculptures dans l’espace avec la fragmentation de ce dernier, Irazu modifie la perception de l’observateur tout le long du parcours.

1990–98 Nouveaux objets — L’espace domestique

Après un bref séjour à Londres, en 1989 Irazu s’installe à New York. Commence alors pour l’artiste une étape placée selon lui sous le signe de l’extériorité, “car l’important, ce n’est pas seulement la distance que tu établis avec ce que tu laisses, mais aussi le fait que tu te transformes en quelque chose d’extérieur à toi-même”. Cette décennie est représentée par des œuvres à base de matériaux industriels plus légers et accessibles, comme le contreplaqué ou le plastique, parsemés de développements expressifs et de constants clins d’œil à l’espace domestique. Les pièces jouent avec les références architecturales qui disparaissent en tant que simple construction, mais dans lesquelles il maintient des signes qui leur appartiennent, comme la brique ou le dialogue avec l’objet domestique.

Pendant cette période, il déconstruit les objets pour les remonter de façon discontinue, créant ainsi un effet d’étrangeté sur la signification d’objets et de matières quotidiennes. Dans des travaux comme Inconnu (Unknown, 1994) ou After Pris (1997), Irazu souligne la tension entre public et privé, multipliée dans des photographies comme White St., (1992) ou Commutateur (Switch, 1997), des images du processus de création privé destinés à une relation publique avec d’autres pièces de l’artiste, qui intervient dans l’espace et sur le mur en créant une espèce de trompe-l’œil ou de fenêtre ouverte sur une action réalisée dans un espace privé. “Le domestique, le familier devient perturbateur par un processus d’étrangeté.” Il parvient aussi à cette sensation déstabilisante dans Le Bon maître (sur la table étant lui-même comme un morceau de bois) [The Good Teacher (on the table being itself a piece of wood), 1993] ou La Fiancée (tu seras ce que tu veux être) [The Bride (you will be whatever you want), 1993], où il intervient sur les socles, les tissus à la trame exagérée qui habillent les pièces ou le titre de celles-ci.

Dans les dessins et peintures de cette époque, Irazu applique des couleurs élémentaires sur des papiers trouvés, peints ou imprimés qui lui servent de point de départ, que ce soit dans la continuité ou en réaction, pour aborder l’œuvre. Il ajoute de nouvelles couches à ses dessins en y introduisant des matériaux comme le ruban adhésif, comme dans La Blessure 5 (The Wound 5, 1998), qu’il emploie non seulement pour créer une trame alternative, mais aussi pour rattacher ensemble des éléments disparates.

1999-Actualité

À partir de l’année 2000, de retour à Bilbao, Irazu s’engage dans une nouvelle direction avec des œuvres qui remettent en cause les signes qui nous entourent par le biais de formes évocatrices pour le spectateur mais éloignées de leurs référents, créant ainsi une sensation à la fois de familiarité, d’ambigüité et d’étrangeté. Irazu s’approprie de l’espace en combinant la peinture murale avec des matériaux tridimensionnels et en se faufilant entre les limites floues des catégories artistiques telles que les définissent les canons, comme c’est le cas dans Acrobat (2000) où la peinture murale fracture la paroi que la sculpture scelle.

Signalons ainsi l’installation Formes de vie 304 (Life Forms 304, 2003), appartenant à la Collection du Musée Guggenheim Bilbao, conçue par l’artiste pour la salle 304 du Musée et aujourd’hui adaptée à ce nouvel espace. La peinture murale qui, à l’instar d’un pentagramme, entoure le spectateur, modifie notre perception de l’espace et de l’architecture, ainsi que notre relation avec l’objet construit. Nous nous trouvons dans une espèce de refuge impraticable et instable dans lequel se combinent la couleur et différents matériaux quotidiens, comme le ruban adhésif ou le contreplaqué. L’impression est que nous sommes face à une déconstruction préalable à la reconstruction, face aux décombres réutilisés d’architectures ou d’espaces auparavant habités. Dans la ligne de cette pièce et d’autres similaires de la période, il réalise des sculptures comme Pli 04 (Pliegue 04, 2005), qu’il conçoit comme des “dessins en trois dimensions”, des œuvres qui partent de l’idée de “prendre un dessin, le découper, le plier et le mettre dans l’espace, mais de façon réelle”.

Dans les œuvres sur papier, comme Jeanpoubelle (Juanbasura, 2003), les formes sont simples et laissent deviner des objets quotidiens, comme des poches ou des visages hérités de l’histoire de l’art, à travers la superposition de différents matériaux et de corps transparents.

Les derniers espaces abritent les travaux les plus récents, qui explorent la notion de représentation dans la sculpture par le biais de processus de reproduction, comme le moulage en plâtre, la fonte d’aluminium, de bronze ou d’acier, ou la photographie. Dans des œuvres comme Noli me tangere (La Méfiance) [Noli me tangere (La desconfianza), 2009], dont le titre est tiré de l’épisode biblique récurrent dans l’histoire de l’art au cours duquel Jésus s’adresse à Marie Madeleine après sa résurrection, Irazu crée des pièces en fonte d’aluminium qui, visuellement, rappellent d’autres matériaux, comme le carton, et les assemble avec des vis, donnant ainsi lieu à des équivoques entre le matériau réel et celui représenté. Pour l’artiste, “l’articulation entre elles est plus proche de l’idée d’accumulation que de celle d’un assemblage”. Dans Annonciation (Anunciación, 2014) —dont le titre renvoie à un sujet fondamental dans l’histoire de l’art, dont la représentation a joué un grand rôle dans le développement de la perspective en peinture—, des photographies sérialisées reproduisent l’environnement immédiat (l’atelier et les processus de production), qui peu à peu est transformé par la peinture comme dans une espèce de trompe-l’œil, abordant ainsi la relation entre la représentation, la matérialité et l’ornementation.

Dans un clin d’œil à l’“éternel retour” et à la circularité de tout travail artistique, l’exposition se termine là où elle commence sur des photographies et des sculptures métalliques qui évoquent celles qui ouvrent l’exposition.

Pratique





Pierre Aimar
Lundi 27 Février 2017
Lu 126 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 226



Inscription à la newsletter



Annulation des festivals estivaux : la triste liste


23ème  Festival Vochora : projet de report a l’automne   
Les incertitudes sur l’accueil des artistes étrangers et sur les conditions des concerts in situ nous ont contraints d’annuler avec regret l’édition d’été du 23ème festival Vochora. Motivés par la nécessité de relancer la vie culturelle et artistique dans nos territoires, et de retrouver au plus tôt le plaisir du spectacle vivant , l’association Vochora travaille au report du festival du 17 au 31 octobre, pendant les vacances de la Toussaint .
La majorité des partenaires institutionnels nous ont donné leur accord pour cette session automnale.

Report des Belles Journées à Bourgoin-Jaillieu
L’édition 2020 prévue les 11 et 12 septembre au parc des Lilattes ne pourra pas avoir lieu compte-tenu du contexte sanitaire et des incertitudes liées à la pandémie de la Covid-19. Cette annulation ne remet pas en cause l’événement phare de la vie culturelle locale. Les Belles Journées sont d’ores-et-déjà reprogrammées l’année prochaine pour animer le parc des Lilattes et Bourgoin-Jallieu les 10 et 11 septembre 2021.

Report de la Biennale d'art contemporain de Lyon à septembre 2022
La Biennale de Lyon, en accord avec Sam Bardaouil et Till Fellrath, commissaires invités, et les partenaires publics, a décidé de reporter à septembre 2022 la 16ème édition de la Biennale d’art contemporain de Lyon, initialement prévue en 2021.

Transformation du festival d’Ambronay 2020
C’est avec regret que le constat suivant s’est imposé à l’association : la programmation telle que prévue pour le 41e Festival d'Ambronay ne pourra avoir lieu compte tenu des contraintes sanitaires connues à ce jour.
Le Conseil d'Administration a approuvé l'idée d'un travail pour définir une nouvelle forme de proposition artistique pour la rentrée culturelle (septembre-octobre 2020).

Report de la 9e édition du Festival De l'écrit à l'écran à Montélimar
En raison de la crise sanitaire actuelle et dans un souci d’assurer en toute sécurité et dans des conditions optimales l’accueil du public, la 9ème édition du Festival De l’écrit à l’écran, qui devait initialement se dérouler du 18 au 26 septembre 2020 à Montélimar, est reportée.
Elle se tiendra du 10 au 15 novembre 2020 à l’Auditorium Michel Petrucciani et dans les salles de cinéma partenaires.

Grignan - Les Fêtes nocturnes reportées à 2021
Malgré une volonté forte et collective de maintenir ce rendez-vous estival incontournable dans la Drôme, le capitaine Fracasse n'entrera pas en scène cet été à Grignan. Il faudra patienter 1 an pour assister, au château, à l'adaptation fougueuse et originale du roman de Théophile Gautier par Jean-Christophe Hembert.

Lodève annulation de l'édition 2020 du festival Résurgence
Mais l'envie de vous revoir autour de propositions artistiques reste intacte. Nous cherchons des solutions pour imaginer la prochaine saison.

Le Festival du Château de Solliès-Pont est reporté à 2021
Suite au décret du 11 mai 2020, les évènements réunissant plus de 5 000 personnes sont interdits jusqu’au 31 août 2020.
Le Festival du Château de Solliès-Pont n’est donc pas épargné et nous sommes donc contraints de le reporter à l’année prochaine. Nous travaillons actuellement sur le report de la programmation du festival et nous vous tiendrons informés, dans les plus brefs délais, sur celle-ci ainsi que sur les modalités de billetterie.

Annulation du festival de Chaillol
Tristesse à l'heure d'annoncer, le cœur lourd mais l'esprit clair, l'annulation sans report de l'intégralité de la 24e édition du Festival de Chaillol.
Michaël Dian, le bureau et l'équipe de l'Espace Culturel de Chaillol

Un été sans Woodstower à Miribel-Jonage
En concertation avec notre partenaire et terre d’accueil le Grand Parc Miribel Jonage, nous avons dû prendre cette triste décision : le festival Woodstower n’aura pas lieu cet été. On vous donne rendez-vous l’année prochaine du Jeudi 26 au Dimanche 29 août 2021 pour de nouvelles (et belles) aventures.

Dijon - pas d’édition 2020 du VYV Festival
La triste nouvelle est donc qu’il n’y aura pas d’édition 2020 du VYV Festival.
La bonne nouvelle est que la deuxième édition du VYV Festival se tiendra les 12 et 13 juin 2021 au Parc de la Combe à la Serpent, sur les hauts de Dijon.

Cusset (Allier). Les Nuits d’été programmées du 17 au 19 juillet 2020 sont annulées
Prévu du 17 au 19 juillet 2020, le Festival Nuits d’été est annulé en raison des mesures de sécurité sanitaire et de distanciation sociale. Les grands rassemblements culturels n’étant pas autorisés par les pouvoirs publics, la Ville de Cusset va procéder au remboursement des billets des festivaliers.
Les billets achetés pour l’édition 2020 pourront être remboursés à partir du 15 Juin.
- Sur les sites de la Fnac, Billet Web et de Carrefour en se connectant sur la plateforme,
- Pour les billets achetés au Théâtre de Cusset, contacter la régie au 04 70 30 89 47.

L'exposition « Monaco et l’Automobile, de 1893 à nos jours » est annulée.
La crise sanitaire du Covid-19 et ses multiples conséquences rendent son organisation impossible ; Monaco et l’Automobile, de 1893 à nos jours, était programmée du 11 juillet au 6 septembre 2020.

Le Festival de Cornouaille présente sa collection Automne-Hiver !
Le Festival de Cornouaille, qui se tient habituellemnet au mois de juillet à Quimper en Bretagne, se déroulera exceptionnellement en fin d'année.
Le premier événement de l'édition 2020 : Le Cyber Fest Noz #22, le plus grand fest-noz du monde, organisé le 19 décembre par le Festival de Cornouaille et An Tour Tan.

Ambronay - La 23e Academy reportée en 2021
L'EEEMERGING+ Academy, héritière de l'Académie baroque européenne d'Ambronay, devait se dérouler entre mai et juillet sous la direction de Geoffroy Jourdain. Dans la situation exceptionnelle que nous traversons, la mobilité très incertaine des artistes à l'échelle européenne et l'annulation des neuf dates de la tournée d'application nous ont obligés à reporter cette Académie d'un an avec la même équipe artistique.
Rendez-vous en 2021 !

Annulation de la 12e édition du Festival Résonance, Avignon
Elle devait se dérouler du 30 juillet au 2 août 2020.
Rendez-vous donc du 29 juillet au 1er août 2021 pour qu’Avignon résonne à nouveau au son des musiques électroniques.

Le 10e festival AMERICA reporté à septembre 2021
En raison de la crise sanitaire sans précédent que nous traversons, et de ses multiples conséquences, il nous semble impossible d’assurer en toute sécurité en septembre prochain le voyage et le séjour de dizaines d’écrivains originaires du continent nord-américain, tout comme d’accueillir dans des conditions satisfaisantes à Vincennes des milliers de passionnés de littérature.
C’est pourquoi nous avons pris la décision, en accord avec la Ville de Vincennes, de reporter d’un an la dixième édition du festival biennal AMERICA, qui devait initialement se dérouler du 24 au 27 septembre 2020. Elle accueillera les mêmes invités réunis autour de la thématique Voix d’Amérique du 23 au 26 septembre 2021.

Festival FiestA Sete report 24 juillet 6 aout 2021
Face à la pandémie que nous traversons, à l’impossibilité d’accueillir des artistes internationaux due à la fermeture des frontières, de disposer des lieux d’accueil des concerts et surtout tenant compte de l’état d’urgence sanitaire de notre pays, nous avons le regret de vous annoncer le report à l’été 2021 de la 24e édition du festival Fiest’A Sète qui devait avoir lieu du 21 juillet au 6 août 2020.

Le 30e Festival de Thau met le cap sur l'automne !
Nous avons envisagé ce 30e festival autrement, en proposant toute une partie de l’édition couplée avec les 9es Automnales du Festival de Thau, événement de territoire mêlant rendez-vous musicaux et rendez-vous éco-citoyens se déroulant en novembre. Nous proposerons ainsi tout un programme sur 8 semaines qui débutera le 2 octobre 2020, avec concerts, expositions, éco-dialogues, tables rondes, projections, randonnée artistique, stage de percussions... Ce sera le Festival de Thau en automne !

Report de la Biennale d'art contemporain de Lyon à septembre 2022
La Biennale de Lyon, en accord avec Sam Bardaouil et Till Fellrath, commissaires invités, et les partenaires publics, a décidé de reporter à septembre 2022 la 16ème édition de la Biennale d’art contemporain de Lyon, initialement prévue en 2021.
La situation sanitaire internationale actuelle ralentit considérablement les possibilités de résidences et de productions, les interactions entre les projets artistiques et le monde économique, et les collaborations avec le tissu associatif. Dans ce contexte particulier, ce report s’impose afin de préserver la qualité des liens entretenus avec les artistes qui fait la renommée de la Biennale de Lyon.

Festival Mima annulation de la 32ème édition - Rendez-vous en août 2021 !
Ce n’était presque plus un secret, mais il faut à présent l’écrire et l’officialiser, nous vous donnons rendez-vous en août 2021 pour la prochaine édition du Festival Mima.

Annulation du 13e Festival Flamenco de Rivesaltes 2020
Les conditions ne sont plus réunies pour qu’ait lieu la 13e édition du Festival Flamenco prévue à Rivesaltes du 17 au 22 Août.
Lorenzo Ruiz, Directeur Artistique du Festival Flamenco de Rivesaltes

La XX° édition du festival Opéra en plein air est décalée à 2021
Nous sommes contraints de reporter à l’été 2021 notre production de Madame Butterfly de Giacomo Puccini, dans la mise en scène d’Olivier Desbordes. Le Piccola Opera, créé spécialement par Nicolas Slawny pour les très jeunes mélomanes, est également reporté à l’été 2021. Lieux des présentations : Domaine départemental de Sceaux, Domaine national de Saint-Germain-en-Laye, Hôtel national des Invalides, Cité de Carcassonne, Château de Gerbéviller.

Annulation du festival Jazz à Junas
Nous avons jugé qu’il n’était pas possible de réunir toutes les conditions fondamentales et cette situation nous a obligé à annuler cette 27ème édition " Retour vers l’Angleterre ".

Report du Festival International de Mandoline de Castellar à 2021
L’édition 2020 du Festival International de Mandoline de Castellar n’échappe pas à la règle et doit donc être annulée. La bonne nouvelle est que la majorité des musiciens nous ont déjà confirmé leur participation pour l’édition de 2021 (21 – 24 juillet) de notre Festival .
Claude-Christian Pierre, Président ; Sabine Marze, Directrice Artistique

Annulation du Crest Jazz Festival
C’est avec émotion et tristesse que nous vous annonçons l’annulation de cette édition 2020 du Crest Jazz Festival. Nous vous donnons rendez-vous du 30 juillet au 7 août 2021 pour une 45 ème édition de Crest Jazz Festival qui n’en sera que plus belle et plus émouvante.

Annulation 64e édition Gstaad Menuhin Festival
Pour la première fois en 64 ans d'existence, le Conseil d'administration et la Direction du Festival sont contraints d'annuler l'ensemble des concerts et événements du Gstaad Menuhin Festival & Academy prévus durant l'été 2020.
Le 29 avril, le Conseil fédéral a interdit la tenue de grandes manifestations de plus de 1000 visiteurs jusqu'à fin août 2020.
Active depuis juin 2017, la plateforme digitale continue à fonctionner sans frais et offrira régulièrement ces prochains mois de nouveaux contenus exclusifs et originaux.

Avignon, La Fabrik' Theatre jette l'éponge
Vous pouvez retrouver les spectacles qui devaient se jouer à la Fabrik’Théâtre à l’occasion du Festival OFF d’Avignon 2020 en cliquant sur le lien

Annulation de la Semaine de Convivència à Arles
Pour cause de Coronavirus et, à ce jour, faute de directives sanitaires et réglementaires claires, nous nous voyons contraints d'annuler la Semaine de Convivència qui devait se dérouler du 13 au 18 Juillet 2020, square Léon Blum à Arles et dans le quartier de Griffeuille.

La 5ème édition d'Urban Art Fair est annulée !
Urban Art Fair a envisagé, depuis plusieurs mois, différents scénarios afin de maintenir la foire tout en respectant les mesures imposées. Après un examen attentif et des discussions approfondies avec les galeries et partenaires, l’équipe d’Urban Art Fair a décidé d’annuler la 5e édition de la foire. Urban Art Fair reviendra en avril 2021 avec une programmation plus belle encore !

Annulation du Hadra Trance Festival
Depuis plusieurs semaines, nous sommes suspendus aux prises de paroles gouvernementales afin de connaître le sort de la treizième édition du Hadra Trance Festival. Mardi, la nouvelle est tombée et c’est le cœur serré que nous devons nous résigner à annuler le Hadra Trance Festival 2020.

9e Intergalactiques lyonnaises reportées
Rendez-vous est donné du 15 au 20 avril 2021 autour de notre thématique : La Forme de l’Autre !

Report du Festival Interceltique de Lorient à 2021
L’année 2020 aurait dû être un grand moment festif, celui de l’année de la Bretagne et du 50e anniversaire du FIL. À cause de l’épidémie du COVID-19, il n’en sera rien. Le FIL fêtera donc l’année de la Bretagne et ses 50 ans du 6 au 15 août 2021.

A Thou Bout d’Chant, fin de saison et reports des concerts

Annulation du Millau Jazz Festival 2020 (12-18 juillet)


Sète, une île ancrée au soleil

Par Jacqueline et Pierre Aimar
64 pages - The BookEdition
Version papier ou numérique

Cliquez sur l'image. Achat sécurisé

Sète, île ancrée au soleil, offre une visite sortant des sentiers battus du tourisme habituel.
Les lieux d’exposition et les centres d’arts sont au cœur de cet opus. C’est la découverte de mondes artistiques contrastés que dévoile ce port qui ne vit le jour qu’en 1666. 
C’est à dire, hier.