arts-spectacles
Sortir ici et a
Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Pays de Savoie. Les arts jaillissants : une ouverture magistrale

Samedi 4 juillet, Jean-Christophe Frisch et son ensemble XVIII-21 ont littéralement ébloui le public à Montsapey, en Savoie, lors du concert inaugural du festival Les Arts Jaillissants. Une soirée de noces éclatante à la lumière d’un manuscrit du 17e siècle « Codex Caïoni », dissimulé durant des décennies dans un mur par des moines lors de l’invasion soviétique et redécouvert il y a 20 ans en Europe centrale : un véritable chef d’œuvre qui a enthousiasmé les festivaliers.


Pays de Savoie. Les arts jaillissants : une ouverture magistrale
L’église Saint Barthélemy était noire de monde samedi soir ; le public venu de toute la région s’était joint aux premiers vacanciers pour vivre « Un jour de noces en Transylvanie » offert par l’Ensemble XVIII-21 Le Baroque Nomade. De nombreuses personnalités ont également pris part à cette belle fête, des élus mais aussi le directeur de Savoie Mont Blanc Tourisme, la directrice de la FACIM, l’Inspectrice d’académie, … et beaucoup d’autres. En respectant la tradition latine, Jean-Christophe Frisch, concepteur de cette soirée, a privilégié l’écoute de l’autre, avec chaleur, douceur et convivialité. Il a montré que sa recherche était à la fois rencontre, confrontation, mais surtout passion.
Tout commence autour de 1650 lorsqu’un moine franciscain, Ion Caïoni rédige une partition. Il ne soupçonnait pas l’intérêt que susciterait la redécouverte de son manuscrit, le Codex Caïoni, en 1988, dans une cachette secrète, le mur d’un couvent en Roumanie… Rassemblant des œuvres sacrées et profanes recueillies à l’époque baroque, le compositeur mêle tradition locale et influences italiennes.
L’an dernier, à l’occasion de la Présidence française de l’Union européenne, les artistes de l’Ensemble XVIII-21 se sont rendus à Bucarest pour jouer non pas de la musique française mais du baroque de Transylvanie. Qu’un ensemble français s’intéresse à un répertoire aussi méconnu peut sembler incongru, mais Jean-Christophe Frisch n’est pas un baroqueux comme les autres.
Les nombreuses œuvres occidentales qui, jouées aux quatre coins du monde, ont peu à peu assimilé les éléments locaux sont autant de trésors que Jean-Christophe Frisch s’attache à faire revivre. Samedi soir, il dévoilé au public les influences - venues d’Orient - sur la vie musicale aux marches de l’Europe.
Le directeur musical de l’Ensemble XVIII-21 ne se contente pas de faire des recherches ; il les met en pratique et le concert donné à Montsapey fut précisément une application de ces métissages. Les musiciens français ont joué avec les artistes du cru, spécialistes de la musique tzigane venus d’Europe centrale. Une véritable révélation culturelle ! En participant à ce jour de noces présenté en quatre tableaux, les musiciens ont su magnifiquement transporter le public des chants du sanctuaire à l’euphorie d’une noce de village, czardas tonifiantes à l’appui.
La mise en scène signée Olivier Balazuc alliait la pureté des voix – celles de Cyrille Gerstenhaber et Adriana Epstein sont tout simplement divines -, à la beauté de la musique et de la danse. Venus tout spécialement de Roumanie pour le concert des « Arts Jaillissants », Endre et Imola Virag (mariés dans le spectacle et dans la vie) furent éblouissants. Merci aux moines franciscains qui ont su préserver ce trésor musical. Merci à Jean-Christophe Frisch et à son équipe qui l’ont ressuscité.

Toujours sur le thème « Les jeunes années », le festival se poursuit jusqu’au 18 juillet – Prochain rendez-vous : ce jeudi 9 juillet au fort d’Aiton avec le Quatuor Annesci qui fête cette année ses 20 ans.
Informations à l’OT des Portes de Maurienne : 04 79 36 29 24


pierre aimar
Lundi 6 Juillet 2009
Lu 1994 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 63



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine