arts-spectacles
Sortir ici et a
Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Paris, musée du quai Branly - Jacques Chirac, Galerie Jardin : Océanie, exposition du 12 mars au 7 juillet 2019

Deux cent cinquante ans après le premier voyage de James Cook, le musée du quai Branly – Jacques Chirac présente – pour la première fois en France – une exposition d’envergure sur le continent aux vingt-cinq mille îles. Près de 200 œuvres anciennes comme contemporaines racontent les cultures et les peuples insulaires, et dressent un panorama de l’art océanien


Nguzunguzu, figure fixée sur la proue d’une pirogue, Nouvelle-Georgie, Iles Salomon, 19e siècle © MKB, Derek Li Wan Po
Nguzunguzu, figure fixée sur la proue d’une pirogue, Nouvelle-Georgie, Iles Salomon, 19e siècle © MKB, Derek Li Wan Po
De la Nouvelle-Guinée à Rapa Nui (île de Pâques), d’Hawaii à Aotearoa (Nouvelle- Zélande), l’exposition présente le Pacifique insulaire dans son entier. Issus de ce vaste territoire constellé d’îles, les « arts d’Océanie » consistent en un ensemble de styles, associés à de très nombreux groupes culturels et linguistiques, et à des traditions dynamiques, mouvant au gré de changements historiques.
Si chaque archipel, îlot, terre a su conserver ses particularités, les artistes partagent néanmoins des questionnements, des problématiques et des réflexions communes. Véritable voyage au cœur du Pacifique, Océanie met l’accent sur ce qui lie les cultures et les peuples et intègre en ce sens une réflexion contemporaine sur le monde océanien.
Ces dernières décennies, historiens de l’art, anthropologues et artistes ont accordé un grand intérêt aux thématiques de rencontres, d’échanges et aux phénomènes d’hybridation dans les arts océaniens. Des études croisées entre les collections muséales et les cultures vivantes ont permis de prendre conscience de la richesse et de la variété des genres artistiques insulaires mais aussi de mieux les comprendre. Ainsi les œuvres emblématiques ne sont-elles plus nécessairement considérées comme l’expression de la « tradition », mais évoquent aussi des moments
dans l’histoire de cultures marquées par le commerce, bousculées par la colonisation, l’évangélisation, et plus récemment le changement climatique.

Quatre grands thèmes jalonnent l’exposition – le voyage, l’ancrage, la rencontre et la mémoire. Ils constituent des clés de compréhension pour mieux appréhender les arts océaniens.
Le voyage évoque d’abord l’histoire de la navigation autochtone : l’exploration du Pacifique par les peuples venus d’Asie du Sud Est, l’art de la fabrication et de l’ornementation des pirogues (tel que les proues sculptées et les pagaies), le développement du commerce et des échanges, y compris avec les Européens.
En contrepoint, le thème de l’ancrage retrace les multiples façons dont les cultures océaniennes ont créé des lieux d’habitation et d’appartenance.
Ces maisons et espaces racontent de nombreuses histoires sur l’origine, les rituels et le pouvoir ancestral. De nombreuses œuvres furent d’abord conçues comme des réceptacles d’esprits et de divinités, certaines considérées aujourd’hui comme des chefs d’œuvre des arts océaniens.
L’ancrage est aussi aujourd’hui, du fait de l’élévation du niveau de la mer, un défi pour les peuples insulaires comme l’expriment notamment les artistes contemporains.
Dans l’exposition, le thème de la rencontre réfère à celles qui eurent lieu entre les cultures océaniennes et avec l’Occident. Cette rencontre, dont on a longtemps considéré qu’elle avait eu pour seul résultat le déclin des cultures insulaires, fut aussi source d’innovations dans le champ artistique (apparition de nouvelles formes, supports, registres…).
Enfin, l’exposition évoque un thème essentiel pour comprendre l’histoire et l’identité de la région, celui de la mémoire et de son rôle dans la négociation du contemporain.

Commissaires
Pr. Nicolas Thomas
Directeur du Musée d’Archéologie et d’Anthropologie de l’Université de Cambridge (Royaume-Uni)
Dr. Peter Brunt
Maître de conférences à l’Université Victoria à Wellington (Nouvelle-Zélande)
Avec Dr. Adrian Locke conservateur responsable des expositions de la Royal Academy of Arts, Londres (Royaume-Uni)
Commissaire associée
Stéphanie Leclerc-Caffarel, responsable de Collections Océanie au musée du quai Branly – Jacques Chirac


Pierre Aimar
Mardi 5 Février 2019
Lu 193 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 217



Inscription à la newsletter

Festival ici et ailleurs 2019

Cliquez sur l'image pour télécharger

e-magazine interactif !
Textes et espaces publicitaires
sont des liens pour les sites des festivals


35e édition du Festival Radio France Occitanie Montpellier


Cliquez sur l'image pour télécharger le programme