Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Paris, Musée Guimet : Fables d’Orient, miniaturistes, artistes et aventuriers à la Cour de Lahore, du 20 février au 27 mai 2019

Un ensemble d’illustrations hautes en couleur, inédites et méconnues du grand public, révèle un aspect surprenant de la production picturale indienne dû au peintre de Lahore, Imam Bakhsh, qui officia à la cour sikhe du maharajah Ranjit Singh, dans la première moitié du 19e siècle.


L’Ours et l’Amateur des jardins, Imam Bakhsh Lahori © Ville de Château-Thierry – Musée Jean de La Fontaine
L’Ours et l’Amateur des jardins, Imam Bakhsh Lahori © Ville de Château-Thierry – Musée Jean de La Fontaine
L’histoire des Sikhs est intrinsèquement mêlée à celle du Pendjab et à celle d’un temps d’unification et d’expansion éphémère mais glorieux, dû à l’intelligence et la vision d’une figure exceptionnelle, le souverain Ranjit Singh (1780-1839). En 1799, Ranjit Singh s’emparait de Lahore dont il fit sa capitale, régnant sur un empire sikh étendu à tout le Pendjab. Après des temps de troubles, il rétablit l’ordre à Lahore et fut couronné maharajah en 1801. Sa dynastie sikhe dominait alors une immense majorité de musulmans et d’hindouistes, forte de ses succès militaires, bien que représentant moins de 5 % de la population. Il les obtint par la formation d’un outil militaire moderne et une armée entraînée ayant prit à son service des officiers européens dont le Français Jean-François Allard et l'Italien Jean-Baptiste Ventura, rejoints bientôt par Claude-Auguste Court et Paolo Avitabile, tous « rescapés » des gloires de l’aventure napoléonienne.

Témoignages de cette aventure française en Orient, les Mémoires du général Court (1793-1880), conservés à la bibliothèque du MNAAG et, plus étonnamment, un exemplaire des Fables de La Fontaine, conservé au musée Jean de La Fontaine à Château-Thierry, nous sont parvenus, illustrés par un artiste fameux de la cour de Lahore, Imam Bakhsh.

Pour les Mémoires du général Court, Imam Bakhsh produit de spectaculaires gouaches représentant des portraits de maharajahs, de dignitaires royaux et des scènes et paysages en relation avec la Cour de Lahore. La tolérance du régime sikh à l’égard des différentes religions et des étrangers y est visible et l’artiste en propose un portrait original.

Les illustrations des Fables sont le fruit d’un ambitieux projet mené par le Baron Félix Feuillet de Conches (1798-1887), chef du protocole au ministère des affaires étrangères en France. Cet admirateur passionné de Jean de La Fontaine avait entrepris de faire illustrer les Fables par des artistes du monde entier et avait passé commande, auprès de Jean-François Allard et Jean-Baptiste Ventura, pour faire réaliser, par un artiste du Pendjab, des illustrations de qualité destinées à orner les espaces laissés vierges des pages de l’édition Didot de 1827 des Fables de La Fontaine. Revisitée par Imam Bakhsh, cette série réalisée de 1837 à 1839 dans la région de Peshawar, offre une vision totalement singulière voire insolite des Fables. Doué d’une sensibilité vive pour le paysage, le peintre y cultive un attrait pour l’actualité et les atmosphères poétiques.

Enrichie de prêts du Louvre et de la Bibliothèque nationale de France, cette exposition offre une occasion unique de découvrir ces deux séries d’une richesse picturale exceptionnelle.

Pratique

Musée national des arts asiatiques – Guimet
6, place d’Iéna
75116 Paris
tél : 01 56 52 53 00


Pierre Aimar
Jeudi 17 Janvier 2019
Lu 113 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 213



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



9 114 114 pages lues au 18/11/18 sur votre site !

9 114 114 pages lues au 18/11/18 sur votre site !
.
Sortir ici et ailleurs / arts-spectacles.com a franchi récemment le cap des 9 000 000 de pages lues. Les chiffres ronds sont sympas mais le chiffre 9 114 114 a une résonance musicale chatoyante.

Photo P.A. : Bonaparte à Valence ne lisant pas Sortir ici et ailleurs