Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


« Marc Chagall, la couleur tombée du ciel », exposition du 2 avril au 26 mai 2019 au musée d’art moderne de Céret

Après une fermeture de trois mois, le musée d’art moderne de Céret ouvre ses portes à partir du 2 avril afin de présenter un ensemble de trente cinq lithographies réalisées par Marc Chagall (1887-1985) dans les dernières années de sa vie, et exceptionnellement prêtées par le Musée national Marc Chagall de Nice.


Marc Chagall, Les gens du voyage, 1968 © Adagp, Paris 2019
Marc Chagall, Les gens du voyage, 1968 © Adagp, Paris 2019
Les lithographies exposées ont été réalisées par Chagall dans une gamme de tons pastels dont se dégage une plénitude rayonnante. Tous les sujets qui l'ont tant fasciné se retrouvent dans ses dernières lithographies : les animaux, l'amour et les fleurs. Les souvenirs de la terre russe se mêlent aux paysages et aux ciels de Paris. La seule lithographie en noir est celle qui représente l'artiste devant son chevalet.
Le cirque, thème cher à l'artiste qui s'en inspira dès ses premières créations et jusqu'à la fin de sa vie, sera à l'honneur dans cette exposition. Le musée d’art moderne de Céret conserve le très beau tableau Les gens du voyage (1968) mettant en scène jongleuse, écuyer et animaux dans une composition empreinte de liberté et de poésie.

Jeunesse et séjour de Marc Chagall à Céret

Marc Chagall est né en 1887 à Vitebsk (Biélorussie) d'une modeste famille juive. Il étudie à l’École des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg. En 1910, il quitte son pays pour s'installer dans un atelier de La Ruche à Paris, où se réfugient des artistes et poètes venus du monde entier, parmi lesquels Delaunay, Léger, Apollinaire, Cendrars, Modigliani et Soutine. À la déclaration de guerre en 1914, il revient dans son pays natal et épouse Bella Rosenfeld le 25 juillet 1915. Leur fille Ida naît un an plus tard. En 1923, Chagall retourne à Paris : le marchand et éditeur Ambroise Vollard lui demande d'illustrer Les Âmes mortes de Gogol, Les Fables de La Fontaine et la Bible. De 1924 à 1928, il découvre plusieurs régions dont les Pyrénées-Orientales et particulièrement Collioure et Banyuls, où il séjourne chez Maillol avant de découvrir Céret.

L'été 1928, Chagall vient à Céret. Il fait un second voyage accompagné de Bella à l'automne 1929. Ils s'installent dans le vieux mas Lloret en face de la chapelle de Saint-Paul sur la route d'Amélie les-Bains. La musique des eaux du Tech, le parfum des mimosas du domaine Saint-Paul et le bleu du ciel sont en harmonie avec le tempérament du peintre, ami de la nature. L'écrivain Victor Crastre nous rapporte que Chagall travaillait beaucoup dans la grande pièce atelier, jadis réservée à l'élevage des vers à soie.

Michel Sageloly, qui tenait une droguerie pour les artistes, raconte le séjour de Chagall à Céret dans son livre Le XXème Siècle à Céret (2000) : « Tous les matins, de bonne heure, il venait à pied en ville pour faire son petit marché. J'ai eu le privilège de l'avoir comme client ; il y a de cela presque soixante ans […]. Il lui arrivait, quelquefois, de partager mon petit-déjeuner que nous prenions dans l'arrière boutique. […] Il n'avait jamais voulu se créer des relations en ville, ni recevoir de visites. Il me dit un jour que des journalistes et des écrivains régionaux étaient venus le voir, cependant il n'avait pas voulu ouvrir les portes de son atelier. »

Marc Chagall travaille à Céret aux gravures sur cuivre des Fables de La Fontaine. Les planches lui sont inspirées par ses voyages dans le Midi de la France et en Auvergne et par son observation de la nature et des animaux. L'artiste a commencé par peindre une centaine de gouaches aux teintes chatoyantes qu'il voulait graver en couleurs mais il semble qu'aucun imprimeur n'était en mesure de le faire à cette époque. Les Fables l'occupent de 1927 à 1931 mais ne sont finalement éditées qu'en 1952 par l'éditeur Tériade.

La lithographie ou « la couleur tombée du ciel »

En 1922, Chagall exécute ses premières planches lithographiques au crayon gras sur papier-report pour l'illustration de son texte autobiographique Ma vie (1931). Le procédé de la lithographie (de « lithos », la pierre en grec) consiste à juxtaposer, à des surfaces humidifiées qui ne retiendront pas l'encre grasse, d'autres surfaces qui, une fois encrées, refuseront l'eau et seront donc imprimées. Chagall part de peintures ou de dessins et cherche à transposer sur la pierre, ses recherches plastiques autour de la couleur. L'artiste explore toutes les possibilités offertes par la lithographie, avec l'aide des imprimeurs, pour traduire les effets qu'il souhaite obtenir.

C'est lors de son exil à New York pendant la guerre que Chagall découvre la lithographie en couleurs avec la commande de l'illustration des Mille et une nuits en 1946. Dès son retour à Paris en 1950, il commence à fréquenter l'atelier du célèbre imprimeur lithographe Fernand Mourlot, fréquenté à la même époque par tous les artistes importants, Picasso, Matisse, Miró, etc...Commence alors une longue collaboration entre l'artiste et les artisans de l'atelier Mourlot. Chagall se lie d'amitié avec le maître lithographe Charles Sorlier qui décrit son oeuvre gravé comme « la couleur tombée du ciel ».

À cette époque, Chagall s'installe dans le midi de la France, à Vence, où les fleurs, la lumière, la couleur lui ouvrent de nouveaux horizons. En juillet 1952, il épouse Valentina Brodsky dite Vava. L'artiste a un besoin vital de couleur et d'amour : « S'agissant de l'Art, j'ai souvent parlé de la couleur qui est amour ». Chagall dessine sur la pierre lithographique comme il peint sur sa toile, avec beaucoup de liberté : « Il me semble que quelque chose m'aurait manqué si, à part la couleur, je ne m'étais pas occupé aussi, à un moment de ma vie, des gravures et des lithographies. ».

C'est à la demande de l'éditeur Tériade que Chagall réalise les suites magistrales en couleurs : Daphnis et Chloé (1961) et le Cirque (1967) dont la grande originalité est d'être entièrement conçu par l'artiste (texte et images). Depuis son enfance où Chagall allait voir les spectacles ambulants des tziganes, le cirque est un thème privilégié dans son oeuvre. Le musée d’art moderne de Céret conserve le très beau tableau Les gens du voyage (1968) mettant en scène jongleuse, écuyer et animaux dans une composition empreinte de liberté et de poésie. Ce spectacle qui allie la musique, la couleur, les hommes et les animaux, synthétise l'univers pictural et poétique de l'artiste.

Le Musée d'art moderne de Céret a organisé plusieurs expositions sur l’oeuvre de Marc Chagall. L'exposition « OEuvres graphiques de Marc Chagall » de juillet à septembre 1968 a présenté une trentaine de lithographies en couleurs réalisées par l'artiste entre 1963 et 1968. L'affiche de l'exposition, exécutée par Mourlot, représente un clown dessiné par Chagall spécialement pour le musée. L’exposition consacrée à « Chagall et les Fables de La Fontaine » s’est tenue en 1995 à Céret puis en 1996 au Musée national Marc Chagall de Nice.

L'exposition d'aujourd'hui « Marc Chagall, la couleur tombée du ciel » présente un ensemble de trente cinq lithographies réalisées par Chagall dans les dernières années de sa vie. À la demande de l'éditeur Aimé Maeght, l'artiste crée en 1980 une suite de quatorze lithographies de dimensions exceptionnelles. Ce sont les dernières oeuvres de Chagall éditées par Maeght. Les autres lithographies exposées présentent tous les sujets qui l'ont tant fasciné : l'amour, les animaux, les fleurs et le cirque. Les souvenirs de la terre russe se mêlent aux paysages et aux ciels de Paris. Chagall se représente comme peintre devant son chevalet, thème obsédant de ses dernières années.

L’oeuvre lithographié de Chagall est un des plus importants du XXe siècle avec des livres illustrés publiés par les grands éditeurs de cette époque, dont Vollard, Tériade ou Maeght. Marc Chagall a lithographié jusqu'à la dernière heure de sa vie, le matin du 28 mars 1985. Vers l'autre clarté, présentée dans l'exposition, est d'ailleurs la dernière lithographie en couleurs de l'artiste.

Informations pratiques

Musée d’art moderne de Céret
8, Bd Maréchal Joffre
BP 60413, 66403 Céret Cedex- France
T (33) 04 68 87 27 76
F (33) 04 68 87 31 92
contact@musee-ceret.com


Musée de Céret
Mardi 2 Avril 2019
Lu 230 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 216



Inscription à la newsletter

Festival ici et ailleurs 2019 paraîtra le 20 juin !

Festival ici et ailleurs 2019 paraîtra le 20 juin !

Pour figurer dans Festivals ici et ailleurs - agenda, rédactionnel, espace publicitaire - contactez : sortir@wanadoo.fr (Pierre Aimar)
Festivals ici et ailleurs est le seul magazine des festivals diffusé dans tout le sud-est.


Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



Palerme ebook avec vidéos

Téléchargement gratuit. Cliquez sur l'image