Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Logique de la mappemonde, note sur l’espace (pourquoi méditerranéen ?) par Alexandre Castant, éditions Filigranes

Logique de la mappemonde, note sur l’espace (pourquoi méditerranéen ?) est d’abord une brève histoire du paysage qu’introduisent la représentation du paysage chinois, la perspective de la Renaissance, la phénoménologie ou l’invention de la photographie.


Logique de la mappemonde, note sur l’espace (pourquoi méditerranéen ?) par Alexandre Castant, éditions Filigranes
Puis, réduisant son champ d’étude (comme la mise au point d’un gros plan le ferait), cet essai devient une déambulation à travers des oeuvres d’art ayant traité de l’espace méditerranéen (littérature, photographie, cinéma, son).

Pourquoi des paysages méditerranéens ? Car la construction de leur histoire comme l’expérience de leur aventure esthétique sont fécondées par les migrations, les nomadismes, les rencontres et les commerces géographiques (Fernand Braudel, La Méditerranée). Dans cette perspective, l’ouvrage rend d’abord compte d’une poétique – par exemple de l’oxymore – à l’oeuvre dans la représentation de l’espace méditerranéen, puis il approche, en particulier, les mises en scènes théâtralisées de la ville de Barcelone dans la photographie contemporaine ou chez l’écrivain André Pieyre de Mandiargues… Dès lors, les oeuvres et les paysages traversés iront de la Mythologie à Roma de Fellini, au Mépris de Jean-Luc Godard ou à Méditerranée de Jean-Daniel Pollet, des propositions photographiques, poétiques ou chromatiques de Bernard Plossu ou de Florence Chevallier, à l’art contemplatif du cinéaste Abbas Kiarostami ou du photographe Bernard Guillot. Enfin, les métamorphoses politiques du paysage seront également abordées à travers des pièces contemporaines de François Méchain ou de Stalker.

Or, à chaque fois, c’est le rapport entre les médiums qui y sera exploré, et selon une méthode de recherche trans-esthétique qu’Alexandre Castant a déjà employée dans ses essais antérieurs sur André Pieyre de Mandiargues, la photographie ou le son dans les arts visuels, inscrivant ainsi Logique de la mappemonde dans la stricte continuité de ses travaux inter-sémiotiques. Relation entre le texte et l’image, donc, entre l’image fixe et l’image-mouvement aussi, entre l’image et le son, enfin, qui demeure une formidable articulation sémiologique pour inventer des espaces et de nouveaux paysages à l’instar du film La Visite de la fanfare de Eran Kolirin… Dès lors, miroirs en creux d’une histoire trans-esthétique de l’espace méditerranéen, les représentations du paysage apparaîtront comme une plate-forme des rencontres inter-sémiotiques, comme une mer des passages entre les images, les textes et les sons dont l’espace, son imaginaire et son expression seraient, ici, les dépositaires, le reflet, l’arborescence.

Logique de la mappemonde, note sur l’espace (pourquoi méditerranéen ?) est la préfiguration d’une exposition sur la poétique du paysage, l’espace méditerranéen et les relations trans-esthétiques, qui, conçue avec Stéphane Doré, Nicolas Hérubel et Didier Mencoboni, aura lieu à la galerie La Box de l’École nationale supérieure d’art de Bourges du 30 mai au 22 juin 2013.

L’auteur

Alexandre Castant est professeur à l’École nationale supérieure d’art de Bourges où il enseigne l’esthétique et l’histoire des arts contemporains.
Essayiste, il étudie les relations esthétiques et poétiques entre les arts, et, dans cette perspective, a notamment publié :
- Esthétique de l’image, fictions d’André Pieyre de Mandiargues, Publications de la Sorbonne, « Esthétique », 2001;
- Noire et blanche de Man Ray, Scala, « OEuvre choisie », 2003 ;
- La Photographie dans l’oeil des passages, L’Harmattan, « L’Art en bref », 2004 ;
- Planètes sonores, radiophonie, arts, cinéma, Monografik, « Écrits », 2007 (nouvelle édition augmentée, 2010) ;
- ImagoDrome, des images mentales dans l’art contemporain, ouvrage collectif, Monografik, « Écrits », 2010.

Critique d’art, il a écrit dans différents périodiques (Archistorm, L’Art même, Art press, Critique d’art, Le Journal du Centre national de la photographie, Omnibus, Particules, Sensible, Synesthésie…), et, actuellement, il participe régulièrement au journal en ligne www.dust-distiller.com
Site personnel : www.alexandrecastant.com

Pratique

ISBN : 978-2-35046-251-6

Filigranes Paris
22 rue du Faubourg-du-Temple
Boîte aux lettres 31
75011 Paris
Tél/Fax. 01 43 42 48 15
www.filigranes.com
filigranes@filigranes.com


Pierre Aimar
Mardi 8 Janvier 2013
Lu 261 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 28





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...