Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Lodève, Musée de Lodève : exposition Kisling. jusqu'au 2 novembre 2008

Le Musée de Lodève organise, jusqu'au 2 novembre 2008, une importante exposition consacrée à Kisling. Première exposition consacrée à cet artiste par un musée français, elle centre son propos d’une part sur la première partie de la production du peintre depuis son arrivée à Paris en 1910 jusqu’au lendemain de la Première Guerre mondiale, d’autre part sur sa période de maturité qui, au cours des années 1930-50, le conduit à rechercher un rapprochement avec la grande tradition.


De multiples influences « au service d’une nouvelle volonté expressive », résolument personnelle

Si l’Ecole de Paris, selon Emmanuelle Tenailleau, « est une digestion fastueuse du Louvre et des dernières avant-gardes*3 » Kisling s’inscrit en plein dans cette définition.
Ses œuvres (portraits – dont un grand nombre de nus féminins-, natures mortes, paysages…), d’abord nourries d’influences cézanniennes puis des premières approches du cubisme, révèlent ensuite un intérêt profond pour la peinture classique italienne et flamande, avant de s’inscrire dans le retour à la figuration des années 20 et de répondre à une forte préoccupation de synthèse des formes. Elles s’affranchissent en tout cas désormais de l’avant-garde cubiste pour dessiner –ce qu’André Salmon nomme son « naturalisme organisé »- les volumes adoucis d’un univers tout à fait personnel.

Lodève, Musée de Lodève : exposition Kisling. jusqu'au 2 novembre 2008
Malgré une notoriété qui ne s’est pas démentie de 1910 à 1945, Kisling, qui fut l’un des plus célèbres parmi les peintres de l’Ecole de Paris, est aujourd’hui injustement délaissé. Peut-être ce dédain est-il dû à sa désaffection des aventures modernistes pour revenir à la figuration ? En tout cas, la munificence et la complexité de sa palette, la science de ses compositions, de sa technique, et l’originalité d’un style qu’il s’est personnellement construit entre grande tradition et modernité, méritent une nouvelle lecture


musee.lodeve@wanadoo.fr
Lundi 28 Juillet 2008
Lu 754 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Sublime baroque - 10/08/2018

1 2 3 4 5 » ... 84



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



Versailles

Versailles


Pouchain emiliani

Pouchain emiliani


Lizt en Provence

Lizt en Provence


Photaumnales

Photaumnales