arts-spectacles.com
Sortir ici et a
Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Les jardins de la Maison Jean Cocteau à Milly-la-Forêt (Essonne)

« C’est la maison qui m’attendait… Elle me donne l’exemple de l’absurde entêtement des végétaux… L’eau des douves et le soleil peignent sur les parois de ma chambre leurs faux marbres mobiles. » Jean Cocteau


Le jardin est intimement lié à l’histoire du Château de la Bonde, demeure d’origine médiévale. Comme la Maison du Bailli, il faisait partie de l’enceinte du château, limitée par les douves en eau.
© Christian Descamps - Région Île-de-France
© Christian Descamps - Région Île-de-France

Lorsqu’il en fait l’acquisition avec Jean Marais en 1947, Jean Cocteau découvre « la chose la plus rare au monde, un cadre ». C’est un lieu de tranquillité, un refuge, loin de l’agitation parisienne. Aujourd’hui encore, une fois franchi le porche entouré de ses deux tours en encorbellement, le visiteur pénètre dans le jardin domestique ouvert sur la douve, découpé par des plates-bandes fleuries, où se dresse un poirier autour duquel Cocteau avait placé un taureau en bois coloré, ancien élément de manège. C’est là, à proximité de l’eau et des ponts, que de petites tables sont disposées pour profiter de la buvette ouverte depuis cette année. Au fond de ce premier jardin, une tonnelle ferme la perspective.

En cheminant autour de la Maison, s’ouvre le jardin des sculptures. A la place de l’ancien potager, s’ouvre un lieu plus minéral, où sont disposées plusieurs figures sculptées, dont une tête d’Orphée sur le parapet de la douve, un buste de Turc, élément de décor du film “La Belle et la Bête”, restauré depuis peu, et une paire de sphinges style rocaille disposées de chaque côté du perron d’entrée.
Comme dans un théâtre de verdure, “Les samedis musicaux de Jean Cocteau” prennent place ici, dans un espace entouré de vieux murs, à l’acoustique parfaite.
© Christian Descamps - Région Île-de-France
© Christian Descamps - Région Île-de-France

Le verger

Une fois passé le pont, le visiteur longe les allées qui séparent en quatre carrés réguliers le verger. Chaque carré est bordé par des pommiers en espalier. On peut y trouver une cinquantaine de variétés de pommiers, dont les fruits sont ramassés chaque automne et transformés en jus par les enfants des écoles environnantes. Des vignes, des rosiers, dont la variété Jean Cocteau offre de magnifiques roses jaune-orangé, et au printemps des massifs de pivoines, d’iris, donnent à ce verger des couleurs changeantes suivant les saisons. Un carré est consacré aux plantes médicinales. L’allée du fond, bordée de charmes qui l’ombragent, ouvre, au-delà des bras d’eau, sur un espace de plus d’un hectare, véritable réserve écologique de la ville.

Un lieu de création pour des artistes

Pour le confort des visiteurs, des bancs, commandés en 2022 à La Lisière, ont été réalisés par le sculpteur Antonin Voisin dit Anton, et inspirés du bestiaire du poète. A l’occasion de l’opération “Jardins ouverts”, la céramiste Murielle Joubert a créé “Totem”, grandes tiges en céramique qui évoquent les Simples, ces plantes médicinales que Jean Cocteau a peintes dans la chapelle Saint-Blaise-des-Simples, là où il est enterré.

Informations plus

Maison de Jean Cocteau
15 rue du Lau
91490 MILLY-LA-FORÊT
Ouverte du jeudi au dimanche, de 11H à 18H Visites guidées de 11H à 17H
reservation@maisonjeancocteau.com

Pierre Aimar
Mis en ligne le Lundi 6 Mai 2024 à 22:14 | Lu 131 fois

Nouveau commentaire :

Festivals | Expositions | Opéra | Musique classique | théâtre | Danse | Humour | Jazz | Livres | Cinéma | Vu pour vous, critiques | Musiques du monde, chanson | Tourisme & restaurants | Evénements | Téléchargements