arts-spectacles
Sortir ici et a
Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Le Trio Wanderer au festival Labeaume en Musiques 2010. Par Jacqueline Aimar

Wanderer cela signifie, l'errant ou par extension l'errance. C'est aussi le titre d'un lied de Schubert, de Trio, en hommage à Franz Schubert. Mais il n'y a pas de Schubert ce soir au programme.


Une scène et un décor fantasmagoriques pour la musique de chambre © Pierre Aimar
Une scène et un décor fantasmagoriques pour la musique de chambre © Pierre Aimar

Wanderer, un trio exceptionnel

Le Trio Wanderer conjugue Jean-Marc Philips-Varjabédian au violon, Raphaël Pidoux au violoncelle et VIncent Coq au piano. Trois musiciens de grande qualité et qui vont nous donner dans ce coin de rivière un peu sauvage, le Trio opus n°2 de Beethoven, de Franz Liszt, Tristia, et le trio n°1 de Mendelssohn.
Et c'est un peu magique malgré tout, car la prairie dans ce coin de rivière, la Beaume, abrite une petite tente un grand piano et trois musiciens. La nuit est noire tout autour, seule rayonne l'énorme boule blanche et lumineuse, devenue depuis quelques années la lumière et le symbole de ce festival en Ardèche. Elle suit d'ailleurs chacun des concerts, dans chacun des sites de spectacles.

Une superbe leçon de musique

Avec Beethoven cela a commencé doux, pur et tendre, avec parfois des accents mozartiens, alternant avec une danse allègre. Puis se faire plus sautillant, parfois plus rapide au fil des mouvements. Avec Liszt et cette transcription des années de Pélérinage en Tristia, l'œuvre est plus moderne, la musique plus abstraite comme réfléchie avec des pauses pour permettre le songe. C'est là que s'installent les grands froissements du vent dans ce coin de rivière, alternant avec une musique austère presque douloureuse. On admire alors la qualité du silence, là en plein air dans cet espace d'herbes folles, avec le grand frisson du vent dans les arbres, autour d'une assemblée nombreuse et pleine d'enfants. Les sons , c'est incontestable, agissent comme un charme; et en une valse la musique se construit puis s'élabore jusqu'à un galop final.

Une fois de plus, il est permis d'observer comment de tels moments de musiques et d'exception - on n'a pas toujours de tels interprètes dans le prairie au bord de la rivière - peuvent donner l'impression que le monde est beau ou du moins qu'il n'est pas si moche, et que chacun par la grâce des moments et des plaisirs qui lui sont offerts, peut évoluer, se sentir nouveau et plus ouvert au monde.
C'est cela, je crois, qu'on appelle la culture.
Jacqueline Aimar


pierre aimar
Lundi 4 Octobre 2010
Lu 520 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 85



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



9 114 114 pages lues au 18/11/18 sur votre site !

9 114 114 pages lues au 18/11/18 sur votre site !
.
Sortir ici et ailleurs / arts-spectacles.com a franchi récemment le cap des 9 000 000 de pages lues. Les chiffres ronds sont sympas mais le chiffre 9 114 114 a une résonance musicale chatoyante.

Photo P.A. : Bonaparte à Valence ne lisant pas Sortir ici et ailleurs