Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



La Fondation Carmignac expose 300 œuvres sur le site de Porquerolles à partir du 2 juin 2018

C’est à Porquerolles, joyaux méditerranéen rattaché à la ville d’Hyères, que la Fondation créée en 2000 à l’initiative d’Édouard Carmignac, donne rendez-vous au public le 2 juin prochain.



« Partager ma passion est une immense satisfaction. (...) La découverte de Porquerolles a suscité en moi le désir d’y créer un lieu dédié aux arts ouvert à tous. Cet environnement préservé et unique créé les conditions les plus propices pour une rencontre avec l’art », explique Edouard Carmignac, Président de la Fondation.

Au milieu d’un Parc national exceptionnel, les visiteurs découvriront en effet, du 2 juin au 4 novembre - pour la première année -, une exposition qui proposera une sélection parmi les 300 oeuvres d’art contemporain de la collection Carmignac et un jardin de 15 hectares ponctué de sculptures.

Selon les mots de son directeur, Charles Carmignac : « Arrivé sur l’île, le visiteur découvrira un mas provençal fondu dans le paysage. A l’intérieur, les volumes se dilatent et révèlent 2000 m2 de salles d’exposition. La lumière naturelle, filtrée par un plafond aquatique, éclaire les espaces cachés sous la surface. A l’extérieur, un jardin de 15 hectares imaginé par le paysagiste Louis Benech est habité par une série d’oeuvres, inspirées du lieu. »

La fréquentation de la Villa Carmignac sera limitée à 50 personnes par demi-heure afin d’offrir un contact privilégié avec des œuvres accessibles au plus grand nombre. Des tarifs préférentiels seront proposés en marge du tarif plein à 12 euros, notamment pour les 12-26 ans qui bénéficieront d’un tarif à 5 euros. L’entrée sera, quant à elle, gratuite pour les enfants de moins de 12 ans mais aussi pour les porquerollais qui disposeront d’un laissez-passer permanent pendant toute la période d’ouverture.

Des activités dédiées aux scolaires et aux enseignants, avec des visites en famille suivies d’un atelier seront également au programme pendant que des médiateurs seront à disposition du public adulte pour faire vivre aux visiteurs l’expérience inédite de ce site d’exception.

« Contribuer au développement de l’attractivité culturelle de la ville d’Hyères et de toute la région grâce à l’installation de la Fondation Carmignac est une grande satisfaction » explique Jean-Pierre Giran, Maire d’Hyères.
Il ajoute : « L’implantation de cette fondation vient brillamment ponctuer un parcours culturel d’exception que l’histoire nous a légué, du site archéologique d’Olbia à la Villa Noailles en passant par notre patrimoine médiéval et le futur Musée de cultures et du paysage ».

La Collection Carmignac

La collection, exposée et partagée dans les bureaux de la société depuis sa création, célèbre l’art américain des années 60 à 80 avec les œuvres iconiques d’Andy Warhol,
Roy Lichtenstein et Jean-Michel Basquiat.

Les XXe et XXIe siècles sont traversés avec les visions incisives ou plus méditatives de Gerhard Richter, Willem de Kooning, Martial Raysse, Miquel Barceló ou encore Ed Ruscha, tandis que la collection s’ouvre à de nouveaux territoires (Zhang Huan, El Anatsui...) et à la jeune scène émergente (Korakrit Arunanondchai, Theaster Gates...).

Enfin, la photographie plasticienne et le photojournalisme viennent compléter ce panorama unique, reflet d’une histoire personnelle, faite de rencontres et de moments de vie partagés.

L’ île intérieure

C’est un double voyage à la fois physique et mental autour d’une ligne de surface, ponctué de plusieurs seuils de passage.
- L’autre rive : la visite commence avec la traversée. Le visiteur quitte le continent, il largue les amarres pour aller sur une île. Le voyage mental se superpose alors.
- La marche : arrivé au port, il faut faire 680 pas, le corps est sollicité comme dans une errance, au sens ancien et mystique du terme, une quête de connaissance d’un mystère.
- La forêt : Porquerolles est une forêt méditerranéenne en pleine mer. Le parcours commence et finit par la forêt. Un paysage intérieur dont l’étymologie veut dire : « au loin ».
La Fondation est blottie au pied de la forêt.

- L’accueil : c’est un seuil de passage.
Les visites sont limitées à 50 personnes par demi-heure. Ainsi, il est possible de se retrouver seul face à une œuvre.
Ouverture de 10h au coucher du soleil.
- La villa : au cœur d’un parc national, sur un site classé, impossible de créer une nouvelle emprise sur le sol. De cette contrainte est né le projet d’un lieu d’exposition sous la surface du sol. De l’extérieur,
la maison n’a quasiment pas bougé.
- Le garde : sur le seuil d’entrée, une sculpture
de l’Alycastre, dragon légendaire de Porquerolles, garde les lieux, comme une épreuve à passer.
- La librairie : en rentrant, on découvre la mer à travers une librairie idéale, lieu du signe où les artistes proposent aux visiteurs une sélection de livres qu’ils emmèneraient sur une île.
- Le rituel : la visite est ritualisée, elle se fait pieds-nus, après avoir dégusté une boisson à base de plantes.
- La descente sous la surface du sol : les volumes
se dilatent et déploient 2000 m2 d’espace d’exposition. La lumière naturelle, filtrée par un plafond d’eau, éclaire les salles comme le fond des mers. C’est le lieu de l’exposition temporaire, qui interroge la collection Carmignac chaque année avec un thème spécifique.
- La remontée à la surface : une fois dehors, le visiteur découvre les jardins imaginés par le paysagiste Louis Benech, qui mettent en valeur les espèces pionnières et endémiques de l’île.

- Le jardin de sculpture Nord : les espaces extérieurs sont habités par des œuvres issues de commandes spécifiques ou de résidences d’artiste. Au Nord, sur un espace d’inspiration agricole (verger, potager), des œuvres immersives comme un labyrinthe de miroir conduisent à des puits, telles des invitations à repasser sous la surface. Les cannes de Provence serviront de cimaises végétales pour nourrir un jeu de dévoilement des œuvres.
- Le jardin de sculpture Sud : c’est l’espace du maquis, habité par des sculptures figuratives : des visages, des bustes et des représentations de la nature, accueillante, ou bien cruelle. C’est l’homme et sa présence au monde. Comme un espace de sensibilisation, le sol est jonché d’espèces fragiles et protégées.
- L’orée du bois : le visiteur disparaît progressivement dans la forêt, zone la moins touchée par la civilisation. Les espaces boisés sont gardés par trois alchimistes, sculptures de trois enfants purs, au regard clos.
- La forêt : au milieu de la forêt, des clairières.
On quitte le jeu de surface pour regarder vers le ciel. C’est le lieu des installations, œuvres temporaires et programmation d’art vivant autour du thème de la transe au sens large, comme passage d’un état à un autre.
- La terre : en fin de parcours, le visiteur a le loisir de déguster un verre de vin, issu du vignoble, et de se restaurer sous la pinède à partir de produits de saison fournis par une association agro-écologique de l’île.
- La mer : après la visite, il est recommandé de marcher 200 pas et de glisser dans la mer. L’occasion de se remémorer la légende du sentiment océanique, cette disparition du moi dans une immensité qui vous enveloppe.

Chronologie Fondation Carmignac

ANNÉES 50
Édouard Carmignac passe son enfance au Pérou. Le souvenir de certains végétaux flamboyants hante aujourd’hui les jardins du site de Porquerolles.

ANNÉES 60-70
Les aspirations et l’énergie de ces années imprègnent l’esprit du collectionneur et ses futurs choix d’acquisition.
La société Carmignac invitera plus tard en concert des artistes de l’époque (Rolling Stones, Neil Young, Lou Reed…) dont la musique habite l’âme de la collection.

1984
A New York, Édouard Carmignac fréquente la Factory et rencontre Jean-Michel Basquiat qui fait son portrait.
Le « C » entouré d’un cercle que l’artiste peint sur la toile, inspirera le logo de la société Carmignac.

1989
Création de Carmignac Gestion, entreprise matrice de la Fondation.

1993
Début de la collection avec l’acquisition de Grüner Strich (1982), de Gerhard Richter. La collection comprend aujourd’hui 6 œuvres de l’artiste allemand.

2000
Naissance de la Fondation d’entreprise Carmignac Gestion. Positionnée en soutien de la création contemporaine depuis cette date, la Fondation gère, valorise et partage désormais la collection Carmignac.

2002
Première acquisition d’une œuvre de Roy Lichtenstein, Fishing Village (1987). La collection comprend aujourd’hui 15 œuvres de l’artiste américain (la plus importante collection privée en France).

2009
Création du Prix Carmignac du Photojournalisme. Face à la crise des médias et du photojournalisme,
Édouard Carmignac crée un Prix doté de 50 000 euros pour soutenir chaque année la réalisation d’un grand reportage d’investigation.

2010
Mécénat exclusif de l’exposition Basquiat au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris.

2016
L’exposition ‘Retrospective’ du Prix Carmignac du photojournalisme à la Saatchi Gallery à Londres est l’exposition de photojournalisme la plus visitée au monde en 2016 (Source: The Art Newspaper).

2017
L’exposition itinérante du 8ème lauréat du Prix Carmignac du Photojournalisme, Narciso Contreras, qui montre les premières preuves visuelles de l’esclavage des migrants en Libye attire entre Paris, Milan et Londres, plus de 560.000 visiteurs.

2018
Présidée par Jean Jouzel, climatologue et co-lauréat du Prix Nobel de la Paix en 2007 en tant que Directeur du GIEC et sous le haut patronage de Ségolène Royal, Ambassadrice pour les Pôles, la 9ème édition du Prix Carmignac du Photojournalisme est dédiée aux conséquences du changement climatique en Arctique.

Ouverture du site de la Fondation Carmignac sur l’île préservée de Porquerolles le 2 juin 2018.

Pratique

Billetterie
Afin d’offrir un contact privilégié avec les oeuvres, le nombre de visiteurs est limité à 50 personnes par demi-heure. Il est recommandé de réserver son billet sur le site de la Fondation Carmignac.
Les billets donnent accès à l’ensemble des espaces de la Villa Carmignac et aux jardins.

Tarif plein : 12 euros Tarif réduit : 8 euros
Demandeurs d’emplois et bénéficiaires des minimas sociaux, personnes handicapées, artistes (Maison des artistes et AGESSA), enseignants.

Tarif jeunes : 5 euros, 12-26 ans,
Gratuit : Enfants jusqu’à 11 ans (inclus), habitants de Porquerolles (sur inscription) et carte de presse.


Pierre Aimar
Mercredi 21 Mars 2018
Lu 199 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 206





Inscription à la newsletter






Festivals ici et ailleurs 2018 sortira le 20 juin

Le magazine des festivals de Provence, Alpes, Côte d'Azur, Rhône-Alpes, Auvergne, Languedoc, Roussillon, sera diffusé le 20 juin 2018.
Une tradition depuis 1992 !

Le plus complet des magazines des festivals publie gratuitement vos informations dans son agenda.

Des informations ?
Contactez la rédaction : sortir@wanadoo.fr


Téléchargez Festivals ici et ailleurs 2017



Téléchargez Festivals ici et ailleurs 2016



Téléchargez Festivals ici et ailleurs 2015



Téléchargez Festivals ici et ailleurs 2014