Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Intersections Art Gallery Art Paris Art Fair 2016 - 31 mars au 3 avril 2016 au Grand Palais, Paris

Après avoir remporté un franc succès lors de l’édition 2015 d’Art Paris Art Fair, la galerie Intersections réitère sa participation au rendez-vous de l’art moderne et contemporain du Printemps à Paris.


Intersections Art Gallery Art Paris Art Fair 2016 - 31 mars au 3 avril 2016 au Grand Palais, Paris
Du 31 mars au 3 avril 2016, la galerie conçoit un meltingpot passionnant, pluriel et fragile, autour de quatre artistes français, birmans et singapouriens.

Cette sélection reflète la démarche de la galerie, installée à Singapour et son intérêt pour des artistes, qui s’impliquent dans des choix esthétiques au coeur de leurs préoccupations profondes, loin des modes et des codes établis de l’art contemporain.

Identités d’Asie du Sud-Est
La galerie Intersections dévoile, pour la première fois au public parisien, les œuvres de deux frères artistes birmans, Soe Soe (1967) et Khin Zaw Latt (1980).

Avec sa série intitulée « In the Rain », Soe Soe invente un impressionnisme birman contemporain, à mi-chemin entre abstraction et figuratif.
Avec des toiles intitulées « Still Alive » ou « Street Story », Khin Zaw Latt (KZL) évoque le sort des enfants des rues. Cette série de portraits est d’ailleurs le reflet de son travail caritatif comme son école « Bamboo School » fondée pour recueillir des enfants défavorisés.

Présentée en 2015 dans le cadre d’Art Paris Art Fair, la jeune artiste singapourienne June Lee Yu Juan poursuit sa quête identitaire et sa recherche d’une expression fusionnelle du passé et du présent, dans sa nouvelle série de calligraphies contemporaines. Avec « Calligraphic Matter », elle réinterprète des textes datant de la dynastie des Hans (206 avant J.C. à 220 après J.C.).
En bouleversant les frontières entre tradition et modernité, June Lee Yu Juan nous offre une vision à la fois nouvelle et familière, où la calligraphie chinoise est habilement pervertie, comme pour montrer comment se dissout une culture dans le creuset de mondialisation.

La pratique d’Hélène Le Chatelier, artiste française qui vit et travaille à Singapour depuis 2010, joue sur la dualité entre sa technique issue de la Renaissance italienne et la peinture chinoise, entre la vision du corps dans la peinture occidentale et dans l’esthétique chinoise.
En explorant les traces qu’impriment sur les corps le temps et les émotions, l’artiste crée une cartographie de notre mémoire. Cette perception fait écho à la notion du temps dans les philosophies orientales.

A travers le choix d’un medium commun -l’encre de Chine sur papier- et d’un sujet récurrent - la mémoire et l’écriture-, les chemins de June Lee Yu Juan et d’Hélène Le Chatelier finissent par se croiser

A propos de la galerie

Installée à Singapour depuis 2012, Intersections est spécialisée dans l’art contemporain d'Asie du Sud-Est, avec un focus sur les artistes originaires de Birmanie.

La galerie de louise Martin et Marie-Pierre Mol présente aussi bien des oeuvres d’artistes émergents que celles d’artistes confirmés. Leur objectif est de susciter des rencontres entre les différents acteurs du marché de l’art international et de favoriser la compréhension et le respect des cultures entre les peuples.

En 2015, Intersections était une des galeries invitées à représenter Singapour, invité d'honneur à Art Paris Art Fair dans le cadre de son cinquantième anniversaire.
Cette année, comme en 2015 la galerie était invitée à présenter des artistes birmans dans le cadre d'Art Stage Singapore. Les deux artistes Hélène Le Chatelier et June Lee Yu Juan seront également présentes sur le salon.


Pierre Aimar
Lundi 22 Février 2016
Lu 77 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 202





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...