Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Idoménée de Mozart à l'Opéra Bastille, Paris, le 1er février. Par Michel Finck

Mise en scène hideuse avec une scène vide et seulement une plage plus ou moins couverte d'immondices selon l'acte et qui bien que de sable se trouve très bruyante. Les mouvements du chœur, élément important dans les oeuvres montrant la Mythologie, fait penser à une troupe munies de galoches courant sur un parquet flottant...


Choeurs et orchestre parfaits sous la direction efficace de Philippe Hui n'auront pas suffi à dissiper notre assez profond ennui

Idoménée de Mozart à l'Opéra Bastille, Paris, le 1er février. Par Michel Finck
Cette foule est vêtue dans un camaïeux de noir et gris sur un environnement très sombre, seule la robe d'Electre, plus noire que noire (comme aurait dit Coluche) tranche un peu.
Nous connaissions ce spectacle, alors pourquoi être venus ? Le programme de l'abonnement proposait une distribution de rêve avec Villazon, Netrebko et Kasarova. et entre maladie du ténor et disparition au programme de la soprano russo-autrichienne seule Vesselina Kasarova persiste. Grande voix très habituée au chant baroque, Charles Workman me surprend agréablement avec un timbre, certes, ingrat mais une voix égale du grave à l'aigu, tout de même un peu court. Je préfère dans ce rôle un ténor un peu plus héroïque ou Villazon aurait été bien, si la maladie lui avait permis d'être là. Le ténor chante en outre dans un très bon italien (ce qui n'était pas le cas pour le français dans Berlioz) alors que les autres protagonistes sont moins compréhensibles : mais il y a le sur titrage me direz-vous ?
Tamar Iveri prête à Electre une très jolie voix avec une belle ligne de chant sans aucun son crié, mais là encore une voix plus dramatique m'aurait mieux convenu. Voix au timbre un peu ingrat pour Ilia, les autres protagonistes, bien distribués.
Choeurs et orchestre parfaits sous la direction efficace de Philippe Hui n'auront pas suffi à dissiper notre assez profond ennui.
Michel Finck
mcfinck@yahoo.fr


pierre aimar
Mercredi 10 Février 2010
Lu 1328 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 62



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



Versailles

Versailles


Pouchain emiliani

Pouchain emiliani


Lizt en Provence

Lizt en Provence


Photaumnales

Photaumnales