Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Guadeloupe, Pointe-à-Pitre. Le Mémorial Acte (MActe), un site unique et remarquable. Par Jacqueline Aimar

Le Mémorial Acte ou Macte est un musée, ou mieux un mémorial, musée de la mémoire, de la traite et de l’esclavage qui a poussé en 2015, vaste aile blanche sur le site ancien d’une sucrière, l’usine Darboussier à Pointe-à-Pitre


Mémorial ACTe Pointe-à-Pitre

En saillie sur la mer, ceinturé d’îles, prolongé par le port de Pointe-à-Pitre et ses mastodontes de croisière, il donne sur l’horizon bleu, la chaîne du volcan de la Soufrière et au loin les Monts Caraïbes.
J’oserais affirmer, un des plus beaux sites de l’île. Le regard s’y envole et l’âme aussi, celle des esclaves qu’on a souhaité ici ne pas oublier, à qui on donne un passé mais aussi un présent dans ce monument en verre et dentelle de métal blanc, à la manière du Mucem de Marseille.

Un musée d’histoire

A l’intérieur, des pages d’histoire, celle de l’esclavage dont on ne saurait être fier, celle des hommes en transit et en souffrance douleur bien transcrite par les pages du récit qui nous est fait. La voyage, grandiose avec mer et bateaux en partance, voiles claquant au vent, puis le travail et la douleur, et enfin la mort. Et surtout cet endroit atroce où les pas, tous nos pas, nos pas de 2018, doivent enjamber ces morts rétrécis sur eux-mêmes.
Le récit est précis, les visions choisies et les humains quels qu’ils soient mis en accusation. Musée douloureux donc, mais qui heureusement débouche sur un jardin créole plus vivant et permet d’autres découvertes, les cases et la vie de tous les jours.

Un centre d’art contemporain

A l’extérieur, de vastes espaces ouverts à l’art contemporain, des ouvrages métalliques élaborés à partir des débris de l’usine Darboussier, hautes silhouettes de fer, homme tronqué ou cette œuvre symbolique, assemblage de boites de sardines marocaines qui forment une géante sardine et racontent leur voyage au travers des océans, voyage de déchets impérissables. Hélas !
Bref un lieu douloureux de prises de conscience de toutes sortes, comme avec ces tables et chaises inutiles et agressives qui garnissent le parvis et dont l’accès est impossible.

Dans ce site à la superbe lumière, tout un passé s’inscrit qui scintille et souffre pour de nombreux humains; car ces témoignages concernent aussi ces autres esclaves des Amériques, là juste en face, de l’autre côté de la mer des Antilles, qui trouvent dans ce Mémorial Acte l’expression de leur propre mémoire.
Jacqueline Aimar


Vendredi 2 Mars 2018
Lu 172 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 62



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



Versailles

Versailles


Pouchain emiliani

Pouchain emiliani


Lizt en Provence

Lizt en Provence


Photaumnales

Photaumnales