Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Grasse, musée d'art et d'histoire de Provence : Bicentenaire Charles Nègre, un artiste protéiforme. Du 6/11/20 au 31/1/21

Dans le cadre du bicentenaire de la naissance de Charles Nègre, la ville de Grasse et le musée d'art et d'histoire de Provence présentent à partir du 6 novembre 2020, une exposition consacrée à Charles Nègre avec une présentation de ses œuvres picturales mais aussi de ses héliogravures et photographies enrichies de prêts issus de la bibliothèque patrimoniale et des archives communales.


Plus de 40 photographies représentant le Pays Grassois, la Côte d'azur et plus largement la Provence ainsi que des portraits de sa famille et des autoportraits sont exposés. Une vingtaine d'héliogravures illustrent les monuments historiques français ainsi que les sites archéologiques internationaux comme en Syrie et en Jordanie. De nombreuses œuvres picturales, peintures d'histoire et paysages de Provence, montrent aussi toute l'étendue des talents de peintre de Charles Nègre.

Peintre classique et académique formé à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris dans les années 1840, Charles Nègre expérimente très tôt la photographie, apparue récemment. Véritable pionnier, il invente son propre procédé de gravure héliographique. Sa pratique de la photographie bouleverse de manière spectaculaire sa conception et les fondements de son art pictural. Ses petits paysages du Midi dans lesquels il se concentre sur les effets et le jeu de lumière côtoient la peinture d'histoire, son autre sujet de prédilection. A l'instar des missions héliographiques qu'il convoitait, ses photographies constituent un témoignage précieux des monuments historiques et sites archéologiques à l'aube de la modernité.

Commissariat scientifique : Grégory Couderc, responsable scientifique des musées de Grasse, attaché de conservation du patrimoine, Nathalie Derra, chargée des expositions et du mécénat, Cindy Levinspuhl, chargée des expositions et des projets muséographiques.

Musée d'Art et d'Histoire de Provence
2, rue Mirabeau - Grasse
Plein tarif : 2 € (ticket donnant accès à la Villa-musée Jean-Honoré Fragonard)
Gratuité : - de 18 ans, étudiants, chômeurs, handicapés et sur présentation du ticket du MIP : - valable la journée

Charles Nègre, peintre-photographe

Etudes de têtes d’hommes Charles Nègre Entre 1839 et 1860, Paris Huile sur toile Musée d’Art et d’Histoire de Provence, inv. 95 222 Legs Mme Fabre-Cartier, 1995
Etudes de têtes d’hommes Charles Nègre Entre 1839 et 1860, Paris Huile sur toile Musée d’Art et d’Histoire de Provence, inv. 95 222 Legs Mme Fabre-Cartier, 1995
Charles Nègre se destine à la peinture et entre à l’École des Beaux-Arts de Paris en 1839. Elève de Paul Delaroche, Michel-Martin Drolling puis de Dominique Ingres, il participe régulièrement au Salon et remporte des médailles. Sa peinture, éclectique, est influencée par le néoclassicisme et le romantisme dont il tend à s’émanciper.

Découvrant la photographie, en pleine expansion depuis l’invention du daguerréotype, Charles Nègre décide de s’y consacrer, encouragé par Paul Delaroche. Il continue néanmoins à associer ces deux techniques qui se nourrissent réciproquement. Ses photographies lui servent d’esquisses qu'il copie fidèlement sur toile tandis que son regard de peintre sublime le réel en parant ses photographies d’une dimension poétique.
A cette période charnière pour les peintres, libérés des exigences de la restitution du réel par l’apparition de ce procédé technique de parfaite reproduction, Charles Nègre a réussi à s’imposer. Sujets mythologiques et bibliques, paysages méditerranéens peints sur le vif ou portraits composent ses peintures au style réaliste et académique.

Charles Nègre, pionnier de la photographie

Grasse, citronnier Charles Nègre Vers 1852, Grasse Photographie sur papier albuminé Musée d’Art et d’Histoire de Provence, inv. 2010.0.237 Achat, 2004
Grasse, citronnier Charles Nègre Vers 1852, Grasse Photographie sur papier albuminé Musée d’Art et d’Histoire de Provence, inv. 2010.0.237 Achat, 2004
Incité par le peintre Paul Delaroche à expérimenter la photographie dès 1839, date à laquelle le daguerréotype est présenté au public, Charles Nègre s’y consacre pleinement dès 1844 et contribue à ériger ce procédé de reproduction mécanique au rang de discipline artistique. Il compose ses photographies comme des tableaux, soignant à la fois la construction, la lumière, la texture du tirage. Portraits, paysages et monuments sont ses sujets de prédilection.
La nécessité de multiplier les épreuves photographiques en nombre est au coeur des recherches techniques des primitifs de la photographie comme les baptise Nadar. C’est dans ce contexte que se perfectionne le procédé du calotype initié dès 1839 par William Henry Fox Talbot. A l’origine de la photographie argentique, il permet d’obtenir sur papier une image photographique en négatif qui peut être reproduite en positif sur papier sensibilisé.
Charles Nègre utilise avec une grande habilité les inventions mises au point par d’autres. Il maîtrise tout particulièrement la retouche manuelle ou chimique des épreuves : variation des tonalités, distribution des ombres et des lumières, se rapprochant ainsi de l’art du dessin.

Charles Nègre, la révolution de l’héliogravure

Théâtre en ruine Louis Vignes (photographe) Charles Nègre (héliographe) Vers 1865, Syrie ou Jordanie Héliogravure, encre noire sur papier Musée d’Art et d’Histoire de Provence, inv. 2002.18
Théâtre en ruine Louis Vignes (photographe) Charles Nègre (héliographe) Vers 1865, Syrie ou Jordanie Héliogravure, encre noire sur papier Musée d’Art et d’Histoire de Provence, inv. 2002.18
Dans les années 1850, la reproduction de photographies s’avère coûteuse, artisanale et l’instabilité des clichés dissuade les acquéreurs d’ouvrages à images alors que la lithographie remporte un grand succès. Suite à l’échec de la publication de son album du Midi de la France en 1852, Charles Nègre se consacre à la recherche d’un procédé de reproduction plus pérenne : l’héliogravure. En 1854, Charles Nègre perfectionne les travaux d’héliogravures du neveu de Nicéphore Niépce, Niépce de Saint-Victor. Il met au point sa propre technique nommée damasquinure et gravure héliographique, brevetée en 1856.
Charles Nègre applique un négatif sur une plaque d’acier recouverte de vernis (bitume de Judée). Il l’expose à la lumière afin d’impressionner la couche de vernis d’épaisseur variable selon les zones claires ou sombres, puis la plonge dans un bain d’or parcouru par un courant électrique. Le vernis disparaît pour laisser place à une épaisse couche d’or dans les parties claires (fortement impressionnées) ou plus fine dans les parties sombres (peu impressionnées). Une fois le vernis enlevé, la plaque est alors mordue à l’acide, encrée puis pressée sur une feuille de papier, sur le modèle de la gravure en taille-douce en creux. L’encre pénètre plus ou moins selon le degré de morsure de l’acide. Cette technique permet de varier avec une infinie subtilité les valeurs du noir au blanc.
La démarche artistique de Charles Nègre se concentre alors quasi exclusivement sur ses reproductions héliographiques : elles permettent des tirages à grande échelle, de qualité exceptionnelle et durable. Cette innovation révolutionne pour un temps le monde de l’édition et de la photographie malgré un coût encore élevé.

Charles Nègre, un regard sur Grasse et la Méditerranée

Grasse, les moulins de Macary Charles Nègre 1855, Grasse Photographie sur papier albuminé Musée d’Art et d’Histoire de Provence, inv. 2010.0.248
Grasse, les moulins de Macary Charles Nègre 1855, Grasse Photographie sur papier albuminé Musée d’Art et d’Histoire de Provence, inv. 2010.0.248
Parmi les nombreuses recherches photographiques et picturales de Charles Nègre, le Midi de la France occupe une place prépondérante.

En 1852, son projet le plus ambitieux consiste à y effectuer un voyage, sur le modèle de la Mission héliographique, durant lequel il réalise une centaine de vues des monuments, vestiges archéologiques, paysages naturels ou urbains remarquables dans le but d’en éditer un album. Toute sa virtuosité s’exprime dans le traitement des paysages, depuis Avignon jusqu’à Antibes, recomposés avec son oeil d’artiste. Malgré la qualité artistique de ses tirages, ce projet n’aboutit pas en raison du coût élevé et de l’instabilité des photographies dans le temps.

En 1861, voyant sa santé décliner, il rejoint sa région natale où il obtient, en 1863, le poste de professeur de dessin au Lycée Impérial de Nice. Charles Nègre réalise de nombreuses photographies de la Riviera et de l’arrière-pays, largement diffusées auprès des hivernants en villégiature, participant ainsi à promouvoir la Côte d’Azur, encore méconnue à cette période. Il peint également sur le vif des vues de Grasse, Nice ou Antibes, inspirées par la lumière de sa Provence natale.


Pierre Aimar
Mardi 20 Octobre 2020
Lu 114 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 233



Inscription à la newsletter




Coup d'œil sur une page