Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Exposition "Nouvelles Acquisitions 2000-2012", musée international de la parfurmerie, Grasse, du 8 décembre 2012 au 28 avril 2013

Le Musée International de la Parfumerie ouvre sa saison hivernale par une nouvelle exposition dédiée aux enrichissements de ses collections réalisés depuis ces douze dernières années.


Tête de guerrier, par Carlo Giuliano (1831-1895)
Tête de guerrier, par Carlo Giuliano (1831-1895)
Achats à des particuliers, achats en vente publique, commandes auprès d'artistes, dons manuels, dons de maisons de parfumerie, legs, collectes, mécénats et même dépôts… les objets du Musée International de la Parfumerie sont entrés dans les collections de diverses manières. Les acquisitions entre 2000 et aujourd'hui recouvrent l'ensemble des domaines relatif à la parfumerie : arts décoratifs, botanique, industrie, ethnographie, chimie... Depuis l'an 2000, le musée international de la parfumerie a enrichi ses collections avec plus de 4000 objets. L'exposition présente un « extrait » de ces acquisitions au travers d'une centaine d'objets.
Chacun pourra ainsi découvrir qu'il existe des objets qu'il est difficile de présenter en raison de leurs conditions de conservation mais que le musée se doit également de préserver, conserver, étudier pour la compréhension des choses et leur transmission future.

Le Musée International de la Parfumerie ouvre sa saison hivernale par une importante manifestation dédiée

aux enrichissements réalisés depuis ces douze dernières années qui s’intitule « Nouvelles acquisitions 2000-2012 ».
Cette exposition en basse saison est donc la première du genre au moins pour deux raisons.
Aucune autre exposition depuis la réouverture du musée le 18 octobre 2008 n’a pu jusqu’alors être proposée hormis « Parfum et Amour » pensée en écho au Colloque organisé par l’Association pour le rayonnement du Musée International de la Parfumerie (A.R.M.I.P.). Enfin, ce que le visiteur est invité à découvrir est au coeur même de la vie muséale. Il s’agit d’appréhender, au travers cette sélection d’une centaine de pièces, ce que sont ces acquisitions et quelles sont les raisons pour lesquelles ces objets, de différentes natures, se trouvent-ils choisis pour passer la porte du musée et être intégrés au patrimoine déjà existant.

La campagne d’enrichissement 2000-2012 couvre plus de 3500 objets ou documents. Il s’agit également de prendre le temps de sensibiliser les visiteurs, petits et grands mais aussi français et étrangers, à la complexité de la thématique du musée qui, en qualité de musée d’histoire et de société, a pour mission de veiller à la conservation, outre les matières premières matérielles et immatérielles, des savoir-faire multiples inhérents à la production qui ne cessent d’évoluer au fil des ans en corrélation avec les goûts et les modes des sociétés européennes et mondiales. Si les objets liés au passé demeurent encore accessibles grâce aux donateurs locaux impliqués dans l’histoire de la parfumerie grassoise et au rôle éminent que joue l’A.R.M.I.P. à l’échelon national, voire au-delà, il est plus délicat de travailler par anticipation sur les patrimonialisations à venir. C’est un des grands chantiers qui nous attend de manière à soutenir également la portée internationale de notre thématique. Si les collections actuelles font amplement honneur à la parfumerie française portée par le territoire de Grasse dont le « musée vivant » en cours de création à Mouans-Sartoux, soutenu par l’A.J.M.I.P., célèbre ses plantes à parfum, notre réflexion à venir doit pouvoir s’étendre sur des programmes d’enrichissements ouverts au-delà de nos frontières. A ce titre, le magnifique don de 47 pièces remises par le Dr. Hanne Schoenig - ensemble relatif au lointain et fascinant Yémen - constitue le point de départ d’une collecte à venir des plus passionnantes. Puisse chacun des visiteurs appréhender ce patient travail que représente l’analyse et la préservation de tous ces objets. Parfois très modestes ou prestigieux, ils méritent tous de recueillir attention et respect tant ils peuvent être fragiles et rares, mais aussi partie intégrante de notre existence.

Chacun pourra découvrir au travers cette exposition, qu’il existe des objets qu’il est impossible de présenter mais que le musée se doit également, auprès de la Communauté d’Agglomération Pôle Azur Provence, de préserver, conserver, étudier pour la compréhension des choses et leur transmission future.
Puisse enfin chacun des visiteurs prendre du plaisir au travers cette exposition qui rassemble un patrimoine unique, fierté incontestable de Grasse dans le monde entier.
Catherine Parpoil
Conservateur en chef, Directeur des musées de Grasse

Pratique

Musée International de la Parfumerie
2 boulevard du Jeu de Ballon
06130 Grasse
Tél. +33(0)4 97 05 58 00
www.museesdegrasse.com
Horaire (octobre/avril) : 11h -18h
Fermeture mardi (sauf en avril), 25 décembre,1er janvier
Tarifs
Plein tarif : 4 euros
Demi-tarif : 2 euros, accordé aux groupes (plus de 10 personnes) et
étudiants
Gratuité : moins de 18 ans, chômeurs, personnes handicapées.


Pierre Aimar
Lundi 12 Novembre 2012
Lu 188 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 202





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...