Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Exposition Et pis meu là, et pis teu là !*. Œuvres de la collection du Frac LR, Montpellier, du 5 février au 12 mars 2011

* Expression employée par les habitants de Saint-Marcel (Indre) pour s’interpeller. Par extension, « Pitolat » désigne les habitants de la ville, et a donné son nom à un rosé du cru (source : Le Canard enchaîné, 3.11.2010). Œuvres de Tjeerd Alkema, Willem Cole, Philippe Decrauzat, Helmut Dorner, Seamus Farrell, Sigurdur Arni Sigurdsson, Arnaud Vasseux, Véronique Verstraete


Willem Cole | Je vous donne des couleurs, 1998 © DR
Willem Cole | Je vous donne des couleurs, 1998 © DR
Si la peinture et la sculpture ont été confrontées depuis fort longtemps à la question de la « situation physique » du spectateur par rapport à ce qu’il devait voir, nombre d’oeuvres contemporaines ont su donner à cet enjeu des formulations inédites. Le simple fait que des oeuvres s’élaborent souvent à partir des caractéristiques de l’espace (ce qui était seulement le cas des fresques dans les siècles passés) et se donnent comme des dispositifs « transitionnels » entre le spectateur et le lieu, conduit à comprendre autrement les démarches de nombreux artistes actuels. Alors que la question de la place du spectateur permettait autrefois d’organiser _ ou d’ajuster, voire de corriger _ les rapports d’un sujet et d’un objet (posés l’un et l’autre dans une dualité incontestable, fondée ontologiquement), l’art contemporain a plutôt fait apparaître la dimension fonctionnelle de cette même relation : ce ne sont dès lors plus les « termes » du rapport qui comptent principalement, mais les modalités de celui-ci, et la possibilité de le rejouer selon une complexité toujours ouverte entre des pôles non déterminés a priori et toujours conscients de leurs positionnements relatifs. L’expérience esthétique n’est plus circonscrite à l’oeuvre (le « chef-d’oeuvre », contenant une essence particulière) et à celui qui se définissait d’abord par un goût (le spectateur et sa sensibilité unique), mais s’est organisée autour de relations actives aux nombreuses variations possibles. Ce que l’art a alors semblé perdre alors en « densité » et en sécurité (le spectateur était « comme maître et possesseur » de ce qu’il voyait…) il l’a regagné en liberté et mobilité, en inventivité et en dynamiques multiples. Quitte à nous forcer à apprendre à marcher, parfois, sur des sables mouvants… L’exposition Et pis meu là, et pis teu là !* entend offrir quelques témoignages de ces relations ouvertes, dans lesquelles le spectateur sera indifféremment « meu » ou « teu », et l’oeuvre à peine plus qu’une conjonction de coordination « spatialisée » (« et… là », « et… là »). Emmanuel Latreille

Et pis meu là, et pis teu là !*
Exposition du 5 février au 12 mars 2011
Vernissage le vendredi 4 février 2011 à 18 h 30
Tjeerd Alkema, Willem Cole, Philippe Decrauzat, Helmut Dorner, Seamus Farrell, Sigurdur Arni Sigurdsson, Arnaud Vasseux, Véronique Verstraete
Œuvres de la collection du Frac LR

Frac Languedoc-Roussillon
4 rue Rambaud
34000 Montpellier
04 99 74 20 35/36
www.fraclr.org
Horaires d’ouverture | du mardi au samedi de 14 h à 18 h | Entrée libre


pierre aimar
Mercredi 12 Janvier 2011
Lu 771 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 202





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...