arts-spectacles
Sortir ici et a
Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Concert de Xalam (Sénégal) au Théâtre Claude Lévi-Strauss / musée du quai Branly le dimanche 8 décembre, 17h

A l’occasion de la sortie d’un nouvel album qui va sortir cette fin 2013, ce concert exceptionnel invite le public à redécouvrir de nombreux standards du groupe et des titres de son dernier album.


Xalam © DR
Xalam © DR
Groupe référence de la scène sénégalaise, Xalam, fondé en 1969, a marqué les années 1980 et 90 avec des albums comme Gorée, Apartheid, Adé, Soweto, Xarit, Wam sabinam, et de nombreuses tournées internationales.
Cuivres, batterie, percussions africaines, basse, guitare électrique et claviers se côtoient sur scène dans un mix explosif, entre jazz, musique traditionnelle africaine, et afro-beat.

Il s’agit au départ d’une bande d’amis de Dakar qui se réunissent et animent des soirées sur des rythmes rock, reggae et afro-cubains, sous le nom de Xalam, un instrument africain traditionnel (une lyre de 3 à 5 cordes). Après une tournée en Afrique avec Myriam Makeba et Hugh Masekela en 1975, le groupe décide de créer sa propre musique, qui puise dans les musiques traditionnelles et s’inspire de nombreux autres courants, mbalax, jazz, rock, R&B, du rock…

Le groupe fait une apparition décisive à Monrovia au Libéria, aux côtés des plus grands noms de la musique africaine Hugh Masekela, Myriam Makeba, Fela, Ossibissa, Bembeya Jazz De Guinée pour une collecte de fonds destinée à l’ANC en plein combat contre l’apartheid en Afrique du Sud.
Invité ensuite au festival Horizonte de Berlin en 1979, le groupe sort cette même année son premier disque, Adé, qui fait un tabac en Afrique de l’Ouest. L’année suivante, ils jouent au festival de jazz de Gorée en compagnie de Dizzie Gillespie, Dexter Gordon, Stan Getz et Kenny Clark. S’ensuit une tournée internationale : Afrique, Europe, Etats-Unis, Japon, Amérique du Sud.
En 1981, ils sont choisis par les Productions Walt Disney pour participer à un film consacré aux musiques africaines puis composent l’illustration sonore du pavillon d’Afrique à Epcot en Floride (Disney World). Fin 1982, ils sont au Ridge Farm Studio de Londres pour enregistrer l’album Gorée, au beat mbalax/mandingue/jazz/funk/rock qui sortira en 1983.

Remarqués en studio par les Rolling Stones, ils sont invités à jouer en tant que percussionnistes sur leur album Undercover of the Night. L’année 1984 voit Xalam apparaître en live dans le film Marche à l’ombre de Michel Blanc, et participer à sa bande originale. En 1985, le groupe produit Apartheid, et accueille en son sein le claviériste Jean-Philippe Rykiel. En 1987 sort l’album Ndiguël, évènement au Sénégal, avec notamment le titre Keurgui. Après Xarit (ami), il faut attendre 1990 pour les réentendre dans Gestú (retour aux sources). Sort ensuite Wam Sabindam (1993). Xalam observera un nouveau break discographique jusqu’en 2008 et la sortie de Live à Montreux.
En avril 2009, après la sortie de leur 2 CD Best of Xalam, le groupe réalise une tournée triomphale au Sénégal avec une nouvelle formation.

Avec : Henri Guillabert, claviers / Papa Moussa Babou dit Baye, guitare basse / Ibrahima Coundoul dit Brams, chant / Moustapha Cisse dit Taffa, percussions, voix / Cheikh Tidiane Tall, guitares / Abdoulaye Zon dit Ablo, batterie / Souleymane Faye, chant / Wilfrid Ambroise Zinzou, trombone

En accès libre dans la limite des places disponibles sur présentation d’un titre d’accès au musée du quai Branly.

www.quaibranly.fr


Pierre Aimar
Vendredi 29 Novembre 2013
Lu 232 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 32



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



9 114 114 pages lues au 18/11/18

9 114 114 pages lues au 18/11/18
Sortir ici et ailleurs / arts-spectacles.com a franchi récemment le cap des 9 000 000 de pages lues. Les chiffres ronds sont sympas mais le chiffre 9 114 114 a une résonance musicale chatoyante.

Photo : Bonaparte à Valence, ne lisant pas Sortir ici et ailleurs