arts-spectacles.com
Sortir ici et a
Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Bourg-en-Bresse, Monastère royal de Brou : Prédictions, les artistes face à l'avenir. 30 mars au 23 juin 2024

Le monastère royal de Brou, H2M-Espace d'art contemporain (Bourg-en-Bresse) et le musée Thomas Henry (Cherbourg-en-Cotentin) organisent une exposition qui explore les modes de prédiction de l'avenir vus par des artistes tels que Dürer, Gustave Doré, Rodin, Chagall ou encore Fujita


Marc CHAGALL, Le Prophète Isaie, 1968, huile sur toile, 114 x 146 cm, Nice, musée national Marc Chagall © RMN-GrandPalais, musée Marc Chagall
Marc CHAGALL, Le Prophète Isaie, 1968, huile sur toile, 114 x 146 cm, Nice, musée national Marc Chagall © RMN-GrandPalais, musée Marc Chagall
Qui n'a jamais rêvé de savoir de quoi demain sera fait ? À travers le monde et le temps, l'humanité tente de percer les mystères de son avenir. Individuelles ou collectives, rationnelles ou non, les prédictions sont multiples. Témoins du monde qui les entoure, les artistes aussi se sont saisis de cette préoccupation du futur. Du Moyen Âge à l'époque contemporaine, plus de 70 œuvres européennes seront présentées : oracles, prophètes et prophétesses, astrologie, cartomancie ou encore voyance. Pour la première fois, une exposition fera découvrir au public les moyens de prévoir et d’anticiper l’avenir, souvent conjugués au féminin, et interrogera les croyances et a priori, à l'heure du dérèglement climatique, des menaces de guerres ou de nouvelles pandémies, le désir de connaître l’avenir et d’influer sur le futur continue de hanter toutes les actions humaines.

Commissariat
Le commissariat général et scientifique est assuré par les conservateurs des musées organisateurs :
- Pierre-Gilles Girault et Magali Briat-Philippe au monastère Royal de Brou.
- Louise Hallet et Paul Guermond au musée Thomas Henry.

Première étape
à Bourg-en-Bresse
du 30 mars au 23 juin 2024
au monastère royal de Brou
-
du 13 avril au 28 juillet 2024
à H2M-Espace d’art contemporain

Deuxième étape
à Cherbourg-en-Cotentin
du 12 juillet au 16 octobre 2024 au Musée Thomas Henry

Parcours de l'exposition

Gustave DORÉ, Les Saltimbanques, dit aussi L'enfant blessé, 1874, huile sur toile, 224 x 184 cm, Clermont-Ferrand, musée d'art Roger-Quilliot © musée d’art Roger-Quilliot,
Gustave DORÉ, Les Saltimbanques, dit aussi L'enfant blessé, 1874, huile sur toile, 224 x 184 cm, Clermont-Ferrand, musée d'art Roger-Quilliot © musée d’art Roger-Quilliot,
De manière audacieuse et pour annoncer d'emblée la préoccupation majeure de l'humanité, l’exposition commencera par les visions de la fin des temps. Seront d’abord abordées les prophéties de nature divine - traduction de la parole de.s dieu.x, puis les prédictions relevant plutôt des pratiques divinatoires profanes, qu’elles soient considérées comme scientifiques ou ésotériques. Au sein de ces deux grands ensembles, le parcours se déroulera suivant le fil chronologique des sujets représentés, offrant une lecture claire et pédagogique.

Messagers divins : La fin des temps, les oracles antiques, les sibylles et les prophètes

Léonard LIMOSIN, Plaque : le Père de Psyché consulte l'oracle d'Apollon (détail), 1543, émail peint, 17,5 x 23 cm, Paris, musée du Louvre © musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais
Léonard LIMOSIN, Plaque : le Père de Psyché consulte l'oracle d'Apollon (détail), 1543, émail peint, 17,5 x 23 cm, Paris, musée du Louvre © musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais
La fin des temps a été la préoccupation première des prophètes, dont la parole exprime le verbe divin. La vision d’Ézéchiel prédit la chute de Jérusalem et la résurrection de tous les morts. Dans le Nouveau Testament, l'Apocalypse de saint Jean raconte la fin du monde terrestre avant le Jugement dernier, départageant l'humanité entre Enfer et Paradis, annoncé par de nombreux événements merveilleux. La Bible est constellée de récits visionnaires et prophétiques, seize de ses livres portant même le nom d'un prophète. Les prophètes sont les porte-voix de la parole divine, transmettant les messages de Dieu et mettant en garde les hommes pour qu'ils prennent les bonnes décisions – ou pour légitimer ces dernières en amont. Les rêves permettent d'accéder à d'autres formes de connaissance et de prémonition, tel celui de Jacob.

Arts divinatoires : Astrologues, cartomanciennes et diseuses de bonne aventure

Robert Anning BELL, La Bonne Aventure (détail), 1898, huile sur toile, 53,5 x 43, Paris, musée d'Orsay © RMN-Grand Palais, musée d'Orsay
Robert Anning BELL, La Bonne Aventure (détail), 1898, huile sur toile, 53,5 x 43, Paris, musée d'Orsay © RMN-Grand Palais, musée d'Orsay
Le christianisme condamne la divination dès le IVe siècle, en tant que superstition, mais celle-ci va malgré tout se poursuivre au Moyen Âge. L'astrologie est perçue comme une science mathématique, jusqu’à la création en 1666 de l’Académie royale des sciences, qui la distingue dorénavant de l’astronomie. Le zodiaque est représenté aux portails de nombreuses cathédrales gothiques. Les almanachs popularisent ces croyances, acceptées dans la mesure où Dieu dirige le mouvement des astres, qui ne décident pas d'une destinée écrite d'avance mais sont des signes à interpréter.
La cartomancie (l'art de tirer les cartes du tarot), la chiromancie (la lecture des lignes de la main) et d'autres modes de voyance (boule de cristal, pendule, marc de café...) prennent également leur essor à l'époque moderne.

Littérature et légendes : une autre Europe des Prophètes

Antoine COYPEL, Don Quichotte consulte la tête enchantée dans la maison d'Antonio Moreno, 1714-1734, huile sur toile, 57,5 x 69,6 cm, Cherbourg-en-Cotentin, musée Thomas Henry
Antoine COYPEL, Don Quichotte consulte la tête enchantée dans la maison d'Antonio Moreno, 1714-1734, huile sur toile, 57,5 x 69,6 cm, Cherbourg-en-Cotentin, musée Thomas Henry
Principalement à partir du XIXe siècle, les artistes se nourrissent de sources littéraires et légendaires et au besoin les réinventent pour explorer de nouvelles figures prédictives. Shakespeare, Cervantès ou Dante stimulent la création artistique. Ainsi des sorcières de Macbeth dans la pièce éponyme de Shakespeare, qui connaissent l’avenir et peuvent l'influencer. Cervantès se moque quant à lui de la crédulité de Don Quichotte.
Le XIXe siècle voit aussi les horizons géographiques s’étendre, les artistes se détachant des sources antiques pour s’abreuver des mythologies d’Europe celte, orientale et septentrionale : « völva » scandinaves, fées et voyantes celtes telles Velléda ou Viviane…
Au tournant du XIXe siècle, un changement de paradigme s’opère : les prédictions ne sont plus simplement un sujet iconographique, mais l’art lui-même est investi d’un pouvoir prédictif. L’artiste voyant, qui pratique parfois le spiritisme, dévoile un monde imaginaire qui double le réel, où se rejoignent passé, présent et futur. Les symbolistes, les Nabis (mot hébreu signifiant prophète) ou les Surréalistes s’en font l’écho.

Pierre Aimar
Mis en ligne le Jeudi 7 Décembre 2023 à 15:56 | Lu 93 fois

Festivals | Expositions | Opéra | Musique classique | théâtre | Danse | Humour | Jazz | Livres | Cinéma | Vu pour vous, critiques | Musiques du monde, chanson | Tourisme & restaurants | Evénements | Téléchargements