Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


7, 21 et 22 novembre à 20h30 - Paris, Musée national des arts asiatiques - Guimet : musique et danse japonaise

Fascinés par les instruments japonais et leur répertoire, de jeunes musiciens se rassemblent pour créer le groupe Koma en 2001.
Cette formation renouvelle la musique traditionnelle du Japon en réunissant les styles (classique et folklorique) et les genres (musical et théâtral) habituellement très cantonnés, dans un souci d'ouverture et d'accessibilité.


Koma. Ensemble d'instruments traditionnels japonais,

7, 21 et 22 novembre à 20h30 - Paris, Musée national des arts asiatiques - Guimet : musique et danse japonaise
avec Yoji Ueki (shamisen, percussions, chant), Atsuhisa Kawasaki (shakuhachi), Tomoya Terao (wadaiko)

Basé au Kansai, Koma prend son essor et sa réputation dépasse rapidement les frontières du Japon (concerts en Arabie Saoudite, Algérie, Ethiopie…).
Remarqués par les studios AOI (Tokyo), ils enregistrent un DVD distribué dans l'ensemble du pays.
Koma signifie la « toupie » en japonais, cet objet ludique et étourdissant avec lequel nous nous sommes tous amusés dans notre enfance. C’est dans cette même énergie tourbillonnante, rythmique et mélodique, que Koma nous entraîne, jusqu’au vertige.
La formation, dirigée par Yoji Ueki, allie la voix, le shamisen (luth japonais), le shakuhachi (flûte de bambou) et différentes percussions, dont le célèbre wadaiko, littéralement : « tambour (taiko) du Japon (wa) ».



Danse - Vendredi 21 et samedi 22 novembre à 20h30

Eiko Hayashi
Nihon Buyô – danse du Kabuki (Japon)
accompagnée par Nobuko Matsumiya (koto) et Fumie Hihara (koto, shamisen)

Le Nihon Buyô, au sens littéral « danse japonaise », découle principalement de la danse du Kabuki, forme épique du théâtre japonais traditionnel, datant de l'époque d'Edo. Les pièces classiques du Nihon Buyô appartiennent d’ailleurs au répertoire du théâtre Kabuki, dont les acteurs étaient exclusivement masculins.
Ce genre, souvent spectaculaire, se caractérise par la complexité de ses codes esthétiques et la beauté somptueuse de ses costumes. La fluidité dans la succession des mouvements, suggère élégance, raffinement et maîtrise de l’émotion.
Formée dès son enfance au Nihon Buyô, Eiko Hayashi obtient son titre de maître (natori) à l’âge de 18 ans. Puis ses études l’emmènent en Allemagne et lui permettent de présenter son art à un public européen. Au fil de ses nombreuses expériences chorégraphiques, elle cherche à confronter danse japonaise et musique occidentale n’hésitant pas à s’exprimer sur Bach, Bartók ou Josquin des Prez…, mais revient toujours aux racines de la danse traditionnelle du Kabuki.
Elle sera accompagnée, pour ce spectacle inédit par deux virtuoses de la musique traditionnelle du Japon : Nobuko Matsumiya (chant, koto), fondatrice de l’Ensemble Sakura, et sa complice Fumie Hihara (koto, shamisen).
Un récital composé de pièces des XVIIème, XVIIIème et XIXème siècles, qui se clôt sur la célèbre œuvre du Kabuki Musume-Dojji. « Les feux de l’amour et la haine mêlés firent fondre la cloche avec celui qu’elle aimait. »

Pratique

Auditorium Guimet
Musée national des arts asiatiques - Guimet
6, place d’Iéna –75016 Paris
Renseignements, réservations: 01 40 73 88 18
Courriel : auditorium@guimet.fr
Site : [www.guimet.fr ]mail:www.guimet.fr


Informations générales
Tarifs des spectacles :
16 € et 10 € tarif réduit pour les membres de la SAMG (Société des Amis du Musée Guimet), les demandeurs d’emploi et les moins de 26 ans
Métro : Iéna
Réservations FNAC


pierre aimar
Mardi 16 Septembre 2008
Lu 298 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 83



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



Durance Luberon

Durance Luberon


Pouchain emiliani

Pouchain emiliani


Lizt en Provence

Lizt en Provence


Tricastin

Tricastin