arts-spectacles
Sortir ici et a
Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


6 mars au 16 mai, Cassius Clay par Hannah Dougherty à la Villa du Parc Centre d’art contemporain d'Annemasse . [Jacqueline Aimar]

Les sculptures, dessins, collages, assemblages et installations d’Hannah Dougherty (née en 1980 à Philadelphie, USA ; vit et travaille à Londres et à Berlin), qui signe ici sa première exposition personnelle en France, ne sont pas sans rappeler les réclames des années 50, les livres pour enfants, la BD, des sujets et symboles empruntés aussi bien au pop art qu’à l’art dit classique.


Hannah Dougherty à la recherche du temps perdu

La luxuriance de son univers plastique sent tout à la fois le grenier et le vide-grenier, la recherche du temps perdu et le devenir souvenir du temps présent. Dougherty n’hésite pas à combiner post-Rauschenberg, avec beaucoup de liberté, morceaux choisis de textes philosophiques, bribes de pensées personnelles, fragments d’images de magazines, tickets de caisse, horaires de train, objets trouvés, etc.

Quel rapport avec Cassius Clay ? Pourquoi la référence à feu ce grand boxeur danseur, ce merveilleux poids lourd, ce divin champion du monde ?
Parce que l’artiste utilise le label Cassius Clay en tant qu’adjectif polysémique, en même temps synonyme d’élégance et de puissance, de beauté et de combativité, d’éternité et de fragilité, de singularité et d’universalité. Pour autant, les travaux exposés ne seront pas l'illustration de la vie du boxeur : “Ce qui m'intéresse, précise Hannah Dougherty, c'est la qualité de transformation d'un nom. Le choix du titre est comme une occasion de fournir aux visiteurs un cadre à travers lequel le travail peut être abordé, une sorte de talisman ou de clé...” A l’ère de la culture industrielle, le travail d’Hannah Dougherty (re)pose la question de la construction de l’identité de tout individu : que signifie penser à ce que l’on est et comment fabrique-t-on cette signification ?
Jacqueline Aimar

Du 6 mars au 16 mai, 04 50 38 84 61


pierre aimar
Jeudi 21 Mai 2009
Lu 453 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 63



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine