Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


30 avril au 27 septembre 2010, Commémoration du 400ème anniversaire de la fondation de l’ordre de la Visitation

L’anniversaire du quatrième centenaire de la Visitation, ordre religieux fondé par François de Sales et Jeanne de Chantal en 1610, est un événement religieux.
C’est également un événement culturel qui touche les domaines du patrimoine et de l’architecture.


Un événement d’envergure national…… et une histoire urbaine

30 avril au 27 septembre 2010, Commémoration du 400ème anniversaire de la fondation de l’ordre de la Visitation
Loin d’être limité au territoire savoyard, cet anniversaire a une envergure national, tant le développement de l’ordre a été important dès le XVIIe siècle. Des monastères de la Visitation sont présents dans la plupart des villes françaises importantes et également à l’étranger.
L’histoire des monastères de la Visitation ne se limite pas à une histoire religieuse. Le plus souvent, par leur implantation dans l’espace urbain, ils occupent une place importante dans l’histoire urbaine. Le cas des monastères annéciens est tout à fait illustratif de ce fait.

Célébrer les fondateurs…
François de Sales (1567-1622) et Jeanne de Chantal (1572-1641) ont vécu en partie à Annecy à la charnière des XVIe et XVIIe siècles, époque troublée par la violence des querelles politico-religieuses et étonnante par ses contrastes. L’anniversaire de la fondation de l’ordre permet à de nombreuses institutions de célébrer les deux fondateurs. Le Palais de l’Ile propose d’intéresser le public à son architecture.

… et honorer les bâtisseurs
Le développement de l’ordre de la Visitation peut en effet s’écrire sous l’angle de son histoire architecturale. Le grand public a identifié l’histoire des ordres religieux du Moyen Age. L’ordre des Cisterciens est le plus identifié grâce au statut patrimonial et public de plusieurs anciennes abbayes. Les ordres religieux fondés aux XVIe et XVIIe siècles ne bénéficient pas de la même reconnaissance. Les rues de nos villes conservent souvent la trace de leur présence : Ursulines, Jésuites, Barnabites… mais ces termes restent en grande partie énigmatiques pour le promeneur urbain.
Pour la plupart, leur histoire architecturale reste d’ailleurs à étudier.
L’histoire de l’architecture française a été profondément renouvelée par la publication en 1982 de l’ouvrage de l’historien Jean-Marie Pérouse de Monclos L’Architecture à la française, du milieu du XVe à la fin du XVIIIe siècle, réédité en 2003 sous le titre Histoire de l’architecture française, De la Renaissance à la Révolution.
En suivant son modèle et en s’enrichissant des apports de la recherche menée depuis 1964 par le service de l’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, une nouvelle génération d’historiens de l’architecture a travaillé.
En 2004, l’histoire architecturale de l’ordre a fait l’objet de la publication d’une thèse soutenue par Laurent Lecomte et intitulée L’architecture de l’ordre de la Visitation en France aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Un projet architectural

Le travail de Laurent Lecomte, aujourd’hui maître de conférence à l’Ecole pratique des hautes études, a permis de mieux éclairer tout le projet architectural de l’ordre.

François de Sales et Jeanne de Chantal appartiennent complètement à leur époque. Ils sont évidemment les héritiers des principes de la réforme catholique de la fin du XVIe siècle qualifiée de Contre-Réforme. Parmi les protagonistes de cette histoire, la figure de Charles Borromée, évêque de Milan de 1564 à 1584, a marqué, grâce à ses écrits, toute la réflexion de François de Sales.
Jeanne de Chantal peut être considérée comme le véritable maître de l’ouvrage. Mère supérieure du premier monastère de la Visitation, elle est aussi présente sur tous les chantiers importants qui naissent à Moulins, Nevers ou Paris. Avec François de Sales, elle a mis en œuvre le plan type du monastère édité en 1628 et 1637 dans le Coutumier de l’ordre.

Sa correspondance, éditée par Sœur Marie-Patricia Burns V du monastère d’Annecy, a révélé son implication très forte dans le projet architectural de l’ordre. Elle voyage pour accompagner la construction des nouveaux monastères et exprime ses avis dans sa correspondance. Dans le cas de la chapelle du monastère de Nevers, présentée dans l’exposition, elle peut exprimer un avis sévère sur les choix architecturaux des sœurs du monastère.

On pourrait comparer l’action de Jeanne de Chantal en tant que maître de l’ouvrage, au travail des professionnels contemporains qui veillent au respect de l’image des grandes marques sur le territoire national et même international.

Une histoire des monastères d’Annecy. Pourquoi les Visitations d’Annecy ?

Depuis 80 ans, le clocher de la basilique de la Visitation dresse sa silhouette triomphante au-dessus d’Annecy et signale à ses côtés le monastère. Ils sont les derniers édifices de l’ordre construits à Annecy au XXe siècle.
Cependant, depuis le début du XVIIe siècle, il y a eu trois autres monastères dans la ville. Deux subsistent. L’exposition propose de découvrir leur architecture.
Le premier monastère correspond à l’actuelle église Saint-François, située le long du Thiou, et au périmètre bâti qui le jouxte.
Le deuxième monastère est occupé aujourd’hui par les Sœurs de Saint-Joseph. Il est le long de la rue de la Providence, derrière la statue de François de Sales qui se trouve place aux Bois.
Le long de la rue Royale, un nouveau monastère est construit à partir de 1822, en remplacement du premier monastère, vendu comme bien national à la fin du XVIIIe siècle. Les bâtiments conventuels et l’église sont détruits à partir de 1911 pour permettre le développement d’un nouveau quartier de la ville.
Le dernier monastère, toujours présent dans le paysage annécien, est construit à partir de 1909. L’église est achevée au début des années 1930. Le Vatican l’érige comme basilique en 1951.

Pratique

Palais de l’Ile
Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine
Passage de l’Ile, Annecy

Ouvert tous les jours, sauf le samedi de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h
Du 1er juin au 30 septembre, tous les jours de 10 h 30 à 18 h
Droits d’entrée
Plein tarif : 3,60 € tarif réduit : 1,30 €
Billet jumelé avec le Musée-Château : 6,40 €
Gratuit le 1er dimanche du mois du 1er octobre au 31 mai
Renseignements
Tél. 04 50 33 87 30
Fax 04 50 33 00 84
musees.agglo-annecy.fr
musees@agglo-annecy.fr


pierre aimar
Vendredi 16 Avril 2010
Lu 968 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 62



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



Versailles

Versailles


Pouchain emiliani

Pouchain emiliani


Lizt en Provence

Lizt en Provence


Photaumnales

Photaumnales