arts-spectacles
Sortir ici et a
Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


14 au 23 novembre > Orchestres en Fête ! Partout en France, les orchestres donnent le la.

On ne vit plus sans musique. Elle est présente au cœur de la vie de chacun, comme elle a envahi
les supermarchés et les halls de gare. Elle est devenue mobile et d’accès rapide : quel adolescent
ne possède pas son lecteur portable ou ne télécharge pas ses nouveautés préférées sur internet ?


Face à cette vitalité aux formes si diverses et nouvelles de la musique enregistrée, le concert vivant tient toute sa place et les orchestres donnent l’exemple par le dynamisme dont ils font preuve pour faire vivre la magie du concert symphonique et la partager avec le plus grand nombre.
Mettre en lumière l’activité des orchestres partout en France, permettre à tous d’y participer, tels sont les objectifs d’ Orchestres en fête !, une manifestation inédite initiée par l’Association Française des Orchestres. Du 14 au 23 novembre 2008, l’esprit de la fête est à l’honneur. Dix jours durant lesquels, près de chez vous, les orchestres vont proposer un très large éventail d’activités exceptionnelles.
Qu’est-ce que l’orchestre ? Une formation qui vibre : jusqu’à cent musiciens réunis par amour pour la musique qu’ils jouent, pour la partition qu’ils interprètent et le plaisir de l’offrir au public.
L’orchestre est bien une entité physique, composée des corps de ses musiciens, offrant des émotions à la hauteur de sa capacité d’expression. Quoi de plus émouvant et exaltant à la fois que d’entendre un infime bruissement exprimé d’une seule voix par l’orchestre, dont on attend aussi les déchaînements sonores ? Quoi de plus saisissant que cette impression ressentie lorsque le son naturel et moelleux, pure vibration, parvient jusqu’à nos oreilles comme porté par la qualité acoustique d’une salle ?
Ce bonheur de l’auditeur est offert par les orchestres sur l’ensemble du territoire, au plus haut niveau de qualité professionnelle et expressive. Les salles de concert sont encore trop peu nombreuses en France, mais partout où ils sont accueillis, les orchestres développent une politique de diffusion active en s’adressant à tous les publics. Dans les auditoriums, dans les théâtres de toute nature, dans les églises ou les salles des fêtes, dans des lieux peu habitués à l’expression artistique comme les hôpitaux ou les prisons, et fréquemment à l’école ou à l’université, les orchestres vont à la rencontre du public.
Pour les enfants et les adolescents, pour les adultes près de leur lieu de travail, pour les familles, les orchestres inventent chaque jour de nouveaux moyens de favoriser les rencontres et le dialogue entre la musique et son public, entre la musique et ceux qui ne l’écoutent pas ou peu, parce qu’ils la pensent réservée à une audience privilégiée.

L’orchestre est présent au cœur de la cité, là où la vie se passe

Orchestres en fête !est l’occasion de sortir des idées reçues : non, la place de concert n’est pas chère et non, le public n’est pas nécessairement figé dans un modèle bourgeois. Cette musique est-elle difficile ? Non, si l’on accepte de se laisser porter par elle dans des moments de pur plaisir, non si l’on dispose de quelques clefs d’approche et d’écoute. Les orchestres offrent ces clefs durant ces 10 jours (et ne l’oublions pas, tout au long de l’année). Savez-vous que vous pourrez par exemple vous asseoir au milieu de l’orchestre, entre les musiciens, pour entendre la musique « de l’intérieur » ? Espériez-vous que les enfants puissent apprendre en classe, avec leurs enseignants habituels, la responsabilité individuelle et l’engagement collectif grâce à une meilleure compréhension de l’orchestre, et découvrir avec le plaisir de l’orchestre la qualité et la valeur du silence comme celle de l’écoute de l’autre ?
Pendant dix jours, les musiciens offrent au public la possibilité de vivre des émotions nouvelles liées à l’écoute de la musique, en concert et sur un mode totalement inédit : le temps d’un atelier de création ou d’une rencontre, ils laisseront donc leur frac sur un cintre pour fêter les orchestres avec le public.

Orchestres participant à l’édition 2008

- Orchestre de Picardie
- Orchestre national des Pays de la Loire
- Orchestre national Bordeaux-Aquitaine
- Orchestre régional de Cannes Provence-Alpes-Côte d'Azur
- Orchestre des Pays de Savoie
- Les Musiciens du Louvre-Grenoble
- Orchestre national de Lille
- Orchestre symphonique régional Limoges -Limousin
- Orchestre national de Lyon
- Orchestre national de Lorraine
- Orchestre philharmonique de Monte-Carlo
- Orchestre symphonique de Mulhouse
- Orchestre philharmonique de Nice
- Ensemble orchestral de Paris
- Orchestre de Paris
- Orchestre national de France
- Orchestre philharmonique de Radio France
- Ensemble intercontemporain
- Opéra national de Paris
- Orchestre des Lauréats du Conservatoire /CNSMDP
- Orchestre de Pau - Pays de Béarn
- Orchestre Poitou-Charentes
- Orchestre de Bretagne
- Orchestre de l'Opéra de Rouen /Haute Normandie
- Orchestre philharmonique de Strasbourg
- Orchestre de chambre de Toulouse
- Orchestre national du Capitole de Toulouse
- Orchestre symphonique Région Centre-Tours

Infos sur les concerts et animations : www.orchestresenfete.com

Les directeurs musicaux

Rappelons que c’est aux directeurs musicaux des orchestres membres de l’AFO que l’on doit la programmation d’ Orchestres en fête !Vous pourrez les retrouver dans leur ville ou leur région :

à Strasbourg, Marc Albrecht ;
à Cannes, Philippe Bender ;
dans le Nord-Pas de Calais, Jean- Claude Casadesus ;
à l’Orchestre philharmonique de Radio-France, Myung-Whun Chung ;
à la direction musicale de l’Orchestre de chambre de Toulouse, Gilles Colliard ;
en Limousin, Guy Condette ;
dans les Pays de Savoie, Graziella Contratto ;
en Basse-Normandie, Dominique Debart ;
en Bretagne, Olari Elts ;
à la direction musicale de l’Orchestre de Paris, Christoph Eschenbach ;
à Nice, Marco Guidarini ;
à Mulhouse, Daniel Klajner ;
en Poitou-Charentes, Jean-François Heisser ;
à l’Orchestre national des Pays de la Loire, Isaac Karabtchevsky ;
dans le Pays de Béarn, Fayçal Karoui ;
à Monaco, Yakov Kreizberg ;
à la tête de l’Ensemble intercontemporain, Susanna Mälkki ;
à Lyon, Jun Märkl ;
à l’Orchestre national de France, Kurt Masur ;
à Metz, Jacques Mercier ;
à Grenoble, Marc Minkowski ;
le directeur honoraire de l’Ensemble orchestral de Paris, John Nelson ;
en région Centre, Jean-Yves Ossonce ;
en Aquitaine, Kwamé Ryan ;
dans les Pays de la Loire, Oswald Sallaberger ;
à Toulouse, Tugan Sokhiev ;
en Auvergne, Arie Van Beek ;
en Picardie, Pascal Verrot.

Les orchestres membres de l’AFO en quelques chiffres (Saison 2005/06 – exercice 2005)

37 orchestres et ensembles, dont :
• 27 orchestres permanents ;
• 5 formations associées ;
• 3 orchestres de jeunes ;
• et les orchestres philharmoniques du Luxembourg et de Monte-Carlo.
1632 musiciens permanents
Un budget global de 220 millions d’euro, composé à 82% de subventions publiques dont :
• 55% de la part des villes ;
• 22 % du ministère de la Culture ;
• 19% des régions.
Plus de 3000 concerts et représentations dont :
• 130 concerts en dehors de nos frontières ;
• 64% dans leur ville d’implantation ;
• 25% dans leur région ;
• 44% de Symphonique ;
• 23% de lyrique ;
• 13% de musique de chambre ;
118 œuvres ont été créées au cours de la saison
• dont 65 créations mondiales.
2,5 millions de spectateurs
• à travers 476 villes ;
• certains orchestres comptent aujourd’hui sept à dix mille abonnés.
Les 2/3 des orchestres proposent des programmes éducatifs
• Qui représentent 324 concerts éducatifs


pierre aimar
Lundi 21 Juillet 2008
Lu 906 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 85



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



9 114 114 pages lues au 18/11/18

9 114 114 pages lues au 18/11/18
Sortir ici et ailleurs / arts-spectacles.com a franchi récemment le cap des 9 000 000 de pages lues. Les chiffres ronds sont sympas mais le chiffre 9 114 114 a une résonance musicale chatoyante.

Photo : Bonaparte à Valence, ne lisant pas Sortir ici et ailleurs