arts-spectacles.com
Sortir ici et a
Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Williamstown, Massachusetts, Clark Art Institute - Première exposition sur l'œuvre de Guillaume Lethière né le 10 janvier 1760 à Sainte-Anne et mort le 22 avril 1832 à Paris

Après la présentation au Clark Art Institute l'exposition sur la vie et la carrière de l'artiste né dans la région caribéenne ouvrira au musée du Louvre


Le Clark Art Institute présente la première exposition monographique de l'artiste d'origine caribéenne Guillaume Lethière. Organisée en partenariat avec le Musée du Louvre, l’exposition célèbre l’extraordinaire carrière de Lethière et jette un nouvel éclairage sur la présence et la réception des artistes caribéens en France.
L'exposition Guillaume Lethière ouvre le 15 juin au Clark jusqu'au 14 octobre 2024. L'exposition se déplace ensuite à Paris où elle sera présentée au Musée du Louvre du 13 novembre 2024 au 17 février 2025.
Guillaume Lethière, Brutus Condemning His Sons to Death, c. 1788, oil on canvas. The Clark, 2018.1.1
Guillaume Lethière, Brutus Condemning His Sons to Death, c. 1788, oil on canvas. The Clark, 2018.1.1

Né dans la colonie française de Guadeloupe, Guillaume Lethière (1760-1832) était une figure clé de la peinture française à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle. Fils d'un propriétaire de plantation blanche et d'une femme asservie de race mixte, Lethière s'installe en France avec son père à l'âge de 14 ans. Il a suivi une formation d'artiste et a réussi à naviguer avec succès sur le tumulte de la Révolution française et ses conséquences pour atteindre les plus hauts niveaux de reconnaissance de son temps. Artiste favori du frère de Napoléon, Lucien Bonaparte, Lethière a été directeur de l'Académie de France à Rome, membre de l'Institut de France et professeur à l'École des Beaux-Arts. Professeur très respecté, il a dirigé un important atelier qui rivalisait avec ceux de ses contemporains les plus célèbres.

« L’organisation de cette exposition a été une expérience remarquable pour notre équipe de curateurs », a déclaré Olivier Meslay, directeur de Hardymon du Clark. « La recherche, les découvertes et le travail de détective qui ont participé à la réalisation d’une si grande exposition ont été une merveilleuse aventure pour nous tous. Nous espérons que cette exposition inspirera une nouvelle appréciation des travaux de Lethière et une exploration plus approfondie d’une période fascinante. »

Esther Bell, directrice adjointe de Clark et procureure en chef de Robert et Martha Berman Lipp, a dirigé le travail de curatelle de Clark avec Meslay. Développée sur une période de cinq ans, l'exposition présente une centaine d'œuvres d'art, dont des peintures, des dessins et des sculptures.

« Le parcours de Guillaume Lethière de son enfance en Guadeloupe au sommet du succès artistique en France est une histoire incroyable », a déclaré Esther Bell. « Lethière était l’un des peintres les plus respectés de son temps, mais son influence et ses réalisations ne sont pas bien connues aujourd’hui. Son travail considérable mérite d'être étudié et célébré. Nous sommes vraiment enthousiastes à l'idée de mettre son art en lumière. »

Cette exposition marque une collaboration gratifiante entre le Clark et le Louvre. Marie-Pierre Salé, conservatrice en chef du département des dessins du Louvre, dirigera la présentation du Louvre de Guillaume Lethière, qui ouvrira à Paris le 13 novembre 2024. Le Louvre et le Clark sont les seuls lieux de l'exposition.
« Nous sommes profondément redevables au Louvre et à sa merveilleuse équipe de conservateurs pour leur participation à ce projet », a déclaré M. Meslay.

ORIGINE GUADELOUPE

Né le 10 janvier 1760 à Sainte-Anne, Guadeloupe, Guillaume Lethière est le troisième enfant de Pierre Guillon, propriétaire de plantation et procureur du roi, et Marie-Françoise Pepeye, femme de race mixte. Ils ont eu deux autres enfants, un fils connu seulement sous le nom de « Chouchout », qui est mort en bas âge, et une fille, Andrèze Césarine Talence. L'absence de tout enregistrement des baptêmes de Lethière ou de ses frères et sœurs suggère que Pepeye était asservie à la naissance ; Lethière et ses frères et sœurs seraient donc nés esclaves. Il a reçu le nom de Guillaume selon la fête de son saint patron; le nom de famille « Le Thière » (le troisième) indique qu’il était le troisième enfant naturel de son père. Juridiquement reconnu comme l'héritier de son père en 1799, il adopte le nom de famille de Guillon, bien qu'il continue également à utiliser Lethière.

Le père de Lethière était le propriétaire d'une plantation de canne à Sainte-Anne qui est restée en service jusqu'en 1940, finalement comme distillerie. Lethière a probablement été élevé dans cette plantation. Les documents archéologiques indiquent que la plantation était relativement petite, avec une quinzaine de logements abritant une quarantaine de travailleurs réduits en esclavage, probablement y compris Marie-Françoise Pepeye.

FORMATION PRÉCOCE

Guillaume Lethière, Académie, c. 1776, red chalk, graphite, heightened with white. Bibliothèque municipale, Rouen, France, Collection Hédou, 14748
Guillaume Lethière, Académie, c. 1776, red chalk, graphite, heightened with white. Bibliothèque municipale, Rouen, France, Collection Hédou, 14748
En septembre 1774, Lethière se rend en France avec son père. Lethière s'inscrit à l'École gratuite de dessin de Rouen, une école publique pour la formation d'artistes, d'artisans, de travailleurs manuels et de techniciens. Il s'y distingue rapidement, remportant des prix successifs pour ses académies, ou des études de figurines. L'aisance de Lethière en dessin suggère qu'il a peut-être commencé sa formation artistique en Guadeloupe, où plusieurs artistes européens itinérants ont dispensé une instruction. Son dessin à craie rouge d'un modèle en train de se détourner, Académie (1776, Bibliothèque municipale de Rouen), a valu à Lethière un prix de tirage en 1776.

Ces premiers prix académiques ont permis à Lethière de s'assurer une place à l'Académie royale de peinture et de sculpture (Académie royale de peinture et de sculpture) à Paris, le terrain de formation prééminent pour les peintres d'histoire ambitieux. En 1784, il commence à concourir pour le Grand Prix de Rome, un concours de peinture d'histoire très compétitif qui offre à son lauréat une pension pour étudier à l'Académie de France à Rome. Lethière se classe deuxième avec La femme de Canaan aux pieds de Jésus-Christ (1784, Musée des Beaux-Arts d’Angers) et participe à nouveau à deux concours ultérieurs. Grâce au soutien continu d'alliés puissants, certains ayant des liens avec les Antilles, il reçoit la pension convoitée en 1786.

POLITIQUE RÉVOLUTIONNAIRE ET ROME

Lethière a été pensionnaire (artiste étudiant résident) à l'Académie de France à Rome de 1786 à 1791, où il a étudié l'architecture de la ville et le paysage environnant ainsi que l'art classique et Renaissance. Les étudiants de l'Académie sont tenus d'envoyer des envois annuels, des exemples de leur progrès artistique, à Paris pour appréciation. Lethière débute un projet ambitieux pour représenter l’histoire de Rome en quatre épisodes. Deux compositions, Brutus Condamnant ses fils à la mort et à La mort de Virginie, viennent à définir la carrière de Lethière.

Brutus condamnant ses fils à la mort raconte l'histoire de Lucius Junius Brutus, qui a orchestré une révolte pour renverser le dernier roi de Rome et établir la République romaine en 509 av. J.-C.. Lorsque ses propres fils ont conspiré pour renverser la République, Brutus a été contraint d'ordonner et d'assister à leurs exécutions. Son acceptation stoïque de leur destin et de leur dévouement à la République pour leur famille a inspiré de nombreux artistes à l'aube de la Révolution française. Une première étude incluse dans l'exposition, Brutus condamnant ses fils à la mort (c. 1788, Institut d'art Clark), montre Lethière qui élabore activement la composition ambitieuse au pinceau. Le papier collé sur certains éléments atteste de sa reprise de la feuille. Dans un croquis à l'huile peint peu après le dessin (1788, l'Institut d'art Clark), Lethière a éliminé le fléau et la tige de bouleau, les instruments de torture ont été largement mis en avant au premier plan des dessins antérieurs et ont recouvert le corps décapité d'une feuille blanche. Les critiques ont encore réagi à la scène sanglante, en particulier la nature grotesque de la tête coupée maintenue par l'un des bourreaux, qui a sans doute frappé un public français si récemment traumatisé par la guillotine sanglante de la Révolution française. Peinte avant la Révolution, la composition de Lethière est étrangement presciente dans son message moralisateur et son iconographie brutale. La volonté de Brutus de donner la priorité aux intérêts de son pays au-dessus du sien fait un exemple de devoir républicain et de stoïcisme. L'histoire a inspiré Voltaire et d'autres dirigeants des Lumières françaises à établir Brutus comme un héros fondateur de la République française. La version finale de Lethière, peinte en 1811, une toile monumentale de 25 pieds dans la collection du musée du Louvre, omet les détails horribles de la tête coupée.

Parallèlement à son progrès artistique, Lethière établit un réseau social durable à Rome. Vers la fin de son séjour, le directeur de l'Académie de France à Rome, François-Guillaume Ménageot rapporte que Lethière a « ranimé et a confondu l'estime et l'amitié de chacun par son honnêteté, sa politesse et un caractère franc et loyal qui n'a jamais faibli ». L'album paysager (Clark Art Institute) contient plus de quatre-vingt-dix dessins, avec des villes italiennes fortifiées, des études botaniques et des vues panoramiques. Ces œuvres ont probablement été exécutées par Lethière pendant son séjour à Rome, d'abord en tant qu'étudiant (1786-91) et plus tard en tant que directeur de l'Académie de France (1807-1816). L'album contient également des œuvres de contemporains et d'amis, attestant des amitiés que Lethière a forgées à Rome.

Alors que Lethière termine ses études à Rome, la violente Révolution française est en route en France. Bien qu'éloigné des bouleversements politiques et sociaux, le travail de Lethière a fait à Rome et dans les années qui ont suivi son retour démontre clairement son engagement avec les idées révolutionnaires de la période. Un dessin hautement symbolique probablement inspiré par les célébrations du premier anniversaire de la République française, Liberté et Égalité unis par la nature (1793, Musée de la Révolution française, Domaine de Vizille) dépeint les figures allégoriques de l'Égalité et de la Liberté encadrées par les bustes des deux Brutus, Lucius Junius, l'aîné Brutus, qui fonda la République romaine, et Marcus Junius, le plus jeune Brutus.

RETOUR À PARIS

À son retour à Paris en 1792, il s’engage dans une décennie générative de production artistique, présentant régulièrement des peintures et des portraits d’histoire dans les expositions publiques du Salon a un succès critique. Cette période enchaine les changements sociétaux : le roi et la reine de la France ont été exécutés publiquement, la monarchie a été abolie et la République française est née, et l'esclavage a été aboli dans les colonies. Malgré les troubles politiques, la carrière de Lethière s'envole, et il fonde un atelier actif à Paris et devient l'un des artistes les plus éminents de l'époque.

Les nombreuses entrées de Salon de Léthière comprenaient Erminia et les bergers (1795, Musée d'art de Dallas), un premier exemple du genre Troubadour, qui présentait des scènes du Moyen Age et de la Renaissance. Se déroulant pendant la première croisade (1096-99), l'histoire de la princesse musulmane Erminia qui tombe amoureuse du chevalier chrétien Tancred et est forcée de fuir Jérusalem déguisée en soldat. Exposé au Salon de 1798, Frise représentant le 9 Thermidor (27 juillet 1794) (1795, Musée d’art et d’histoire, Genève) représente le soulèvement politique lorsque Maximilien Robespierre et les Jacobins, le groupe politique extrémiste formé pendant la Révolution française, ont été chassés du gouvernement et mettre fin à leur règne de terreur. Le dessin démontre l'habileté de Lethière en tant que dessinateur ainsi que son engagement direct avec la politique violente et tumultueuse de son temps. Exposé au Salon de 1799, Femme s'appuyant sur un portfolio (c. 1799, Worcester Art Museum) fait partie des portraits les plus saisissants de Lethière. Il représente la belle-fille de Lethière, Eugénie Servières (1783-1855), qui, après une formation dans son studio, a continué à avoir une carrière réussie en tant qu'artiste professionnelle.

Le portrait de groupe emblématique de Louis-Léopold Boilly (1761-1845) Rencontre d’artistes dans l’atelier d’Isabey (1798, Musée du Louvre) présente des images de trente et un des artistes les plus éminents et influents du Directoire français réunis dans l'atelier du peintre Jean-Baptiste Isabey. La présence de Lethière dans la peinture, près du centre dans un manteau rouge vif, souligne la place centrale que Lethière était venue à occuper dans le monde artistique de son temps.

Au milieu de son succès artistique, Lethière est finalement légalement reconnu par son père Guillon en 1799. Dans une lettre à son fils, Pierre Guillon écrit : « Ce document est une déclaration pour vous, mon ami, de la certitude de ma paternité et de mon désir de transmettre mon nom et mes biens à vous. »

LETHIÈRE ET LES BONAPARTE

Guillaume Lethière, Joséphine, Empress of the French, c. 1807, oil on canvas. Musée des châteaux de Versailles et de Trianon, France, MV 4700. Photo: RMN-Grand Palais / Art Resource, NY
Guillaume Lethière, Joséphine, Empress of the French, c. 1807, oil on canvas. Musée des châteaux de Versailles et de Trianon, France, MV 4700. Photo: RMN-Grand Palais / Art Resource, NY
En 1799, Napoléon Bonaparte organise un coup d'État et se nomme Premier Consul, marquant la fin de la période révolutionnaire française et annonçant l'époque de la France napoléonienne. En 1802, Napoléon rétablit l'esclavage dans les colonies françaises, qui a été aboli pendant la Révolution française, et, en 1804, lui et son épouse Joséphine sont couronnés empereur et impératrice des Français.

Le frère cadet de Napoléon, Lucien Bonaparte, est devenu un allié et un mécène particulièrement proche de Lethière. Pendant le mandat de Lucien en tant qu'ambassadeur de France en Espagne de 1800 à 1801, Lethière l'accompagne comme son conseiller artistique et aide à construire sa collection de peintures espagnoles. Bien que Lucien et son frère n'aient pas eu les mêmes idées sur les plans politique ou social, le soutien de Lucien a facilité les relations avec la famille impériale qui ont contribué à élever le statut social et artistique de Lethière. Le peintre devenu mature a réussi à obtenir d'importantes commandes pour des peintures d'histoire et des portraits des Bonaparte. Il s'agit notamment d'un portrait de l'impératrice Joséphine nouvellement couronnée.

En 1806, le Corps législatif législatif impérial commande Lethière un portrait officiel de l'impératrice Joséphine. Née et élevée dans la colonie caribéenne française de Martinique jusqu'à l'âge de seize ans, Joséphine était l'une des femmes créoles les plus célèbres de son temps. Dans Joséphine, impératrice des Français (1807, Musée des châteaux de Versailles et de Trianon), elle est représentée dans son costume de couronnement. Malgré la grandeur de la scène et l'orientation frontale de la figure, Lethière insuffle la vie dans le portrait à travers la douce posture de l'impératrice Joséphine.

CERCLES DES CARAIBES

Lethière a joué un rôle central dans la communauté caribéenne vivant à Paris à l'époque. Un écrivain du XIXe siècle a décrit la maison de Lethière comme « ouverte à tous les créoles ». À cette époque, dans les Antilles françaises, le terme créole a été utilisé pour désigner toute personne née dans les colonies françaises d'ascendance européenne, africaine ou mixte européenne et africaine comme celle de Lethière.

Lethière était proche des amis du général Thomas-Alexandre Dumas (1762-1806), originaire de Saint-Domingue. Comme Lethière, Dumas se rend en France à l'âge de 14 ans et obtient de grands succès militaires. Dumas est le père du célèbre romancier et dramaturge Alexandre Dumas (1802-1870), auteur de nombreuses œuvres notables, dont Le Comte de Monte Cristo et Les Trois Mousquetaires. Dans ses mémoires, Alexandre Dumas rappelle l'amitié entre les deux hommes, ainsi que l'accueil chaleureux qu'il reçoit lui aussi dans la maison de Lethière. Des portraits du père et du fils de Dumas sont inclus dans l'exposition.

Au-delà des connexions immédiates de Lethière, une plus grande communauté caribéenne composée d'artistes, de personnalités culturelles et d'acteurs politiques de renom a pris forme en France continentale à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle. Joseph Bologne, par exemple, connu sous le nom de Chevalier de Saint-George, était, comme Lethière, né en Guadeloupe dans une plantation blanche d'un propriétaire et une femme esclave et est venu en France à un jeune âge. Il est devenu un violoniste, compositeur, escrimeur et cavalier renommé. Dans le Portrait d'Alexandre-Auguste Robineau (1787, Royal Collection Trust), le Chevalier brandit son épée et prend une position confiante de défi ou de triomphe.

LETHIÈRE DIRECTEUR DE L'ACADÉMIE DE FRANCE A ROME

Sa loyauté envers Lucien Bonaparte, et sa famille, marque un jalon décisif dans la carrière de Lethière. En 1807 il est nommé au poste de directeur de l'Académie de France à Rome, la principale académie française en dehors de Paris. Le nouveau poste de puissance pédagogique de Lethière était un coup de carrière. Cependant, lorsqu'il arriva en octobre 1807, il trouva l'institution et sa structure physique dans un état de délabrement. L'école avait récemment déménagé du Palazzo Mancini à la Villa Médicis, où les jardins étaient en désarroi, ses fontaines étaient inopérantes, et les chambres peu meublées. Les étudiants étaient sous-financés et manquaient de discipline. Sous la direction de Lethière, l'institution a une fois de plus trouvé une base sûre, et des étudiants tels que Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867) ont prospéré.
Au cours de sa direction romaine, Lethière entreprend trois des peintures les plus ambitieuses sur le plan technique de sa carrière. Le Jugement de Pâris de Lethière (1812, collection privée), avec une prolifération de formes polies et de paysage soigneusement articulés, représente l'évolution de l’artiste vers de grandes peintures à grande échelle. Il a également terminé le lyrique Homère chantant son Iliade aux portes d'Athènes (1814, Nottingham City Museums and Galleries), et la version monumentale de Brutus condamnant ses fils à mort (1811, Musée du Louvre). Il expose ces deux derniers en grande pompe à Londres de 1816 à 1819.

RÉVOLUTION DANS LES COLONIES

Guillaume Lethière, Oath of the Ancestors, c. 1822, oil on canvas. Musée du Panthéon National Haïtien, Port-au-Prince. Photo: RMN-Grand Palais / Art Resource, NY
Guillaume Lethière, Oath of the Ancestors, c. 1822, oil on canvas. Musée du Panthéon National Haïtien, Port-au-Prince. Photo: RMN-Grand Palais / Art Resource, NY
Parallèlement à la révolution qui se déroule en France continentale, la révolution a éclaté dans ses colonies. La Guadeloupe a connu trois soulèvements au début de la décennie, dont une révolte de 1793 à Saint-Anne, où Lethière avait passé son enfance et où son père possédait encore une plantation.

En août 1791, les esclaves se révoltent dans la province septentrionale de ce qui était alors Saint-Domingue contrôlée par les Français, déclenchant une lutte de libération qui s'achève en 1804, lorsque Saint-Domingue devient le premier pays d'ancien peuple asservi à obtenir l'indépendance. Le moment historique a été symbolisé par l'adoption de ce qui avait été le nom autochtone de l'île d'Hispaniola : Haiti. L'exposition comprend les premières représentations de personnalités de la Révolution, Toussaint Louverture, Alexandre Pétion, Jean-Jacques Dessalines et Jean-Pierre Boyer. Prestation de serment du Président Boyer devant le Palais d'Haïti (c. 1818, Clark Art Institute) d'Adolphe-Eugène-Gabriel Roehn (1760-1867), représente le moment de l'investiture de Boyer en tant que deuxième président de la République d'Haîti le 1er avril 1818. La scène de célébration se déroule devant le Palais national sur la place Pétion, nommé d’après le prédécesseur de Boyer, Alexandre Pétion (aujourd’hui connu sous le nom de Champ de Mars ou Place des Héros de l'Indépendance). Le drapeau bicolore rouge et bleu d'Haîti souffle au centre et le palmier royal, symbole d'Haïti, se trouve à gauche.
À la suite de la mort de son père en 1800, Lethière hérite de sa plantation en Guadeloupe. Bien qu'il vende sa part en 1809, l'acte de vente permet des retards de paiement en raison de l'agitation continue dans les colonies, ce qui signifie que Lethière continue de recevoir des bénéfices de la plantation jusqu'à la fin de sa vie. En contradiction avec son implication dans l'économie des plantations, Lethière est impliqué dans le mouvement abolitionniste prenant forme en France continentale. Ce sentiment abolitionniste est distillé en Serment des ancêtres (1822, Musée du Panthéon National Haïtien), un tableau célébrant l'indépendance d'Haïti, que Lethière a offert à la nation en 1822.

SERMENT DES ANCÊTRES

Le Serment des ancêtres de Lethière célèbre l’alliance de deux des révolutionnaires fondateurs d’Haïti, le général métis Alexandre Pétion et le général noir Jean-Jacques Dessalines. La coalition de 1802 formée par les deux hommes contre les forces françaises s'avérerait être un moment décisif dans la bataille d'indépendance d'Haïti, déclarée en 1804. Cette peinture triomphante célèbre l'indépendance de l'ancienne colonie et l'abolition de l'esclavage, et elle démontre l'identification personnelle de Lethière avec les Antilles et sa fierté dans le serment pris par ces deux hommes.
Lethière peint la toile en 1822, après que le successeur de Pétion, Jean-Pierre Boyer, a unifié le pays. Le fils de Lethière, Auguste, s'est rendu en Haiti pour livrer personnellement le tableau à Boyer lui-même. Comme la France n’avait pas encore reconnu l’indépendance d’Haïti, ce voyage était dangereux et se déroulait secrètement.
La peinture a été installée à l'origine dans la Cathédrale Ancienne à Port-au-Prince, et a ensuite été déplacée à la Cathédrale Notre-Dame de L'Assomption, où elle est restée jusque dans les années 1990. En 1995, il a été restauré et exposé en France, puis exposé en Guadeloupe en 1998 pour commémorer le 150e anniversaire de l'abolition française de l'esclavage avant d'être renvoyée en Haïti, où il a été installé au Palais présidentiel. Après avoir subi d’importants dégâts dans le tremblement de terre dévastateur de 2010 en Haiti, il a de nouveau été restauré. Aujourd'hui, il s'agit d'un artefact incroyable commémorant l'indépendance d'Haiti.

« Le serment des ancêtres est un symbole de liberté pour le peuple haïtien qui vit au cœur de notre mémoire », a déclaré l’artiste contemporain Jean-Claude Legagneur, directeur du Musée du Panthéon National Haïtien (MUPANAH).
Bien que le MUPANAH ait généreusement accepté de prêter Le serment des ancêtres à l'exposition, les conditions actuelles dans le pays ont temporairement empêché la peinture de voyager. Si l'œuvre d'art ne peut pas être envoyée au Clark, l'exposition comprendra une commémoration spéciale de l'importance de ce trésor national.

ÉTUDIANTS ET INFLUENCE

En tant que chef d'un formidable atelier, directeur de l'Académie de France à Rome de 1807 à 1816, et professeur à l'École des beaux-arts à partir de 1819, Lethière est professeur à vie et s'intéresse activement au mentorat des artistes de la prochaine génération. Occupant quelques adresses différentes au cours de sa carrière, l'atelier parisien de Lethière rivalise avec ceux de ses éminents contemporains Jacques-Louis David (1748-1825) et d'Antoine-Jean Gros (1771-1835), à la fois pour le nombre et la réussite de ses étudiants. Les étudiants de Lethière ont souvent remporté le Grand Prix de Rome convoité dans les catégories de peinture d'histoire et de peinture de paysage historique.

De nombreux étudiants de Lethière ont des liens avec les Antilles, y compris les peintres Jean-Abel Lordon (1801-1876) et Jean-Baptiste-Adolphe Gibert (1806-1889). En outre, un certain nombre de jeunes femmes, ayant des liens familiaux avec la région caribéenne, formées avec l'artiste dès leur plus jeune âge et ont continué à avoir une carrière réussie en tant qu'artistes professionnels. La peintre et portraitiste de genre Antoinette Cécile Hortense Haudebourt-Lescot (1784-1845) commence ses études avec Lethière à l'âge de sept ans. Elle accompagne Lethière à Rome après sa nomination à l'Académie de France et y reste jusqu'en 1816. À Rome, elle observe en détail les coutumes et les costumes italiens. Wedding Trip (1825, Clark Art Institute) démontre l'influence durable que sa période en Italie a eue sur sa pratique artistique. L'un des élèves les plus chevronnés de Lethière, Haudebourt-Lescot a exposé plus de 100 peintures au Salon.

FIN DE CARRIÈRE

Au cours de la dernière partie de sa carrière, Lethière a continué à recevoir d'importantes commandes de l'État et à exposer fréquemment au Salon de Paris dans les genres du paysage, du paysage historique et de la peinture de Troubadour. Lethière revient également sur le sujet classique de la Mort de Virginie, initialement envisagé et exposé pour la première fois en 1795. Il a créé de nombreux dessins et croquis à l'huile, en vue dans l'exposition, en préparation de la peinture monumentale, aujourd'hui conservée au musée du Louvre. Lethière expose la peinture finie à Londres en 1828 puis au Salon de Paris de 1831. Dans le livret Salon, Lethière décrit le sujet de la peinture d'histoire, Virginia, « née d'une femme esclave et s'est elle-même asservie », soulignant les thèmes de l'histoire de l'esclavage, de la justice et de la famille.

L'une des dernières peintures de Lethière, Lafayette présentant Louis-Philippe au peuple de Paris (1830-1931, Tokyo Fuji Musée d'art), dépeint le marquis de Lafayette, figure clé des Révolutions française et américaine, et le nouveau monarque Louis Philippe s'embrassant sur le balcon de l'Hôtel de Ville à Paris à la suite de la Révolution de Juillet. Duc d'Orléans, Phillipe est représenté à côté du drapeau tricolore, ce qui facilite l'acceptation du peuple en tant que nouveau monarque. Après avoir représenté les événements de la journée et les foules énergiques dans un croquis à l'huile, Lethière a reçu une commande du nouveau roi pour peindre une version à grande échelle. La toile inachevée était dans son atelier au moment de sa mort l'année suivante.

À la suite de la mort de l'artiste le 21 avril 1832, François Debret, président de l'Académie des beaux-arts, et Alexandre Dumas prononcent les éloges aux funérailles de Lethière. Alors que Guillaume Lethière est tombé de nombreux récits historiques de l'art de l'époque et dans une relative obscurité en France continentale, son héritage n'a cessé de se défendre en Guadeloupe.

Informations Plus

Sterling & Francine Clark Art Institute
225 South St
Williamstown
MA 01267, États-Unis

Phone 413 458 2303

Clark Art Institute & Pierre Aimar
Mis en ligne le Mercredi 8 Mai 2024 à 03:21 | Lu 215 fois

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 398

Festivals | Expositions | Opéra | Musique classique | théâtre | Danse | Humour | Jazz | Livres | Cinéma | Vu pour vous, critiques | Musiques du monde, chanson | Tourisme & restaurants | Evénements | Téléchargements