arts-spectacles
Sortir ici et a
Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Saint-Rémy de Provence. Nostradamus n’a pas prévu la disparition du Café des Arts, par Pierre Aimar

J’étais sur les pas de Van Gogh dans les rues de Saint-Rémy de Provence par un jour de soleil aveuglant à rendre fou un peintre du Nord. Je ne suis pas sensible au soleil aveuglant. Je ne suis d’ailleurs pas peintre. Mais j’étais sur les pas de Vincent Van Gogh.


Statue de Van Gogh à St-Paul de Mausol © Pierre Aimar
Statue de Van Gogh à St-Paul de Mausol © Pierre Aimar
En fait, je tourne en rond dans St-Rémy de Provence, village tout en rond entouré d’un boulevard qui forme ronde. De là à penser que les soleils et les tournesols de Van Gogh qui tournent hypnotiquement sur ses toiles sont nés tout à la fois du soleil fou de juillet et des rues enroulées les unes sur les autres ….

Van Gogh a-t-il bu l’absinthe au Café des Arts ?
Il faudrait être de Saint-Rémy depuis plus de trois générations pour le savoir. Je suis à Saint-Rémy depuis une heure, alors … mission impossible.
C’est pourtant d’un pas assuré que je me dirige vers le Café des Arts.
Tiens, la gendarmerie n’est plus sur le boulevard Victor Hugo. En lieu et place de la caserne, une façade sage comme une image abrite l’hôtel de l’Image. Adieu pandores.
Tiens, le Café des Arts est fermé, phagocyté par l’estaminet voisin. On ne se méfie pas assez des estaminets. Une superbe créature m’explique que tout est transformé en un seul bar et restaurant au décor passe-partout, tendance, anguleux, aux coloris sérieux alors que j’adore les coloris rieurs, voire les cafés aux murs couverts de tableaux, affiches et affichettes, publicité pour Pernod ou pour la peinture Valentine. Disparu le bar où il faisait bon s’accouder pour lever le coude à la santé des pandores.
Disparu le bar où tant de célébrités trinquaient.
Le « look », le « design », sont passés par là.
Adieu bohèmes, adieu blouses maculées de peintures vives.
Tout est net. Tout est internet. Tout est Smartphone.
Adieu Saint-Rémy-sur-Montmartre.
C’est l’heure du GPS, pas celle du Pastis.
Pierre Aimar


Pierre Aimar
Lundi 19 Août 2013
Lu 342 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 63



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine