arts-spectacles.com
Sortir ici et a
Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Paris, Galerie Raphael Durazzo : « Stanislao Lepri ». Du 25 avril au 22 juin 2024

la Galerie Raphael Durazzo présente « Stanislao Lepri », exposition éponyme consacrée au peintre surréaliste italien Stanislao Lepri (1905 – 1980). L’exposition rassemble un ensemble d’huiles sur toile et d’œuvres sur papier mêlant ambiances fantastiques, mondes oniriques et univers métaphysiques.


Stanislao Lepri naît à Rome en 1905. Il appartient à une famille aristocratique conservatrice. Cet héritage familial le pousse à suivre le même parcours que ses ancêtres : faire carrière dans la diplomatie. Il devient consul d’Italie à Monaco, puis en Belgique. C’est ce choix qui l’amène à rencontrer, dans un cinéma de Monte Carlo, celle qui bouleversera sa vie : la fascinante et enivrante Leonor Fini, qui l’encourage à peindre et à créer. Dès ses débuts, il s’inspire du surréalisme. En 1946 le trio Stanislao Lepri, Leonor Fini et l’homme de lettres polonais Constantin Jelenski s’installent à Paris rue Payenne dans le Marais. Cette même année, il quitte définitivement le monde diplomatique. À 37 ans, il commence sa carrière artistique. Il expose ses œuvres en France, en Italie, en Suisse et en Belgique. Les grands noms du marché de l’art de cette époque tels qu’Alexandre Iolas ou Jean Charpentier le représentent.
Stanislao Lepri, Exode, 1976, Huile sur toile, 97 x 195 cm
Stanislao Lepri, Exode, 1976, Huile sur toile, 97 x 195 cm

(1) L’homme au visage craquelé, 1953 & Condamnation, 1977, signé et daté ‘S. Lepri 1977
(1) L’homme au visage craquelé, 1953 & Condamnation, 1977, signé et daté ‘S. Lepri 1977
Lepri puise son inspiration dans l’histoire de l’art. Son monde onirique est fait de macabre et de spiritualité́. Son art se veut métaphysique, comme une invitation faite au spectateur à entrer dans ses visions et ses pensées personnelles. Tantôt mélancoliques, tantôt démoniaques, les créatures qui prennent forme sur ses toiles nous rappellent, non sans ironie, l’absurdité́ de la condition humaine. Sa personnalité́ est marquée par la dualité́ entre son héritage familial aristocratique et la vie d’artiste qu’il mène à Paris : il a à cœur de représenter la distance qu’il met avec les contraintes de la classe sociale dont il est issu. Son art est avant tout l’entrée dans son univers philosophique qui nous transporte dans une autre dimension, la sienne. Il se consacre aussi, comme Leonor Fini, à la scénographie et a la création de costumes pour le théâtre. L’Armida à Florence pour le Maggio Fiorentino et le Voyage aux Etats De La Lune de Savinien de Cyrano de Bergerac sont parmi les pièces les plus emblématiques. Stanislao Lepri meurt à Paris en 1980. Ses œuvres font partie des collections de grands musées mondiaux : le MoMA, le Musée d’Art Moderne de Paris, les Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, la Galerie Nationale d’Art moderne de Rome et tant d'autres.

Info+

Galerie Raphael Durazzo
23 rue du Cirque 75008 Paris
Ouverture du lundi au vendredi, de 10h à 19h
et le samedi, de 10h à 18h

Pierre Aimar
Mis en ligne le Jeudi 4 Avril 2024 à 16:15 | Lu 111 fois

Festivals | Expositions | Opéra | Musique classique | théâtre | Danse | Humour | Jazz | Livres | Cinéma | Vu pour vous, critiques | Musiques du monde, chanson | Tourisme & restaurants | Evénements | Téléchargements