Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


L’ultime enregistrement de Yakov Kreisberg avec son philarmonique de Monte-Carlo

Quand une œuvre de propagande reste quand même une œuvre de propagande


L’ultime enregistrement de Yakov Kreisberg avec son philarmonique de Monte-Carlo
Le dernier témoignage du regretté Yakov Kreisberg se reçoit comme un uppercut en pleine poitrine. D’accord avec vous. La Onzième Symphonie de Chostakovitch « L’année 1905 » n’est pas donnée. Ecrite pour le quarantième anniversaire de la Révolution d’Octobre, créée en octobre 1957, la gigantesque partition, en fait un poème symphonique en quatre tableaux qui comportent chacun un sous-titre, se révèle d’une âpreté, d’une dureté inouïes, car transpirent, à chaque note, l’idéal, la foi perdus de tout un peuple qui crie famine.
Tout en évoquant le massacre en 1905 à Saint-Petersbourg de manifestants pacifiques par les troupes tsaristes, évènement précurseur de la Révolution de 1917, le compositeur utilise un orchestre particulièrement riche et important pour rendre la puissance du peuple en marche et la violence de la répression. Parsemée de chants populaires et révolutionnaires, d’emprunts à des œuvres antérieures ou même de thèmes issus de pièces de Georges Sviridov – un de ses élèves – la Symphonie n°11 valut à Chostakovitch le Prix Lénine en 1958, confirmation de son retour en grâce auprès des autorités. Il était temps.
Empoignant l’œuvre à bras le corps, remettant les choses au point, Yakov Kreisberg en fait plus qu’une musique officielle de propagande, mais magnifie plutôt les moments où le compositeur se laisse aller à son modernisme naturel, donnant toute sa densité au climat d’anxiété, au désespoir morbide qui enveloppent toute la partition. Le style est ample, vigoureux, l’urgence inimitable. Avec ça et là des tensions brucknériennes assez réjouissantes. L’Orchestre Philarmonique de Monte-Carlo atteignant lui, des sommets d’exubérance toute démoniaque.
Une heure de musique à l’émotion intense. Un disque à mettre à égalité dans votre discothèque avec les versions Kondrachine et Mravinski. Si vous les trouvez…
Christian Colombeau


Christian Colombeau
Vendredi 3 Février 2012
Lu 350 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 83



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



Durance Luberon

Durance Luberon


Pouchain emiliani

Pouchain emiliani


Lizt en Provence

Lizt en Provence


Tricastin

Tricastin