Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Coup de projecteur sur Montpellier, une terre culturelle par essence. Avril 2016

Montpellier et sa Métropole ont toujours fait de la culture l’un des piliers de son identité. Cet ancrage a été renforcé et développé avec l’arrivée de Philippe Saurel en 2014, Maire de Montpellier et Président de Montpellier Méditerranée Métropole. En témoigne, l’importance du budget dédié, soit plus de 62 millions euros annuels en fonctionnement sur les 2 collectivités, l’un des plus importants de France.


ZAT#1 - novembre 2010. Compagnie Willi Dorner, Bodies in urban spacies. © Agathe Salem et Marc Abed
ZAT#1 - novembre 2010. Compagnie Willi Dorner, Bodies in urban spacies. © Agathe Salem et Marc Abed
Festivals de renom, équipements reconnus nationalement, émergence de nouveaux talents, développement de l’art sous toutes ses formes, Montpellier est incontestablement une terre culturelle. Elle y est présente sous toutes ses formes : de la musique à la littérature, des arts visuels au théâtre, des cultures urbaines à la danse, du cinéma au patrimoine. Cinemed, le Musée Fabre, l’Opéra-Orchestre, I love techno ou encore le FISE – Festival des Sports Extrêmes, illustrent la qualité et de la richesse de l’offre d’ores et déjà présente à Montpellier.

La gratuité, garante de la culture pour tous
Avec la diversité et la qualité, le 3e marqueur de la culture à Montpellier, c’est sa gratuité. En effet, bon nombre des manifestations proposées sont gratuites, et celles qui ne le sont pas proposent systématiquement des tarifs avantageux et abordables grâce à des dispositifs spécifiques à l’exemple du Pass Métropole. Rendre la culture accessible pour le plus grand nombre est l’un des objectifs poursuivi par la Ville et la Métropole, et déjà concrétisé grâce à de nombreux évènements. La ZAT – Zone Artistique Temporaire, festival dédié aux arts de la rue créée par la Ville de Montpellier en est l’expression même. C’est la culture qui vient à la rencontre de la population, dans son quartier, et qui lui offre un spectacle varié, de qualité, et gratuit. Le FISE, offre lui-aussi en plein cœur de ville, sur les berges du lez, 4 jours de spectacle exceptionnel autour des sports extrêmes et des cultures urbaines, et ce, en total libre accès. Côté expositions, toutes celles proposées au Pavillon Populaire, qui ont la spécificité d’être conçues exclusivement pour le lieu, sont entièrement gratuites. C’est également le cas pour le Carré Saint-Anne, l’Espace Dominique Bagouet ou encore la Panacée.

La culture irrigue l’ensemble de la Métropole de Montpellier
Dans ce souci d’égalité et d’accès pour tous à la culture, l’ensemble des grands festivals et manifestations sont le plus généralement décentralisées dans les 31 communes qui composent la Métropole de Montpellier. Dotée de lieux chargés d’histoire et à forte valeur ajoutée patrimoniale, les communes de la Métropole sont le cadre idéal pour des spectacles de plein air gratuits. Montpellier Danse, Radio France, la Comédie du livre.... sont des exemples parfait de cette volonté politique où la culture résonne comme un espace de liberté et de lien social incontournable et prioritaire.

De nouvelles personnalités à la tête des équipements montpelliérains

Aurélie Filippetti, Présidente de Cinemed - Festival de Cinéma Méditerranéen Montpellier
Aurélie FILIPPETTI, ancienne ministre de la culture et Présidente du Conseil d’Administration du Festival International du Documentaire à Marseille a été sollicitée par Philippe Saurel pour devenir la Présidente de Cinemed. Elle a officiellement pris ses fonctions le 4 avril dernier.

Christophe Leparc, Directeur de Cinemed - Festival de Cinéma Méditerranéen Montpellier
Christophe LEPARC, Secrétaire général de la Quinzaine des réalisateurs de Cannes depuis 2008 et délégué artistique de Cinemed depuis 2014 est nommé Directeur général à la suite d’un jury avec l’Etat, la Région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées et la Métropole de Montpellier.

Nicolas Bourriaud à la tête de la préfiguration du futur Centre d’Art Contemporain de Montpellier Méditerranée Métropole et Directeur de la Panacée
Nicolas Bourriaud, critique d’art et commissaire d’expositions, prend la tête du futur Centre d’Art contemporain de Montpellier Méditerannée Métropole. Dans cette tâche ambitieuse, il sera épaulé par Stanislas Colodiet, jeune conservateur en poste au Musée Fabre. Nicolas Bourriaud assure la direction artistique de la Panacée, une double fonction qui va lui permettre d’assurer la continuité des deux équipements dédiés à l’art contemporain dans la ville.

Pierre Sauvageot, Directeur artistique de la ZAT 10 - Zone Artistique Temporaire
Dans une volonté de transparence, la direction artistique de chaque édition de la ZAT fait désormais l’objet d’un appel d’offre. C’est Pierre Sauvageot, directeur de Lieux Publics, centre national de création en espace public qui a été officiellement sélectionné pour conduire la dixième édition centrée sur la musique dans les arts de la rue.

Patrick Pouget, Directeur du Conservatoire à Rayonnement Régional de Montpellier Méditerranée Métropole
Patrick Pouget est le nouveau directeur de l’établissement depuis le 1er septembre 2015. Ancien chargé de cours à l’Université Montpellier III, ancien Directeur du Conservatoire à Rayonnement Régional du Grand Avignon et chef invité de l’orchestre et ensemble du Grand Avignon, il est chargé de mener à bien la relocalisation du Conservatoire et le renouvellement du projet d’établissement.

Diane Dusseaux, Directrice du Musée Henri Prades- Site archéologique Lattara
Diane Dusseaux est la nouvelle Directrice du musée, depuis le 1er octobre 2015. Anciennement, Directrice adjointe du Parc archéologique européen de Bliesbruck-Reinheim (Moselle, parc franco-allemand), Conservateur territorial du patrimoine spécialisé en archéologie, elle devra notamment préfigurer la demande de labellisation « Pays d’art et d’histoire ».

Trois nouveaux équipements d’ici 2020

Le futur Centre d’Art Contemporain au cœur d’un parcours culturel
Le futur Centre d’Art contemporain constitue sans aucun doute, l’un des pivots de la culture à Montpellier dans les années à venir. Et c’est au sein de l’Hôtel Montcalm, un magnifique hôtel particulier du XVIIIe siècle, en plein cœur de Montpellier, et à deux pas de la Gare Montpellier Saint-Roch, qu’il prendra ses quartiers.
Initialement prévu pour accueillir un Musée de l’Histoire de France et de l’Algérie, Philippe Saurel, sur la base d’une étude de réorientation complète, a pris le parti de profiter de ce lieu exceptionnel pour valoriser l’art contemporain à Montpellier.

Conservatoire à Rayonnement Régional de Montpellier, un lieu à la hauteur de son excellence
Sous le contrôle pédagogique du Ministère de la culture et de la Communication et sous l’autorité du Président de Montpellier Méditerranée Métropole, le Conservatoire à Rayonnement Régional, sera prochainement relocalisé. Label réservé à 43 établissements en France, il témoigne de l’excellence et de la grande qualité des enseignements danse et musique proposés par le Conservatoire de Montpellier. Afin de maintenir ce haut niveau d’exigence, l’ancienne maternité Grasset, au cœur historique de Montpellier, a été choisie pour accueillir le conservatoire.

Au-delà des Archives municipales, un lieu dédié à la mémoire
Actuellement réparties dans divers lieux de la Ville, il était important de pouvoir centraliser en un seul lieu l’ensemble de la mémoire de Montpellier afi d’optimiser le fonctionnement du service mais aussi d’off au public une off e complète regroupant toutes les Archives municipales, au sein d’un même endroit. Avec le rachat du bâtiment des Archives départementales de l’Hérault en 2013, c’est désormais possible. Conçu pour cette fonction, le bâtiment est parfaitement adéquat pour abriter les 10 km d’archives existants et les 300 mètres qui s’y ajoutent chaque année.

Des évènements à dimension nationale et internationale

La ZAT
9 & 10 avril 2016
zat.montpellier.fr
De quartier en quartier, la ZAT envisage l’espace public comme lieu de liberté et d’expériences, où résonnent projets artistiques et projets urbains. Mettant la ville en récit(s), elle s’adresse à la population dans toute sa diversité. La ZAT est devenue en dix éditions, un rendez-vous incontournable pour les habitants de Montpellier en matière de spectacle vivant. Lancée en 2010, elle s’est imposée dans le paysage culturel montpelliérain et remporte un succès populaire important.

La panacée
www.lapanacee.org
La Panacée, Centre de culture Contemporaine de la Ville de Montpellier a ouvert ses portes en juin 2013, en plein cœur de la cité. Á la fois lieu de production, d’expérimentation et d’exposition, elle accompagne et fait connaître les artistes contemporains dans la diversité de leurs pratiques.
Installée dans l’ancien collège royal de médecine rénové par la Ville, La Panacée est un lieu de rencontres, d’échanges et de métissages entre différentes disciplines artistiques.

Prochainement à la Panacée : Les Boutographies - du 30 avril au 22 mai 2016
Ces rencontres photographiques proposées depuis 2001 par l’association Grain d’image visent à faire connaître au public montpelliérain les artistes jeunes et émergents de la photographie contemporaine française et européenne.

La comédie du livre
27 au 29 mai 2016
www.comediedulivre.frwww.comediedulivre.fr
Cette année, le projet littéraire a de nouveau été enrichi pour offrir une programmation exceptionnelle. Après les littératures du Maghreb en 2013, les littératures nordiques en 2014 et les littératures ibériques en 2015, l’Italie est l’invitée de la Comédie du Livre en 2016. Ce ne sont pas moins de 35 écrivains et dessinateurs transalpins qui seront présents à cet événement, parmi lesquels des figures majeures des lettres et de la pensée italiennes contemporaines, Claudio Magris (Gallimard) et Erri De Luca (Gallimard), la très populaire Milena Agus (Liana Levi) ou encore Luciana Castellina. Le grand dessinateur Lorenzo Mattoti qui signe l’affiche de cette 31ème édition, sera également présent pour représenter toute la vitalité de la bande dessinée italienne.

L’espace Dominique Bagouet
Jean-Paul Bocaj - 15 juin au 18 septembre 2016
Très populaire dans la région, Jean-Paul Bocaj est un portraitiste exerçant son art à Montpellier. Depuis plus de quarante ans, il nous entraîne dans des univers colorés et extravagants, poussant à son extrême paroxysme l’art du portrait, allant jusqu’à peindre plusieurs fois le même modèle comme pour sacraliser l’œuvre et lui accorder la place suprême d’icône.
Amoureux des personnages féminins, jouant avec humour sur des portraits anthropomorphiques d’hommes – animaux, son univers baigne dans des références cinématographiques d’une époque actuelle ou passée, les deux parfois mêlées. Comme un clin d’œil de l’artiste qui a su rester actuel en gardant son univers, et en refusant tout compromis dans son travail.

Le Carré Sainte-Anne
Barthélémy Toguo - Du 22 juin au 6 novembre 2016
Barthélémy Toguo - Du 22 juin au 6 novembre 2016
La Ville de Montpellier accueillera au Carré Sainte-Anne, du 22 juin au 6 novembre 2016 les œuvres de Barthélémy Toguo, sous le commissariat des Amis du Musée Fabre. L’artiste camerounais est par ailleurs en compétition pour le Prix d’arts plastiques Marcel Duchamp dont le lauréat sera révélé le 18 octobre prochain.
Né en 1967 au Cameroun, Barthélémy Toguo vit et travaille à Paris et à Bandjoun. Artiste pluridisciplinaire, il exprime à travers différents medium (peinture, aquarelle, photographie, sculpture, estampe, installations, performances) ce que lui inspire la société contemporaine au travers de thèmes universels. Il aborde notamment dans ses travaux des thématiques telles que la place de l’homme dans la société contemporaine et plus largement dans l’univers, les flux migratoires, l’échec des leaders africains ou encore le devoir de mémoire consécutif aux crimes contre l’humanité.
Tantôt ouvertement provocatrices, tantôt subtilement subversives, ses œuvres ne laissent en tout cas pas indifférents.

Montpellier Danse
23 juin au 9 juillet 2016
www.montpellierdanse.com
Cette 36e édition, s’est lentement enroulée autour de deux axes. Le premier est issu d’un questionnement bien occidental : quel avenir pour ces grandes compagnies fondées par les grands maîtres contemporains aujourd’hui disparus (Maurice Béjart, Merce Cunningham, Pina Bausch, Birgit Cullberg...) ou éloignés de la compagnie qu’ils ont contribué à rendre célèbre (William Forsythe, Jiri Kylian...) ? Le second est une question récurrente que l’on se pose ici à Montpellier Danse et à l’Agora, c’est celle de notre responsabilité, de notre solidarité face à la situation des artistes et de la création sur les autres rives de la Méditerranée (Maroc, Tunisie, Israël, Liban, Grèce, Espagne...)
26 spectacles d’artistes chorégraphiques internationaux dont 18 créations et 2 premières en France seront présentés. 49 évènements sont gratuits dont 18 dans les villes de la métropole (spectacles, grandes leçons et projections).

Le Musée Fabre
Frédéric Bazille : la jeunesse de l’impressionnisme - Du 25 juin au 16 octobre 2016
www.museefabre.montpellier3m.fr
Cet été, le musée Fabre présente l’exposition Frédéric Bazille, la jeunesse de l’impressionnisme, fruit d’une collaboration inédite entre les trois plus grandes collections au monde du peintre : le musée Fabre, à l’initiative du projet, le musée d’Orsay à Paris et la National Gallery of Art de Washington.
À Montpellier, ville natale de Frédéric Bazille, la première et plus importante étape de l’itinérance de l’exposition, près de 120 œuvres inviteront le public à s’immerger dans le travail de ce peintre à la carrière aussi fulgurante que déterminante dans la formation future de l’impressionnisme. Ses sources d’inspiration et amitiés complèteront le parcours : Manet, Monet, Renoir, Sisley, Delacroix, Cézanne, Puvis de Chavannes, Corot, ou encore Courbet.

Le Pavillon Populaire
Elina Brotherus La Lumière qui vient du Nord. Photographies, vidéos. 1997-2015 - 29 juin au 25 septembre 2016
Première rétrospective consacrée à Elina Brotherus, talentueuse artiste finlandaise contemporaine. Son travail visuel – photo et vidéo, interroge les genres de l’histoire de l’art, autour du corps et du paysage, et envisage le médium photographique comme une nouvelle façon de peindre, tout en poursuivant une véritable perspective autobiographique.

Une œuvre intimiste
Née en 1972 à Helsinki, Elina Brotherus vit aujourd’hui entre la France et la Finlande. Elle débute son travail photographique au milieu des années 1990. De dos, de face, de profil, en plan américain, en pied, assise, couchée, souvent nue, l’artiste se met en scène dans des milieux naturels ou domestiques. Le paysage et l’autoportrait sont la base de son travail. Son histoire personnelle en est la racine. À l’instar d’une thérapie, l’objectif pour Elina Brotherus est d’explorer son paysage émotionnel sous l’éclairage de sa culture visuelle. Ses nus, portraits, autoportraits ou paysages interrogent sans aucun détour les genres de l’histoire picturale, de Poussin à Caspar Friedrich, et de la perception visuelle qui les régit.

Le Musée Henri Prades – Site Archéologique Lattara
À l’école des scribes : les écritures de l’Égypte ancienne
du 9 juillet 2016 au lundi 2 janvier
museearcheo.montpellier3m.fr
Tombées dans l’oubli après la fermeture des derniers temples « païens » d’une Égypte devenue chrétienne, au VIe siècle de notre ère, les différentes écritures égyptiennes sortent progressivement de leur mutisme à partir de 1822, débuts de la célèbre redécouverte du système hiéroglyphique par Jean-François Champollion. Pourtant, malgré le vif engouement suscité en France depuis plus de deux siècles par la civilisation égyptienne antique, le savoir de ses scribes reste pour beaucoup synonyme de « mystères »…
L’exposition du musée Henri Prades présente au grand public une vision claire et renouvelée des différentes écritures (hiéroglyphique, hiératique et démotique) de l’Égypte ancienne. Elle illustre non seulement les diverses étapes de sa (trans)formation mais permet également de mettre en valeur ses spécificités (capacité d’adaptation au support et caractère vivant), sans oublier une évocation du cercle restreint des lettrés.

Le Festival Radio France Montpellier et Région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées
11 au 26 juillet 2016
www.festivalradiofrancemontpellier.com
L’Orient au cœur de l'édition2016
Après l’édition du 30e anniversaire en 2015, le Festival renoue avec des thématiques, ponctuelles ou récurrentes,
qui font sa spécificité.

Un thème d’actualité
L’Orient éternel, mystérieux, exotique, proche ou extrême, tel qu’il fascine et façonne l’Europe depuis l’Antiquité et les voyages de Marco Polo, l’Orient civilisateur ou menaçant, qui n’a cessé d’inspirer écrivains, peintres, musiciens, penseurs, l’Orient d’hier et d’aujourd’hui, c’est à une exploration, très partielle et subjective de cet Orient qu’invite le Festival 2016.
La tragique actualité de novembre 2015 a donné un sens nouveau à la programmation, prévue bien avant les attentats de Paris, de la chinoiserie musicale d’Offenbach, Ba-ta-clan, qui a inspiré le nom et le décor de la salle de spectacle. Nous maintenons ce concert en hommage à toutes les victimes du terrorisme et de la barbarie.

Un festival qui se déploie
Le succès du Festival 2015 a été largement dû à son déploiement dans toute la Région Languedoc-Roussillon et les communes de la Métropole de Montpellier. Dans nombre de lieux, la proposition du Festival a représenté la seule manifestation musicale de l’année et a attiré un public très nombreux qui a peu d’occasions d’accéder à des musiciens de haut niveau.
Le Festival 2016 poursuit cette politique, en intégrant les dimensions de la nouvelle grande région, en systématisant les tournées d’ensembles et d’artistes en région pour rendre cette présence plus lisible et plus visible, en proposant des exclusivités(comme les concerts Beethoven de l’Orchestre National Montpellier Languedoc-Roussillon à Mendeet Perpignan), en investissant de nouveaux lieux, comme le Mémorial du Camp de Rivesaltes ou l’Abbaye de Conques. Ce sont près de 90 concerts prévus en Région, presque tous gratuits.










Pierre Aimar
Jeudi 7 Avril 2016
Lu 338 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 63



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



9 114 114 pages lues au 18/11/18 sur votre site !

9 114 114 pages lues au 18/11/18 sur votre site !
.
Sortir ici et ailleurs / arts-spectacles.com a franchi récemment le cap des 9 000 000 de pages lues. Les chiffres ronds sont sympas mais le chiffre 9 114 114 a une résonance musicale chatoyante.

Photo P.A. : Bonaparte à Valence ne lisant pas Sortir ici et ailleurs