arts-spectacles
Sortir ici et a
Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


26 février. Incendie de Fauré. Première de la création avec Emmanuelle Goizé, soprano, Nicolas Crosse, contrebasse, au Studio le Regard du Cygne, Paris

En plus d’être chanteuse lyrique, Emmanuelle Goizé est une pétulante actrice, elle vibre, frissonne, voltige comme une actrice. C’est elle qui allume l’étincelle et souffle sur les braises de l’Incendie de Fauré, faisant vivre le répertoire des compositeurs qui l’accompagnent depuis des années comme de vieux amis: Gabriel Fauré, bien sûr, mais aussi Debussy et Kurt Weill, Ravel, Charles Dumont et même L’Homme à la tête de chou, Serge Gainsbourg. Elle chante l’amour, l’exaltation, la rupture, elle avance, masquée, et s’expose toute entière.


Emmanuelle Goizé, soprano Nicolas Crosse, contrebasse © (c)François Goizé
Emmanuelle Goizé, soprano Nicolas Crosse, contrebasse © (c)François Goizé
Incendie de Fauré est une aventure poétique et lyrique, un mélange inflammable aux combustibles savamment dosés entre chansons, mélodies françaises classiques et créations. Grâce à la contrebasse de Nicolas Crosse, soliste chez Pierre Boulez ou Jonathan Nott, sans cesse à l’affût de découvertes artistiques, grâce à sa maîtrise totale de l’instrument et son impertinence musicale, la frontière des styles disparaît.
Ces deux-là sont rock n’roll. Ils osent, ils déjouent les codes, ils exagèrent. Dans le respect de la musique, ils nous emmènent vers le jazz ou la chanson. A notre surprise, ces mélodies que l’on croyait connaître se révèlent parfois violentes, cruelles ou étrangement comiques.
Jean-Philippe Salério, comédien chez Laurent Pelly ou Anne Courel, co-metteur en scène de la Nième Compagnie et de La Cour du roi Pétaud, traque les lambeaux d’intimité cachés sous les mots et les notes.
Ce trio de pyromanes ose, déjoue les codes, s’expose dans l’écrin du studio Le Regard du Cygne pour nourrir le feu et attiser la fièvre…
Collaboration artistique : Jean-Philippe Salério et Jean-Marc Hoolbecq.

Au programme :
Mélodies et chansons de Fauré : Après un rêve, Au bord de l’eau
Debussy : La flûte de pan, La chevelure
Satie : Elégie
Ravel : Asie Mac Nab
Hahn : A chloris, D’une prison
Weil : Je ne t’aime pas
Gainsbourg : Ces Petits Riens, Mortel Ennui
Crosse : La solitude, Les remords sur des textes de Verlaine, Louÿs, Klingsor, de Viau, Latour…
Tarifs : 10 (carte PASS)/13 /15 Euros

Pratique

Studio le Regard du Cygne
210 rue de Belleville
75020 Paris
Accueil / Mise à disposition d’espaces 01 43 58 55 93
redcygne@free.fr
Réservation 09 71 34 23 50 (prix d’un appel local)
ou sur ysis.redcygne@free.fr
www.leregarducygne.com


pierre aimar
Mercredi 3 Février 2010
Lu 1120 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 85



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



9 114 114 pages lues au 18/11/18 sur votre site !

9 114 114 pages lues au 18/11/18 sur votre site !
.
Sortir ici et ailleurs / arts-spectacles.com a franchi récemment le cap des 9 000 000 de pages lues. Les chiffres ronds sont sympas mais le chiffre 9 114 114 a une résonance musicale chatoyante.

Photo P.A. : Bonaparte à Valence ne lisant pas Sortir ici et ailleurs