Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Paris, Pinacothèque : Soldats pour l’éternité. Jusqu’au 15 juillet 2008

La Pinacothèque programme une exposition exceptionnelle autour de l’une des plus fabuleuses découvertes archéologiques du XXème siècle : il s’agit des légions enterrées de l’Empereur Qin, souvent appelées les Guerriers de Xi’an.
Pour la première fois à Paris, sera présenté un ensemble unique de Guerriers et d’objets de l’époque du premier empereur de Chine qui unifia le pays et créa de son vivant son mausolée gardé par une armée de terre cuite. Trente années et une main d’œuvre de 700 000 personnes ont été nécessaires pour l'édification de la nécropole.


Le créateur de la Grande Muraille

Guerriers de Xi’an
Guerriers de Xi’an
Les pièces exposées, appartenant à la Dynastie Qin, proviennent en grande partie du Musée d’Art et d’Histoire de la Province du Shaanxi, l’un des musées les plus importants de Chine. Il prête un ensemble exceptionnel d’objets d’une rare qualité montrant tous les aspects de la vie quotidienne à l’époque de la dynastie Qin.
Les figures des Guerriers, une vingtaine, proviennent du musée des fouilles situé sur le site archéologique.. Après Rome et Londres, elles font leur première escale à Paris…
Drôle d’empereur pour Qin, régulation et sécurité d’abord Ying Zheng prend le nom de règne de Qin Shi Huangdi : Premier Auguste Empereur de Qin.

L’homme d’état réalise de grandes chantiers : il lance durant son règne de nombreux projets de constructions grandioses dont la grande muraille pour se protéger des Xiongnu au nord, une somptueuse tombe et de nombreux canaux et ponts. Il instaure une doctrine légiste qui fut en usage longtemps, il uniformise et standardise les poids et mesures, la monnaie, l’écriture et la largeur des essieux des chariots. Les caractères de l’ancien état des Qin deviennent le standard pour toute la Chine.

A bas les bouquins, à mort les intellos !

Mais le premier Empereur agit aussi en dictateur absolu : il veut modeler la pensée et tente d’éliminer la classe des lettrés, les intellos pour nous, ordonnant alors une destruction systématique de tous les livres dont l’utilité n’est pas immédiate et instaure une censure violente. Les dernières années de son règne ne sont qu’arrestations arbitraires et tortures des lettrés. Cela déclenche des révoltes et des jacqueries. Pour cela il fut détesté pendant toute période de la Chine Impériale.
Il a fallu attendre Mao Zedong pour que son nom soit cité un jour dans un discours à Paris, la dynastie Qin s’éteint enfin dans le feu et le sang, seulement trois ans après la mort de son fondateur.

Un mausolée sur 50 km2

Le mausolée de Qin s'étend sur environ 56 km2 sous la forme d'un tumulus haut de 115 mètres qui constitue la tombe de Qin. Cette tombe elle-même n’a pas encore été fouillée car les pièges qu’elle recèlerait retiennent pour le moment toute tentative de fouille par l’Etat qui préfère attendre que les développements technologiques permettent d’éviter toute destruction. Le piège le plus connu et le plus insurmontable étant un lac de mercure qui protège l’entrée de la tombe.
Toute tentative de pénétration entraînerait le déversement du mercure à l’intérieur de la tombe, détruisant tout ce qui y est conservé. Les archéologues soupçonnent également des pièges et des trappes équipées d’arbalètes pour la protéger des pillards, et qui sont de vrai dangers pour les équipes d archéologues.
D’autre part, les ouvriers ayant préparé le tombeau et assisté à l'enterrement, et les fonctionnaires présents y ont été emmurés vivants eux aussi afin que les secrets de sa construction ne soient pas divulgués.

8000 soldats de garde

Guerriers de Xi’an 2
Guerriers de Xi’an 2
À 1,5 kilomètres de l’endroit, des cultivateurs découvrent en 1974 la première fosse contenant quelque huit mille statues de soldats - ayant quasiment toutes un visage différent - et de chevaux en terre cuite. Une fosse parmi d'autres. Certaines ont été retrouvées à plusieurs kilomètres du tumulus de sa tombe. Rapidement, les fouilles ont commencé, et de larges bâtiments ont été édifiés pour les protéger.
Cette armée enterrée est composée principalement de fantassins, mais aussi d’archers, d’arbalétriers, de chars, de chevaux, de cavaliers, et de quelques généraux. Les personnages mesurent près d'1,70 mètres sont à l’échelle humaine et chacun est le portrait d’un soldat qui a réellement existé.
L’exposition qui va être présentée à Paris permet de montrer des figures récemment excavées. Certaines ont bénéficié des dernières découvertes technologiques développées par les équipes d’archéologues allemands permettant notamment de conserver la couleur sur les soldats. Jusque-là en effet, la couleur disparaissait de manière irrémédiable après cinq minutes d’exposition à l’air.
Les dernières découvertes qui seront montrées à la Pinacothèque de Paris proviennent des toutes nouvelles fosses, ouvertes récemment. L'une d'elles contient des milliers d'armures en pierre d'une finesse incroyable. Et d’une rare beauté.
Jacqueline Aimar

Jusqu’au 15 juillet 2008


pierre aimar
Mercredi 5 Mars 2008
Lu 6593 fois


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter