Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Métropolis. Fernand Léger et la ville. Musée national Fernand Léger, Biot, du 23 mars au 7 octobre 2013

Du 23 mars au 7 octobre 2013, le musée national Fernand Léger présente l’exposition Métropolis. Fernand Léger et la ville. Premier volet de cette thématique, Une peinture habitable propose une relecture chronologique des projets d’intégration de la peinture dans l’espace urbain chez l’artiste normand depuis les années 1920 jusqu’à son décès en 1955.


Fernand Léger, Le Transport des forces, 1937, gouache et crayon sur carton, donation Nadia Léger et Georges Bauquier au musée national Fernand Léger © RMN-Grand Palais/ Gérard Blot ©Adagp, Paris 2013
Fernand Léger, Le Transport des forces, 1937, gouache et crayon sur carton, donation Nadia Léger et Georges Bauquier au musée national Fernand Léger © RMN-Grand Palais/ Gérard Blot ©Adagp, Paris 2013
Grâce à la riche collection donnée à l’Etat en 1969 par Nadia Léger et Georges Bauquier (dessins, huiles sur toile, sculptures, tapisseries), sont mises en lumière les relations étroites de l’artiste avec les architectes les plus novateurs de leur temps tels Robert Mallet-Stevens, Le Corbusier, Paul Nelson, Maurice Novarina. Ainsi, c’est en constructeur que Fernand Léger élabore son esthétique picturale au service de la révolution sociale, rendue célèbre par des oeuvres monumentales destinées à des commandes civiles ou sacrées telles la mosaïque des litanies de la Vierge pour la façade de l’église Notre-Dame-de-Toute-Grâce au plateau d’Assy en Haute-Savoie (1950) ou la fresque Le Transport des forces commandée par l’Etat français pour l’Exposition internationale des arts et techniques dans la vie moderne à Paris en 1937. L’artiste réalise malgré tout peu de projets urbains, la plupart ayant abouti à la fin de sa vie, après son retour d’exil américain en 1945.

Intitulé Le spectacle de la vie moderne (6 juillet - 7 octobre 2013), le second volet de l’exposition propose un dialogue original entre les 29 planches de l’album lithographique La Ville édité par Tériade en 1959 à partir des gouaches de l’artiste (collection du musée national Fernand Léger) et des photographies de paysages urbains provenant des collections nationales et notamment de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine à Paris.
Diana Gay


Pierre Aimar
Vendredi 15 Mars 2013
Lu 684 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter