Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




« Louis Sciarli– Photographe du vrai » du 25 novembre 2011 au 15 janvier 2012, Chapelle des Pénitents Bleus, La Ciotat

Apostrophé « Photographe! » dans l’enceinte des C.N.C., il en a exploré le moindre recoin de 1955 à 1989, navires compris, et à toute heure. La Ciotat le sait. Le maire de La Ciotat, Patrick Boré, a souhaité que la ville natale de Louis Sciarli s’en souvienne éternellement en acquérant en 2009 un « Fonds Sciarli », constitué de 12.363 négatifs ainsi que de 49 bobines de films 16 mm.


Louis Sciarli, « Brassens en trompe l’oeil »
Louis Sciarli, « Brassens en trompe l’oeil »
Ce que La Ciotat sait moins, c’est l’étendue de la carrière de notre « Loulou ». Le Conseil Général des Bouches du Rhône, premier à avoir constitué un Fonds Sciarli, les Archives Municipales de Marseille, la Fondation Le Corbusier ainsi que d’autres collectivités et institutions collectionnent partie de son oeuvre.
Le regard que je porte sur le personnage Louis Sciarli prend racine dès ma prime enfance, regard qu’il a capturé avec « La petite fille au carreau ». La symbolique de l’oeil-témoin est là.
J’ai très fortement ressenti l’envie de retracer et faire savoir le parcours photographique de Louis Sciarli dans son entité plurielle. L’hommage que je lui rends dans le livre intitulé « Photos à l’appui – Louis Sciarli Photographe du vrai » a trouvé l’écho que je souhaitais.
Aujourd’hui, c’est la ville de La Ciotat par la voix de Jean-Louis Tixier qui m’offre la belle mission de mettre en relief les « Photos à l’appui », en une exposition à la Chapelle des Pénitents Bleus rendant un hommage géant à Louis Sciarli.
Dirais-je jamais assez merci à tous ceux qui font et feront réalité de la transposition de la « mémoire argentique » de notre Photographe industriel ciotaden, grâce à cette rétrospective sur la seconde moitié du XXème siècle ?
Et surtout, mon infinie gratitude à celui qui, « A tout juste douze ans, (Loulou) amorce la photographie avec un appareil de marque ELGY, fabriqué par les frères Lumière ».
Gilberte Dalmasso-Escoriza, commissaire d’exposition



Exposition photographique du 25 novembre 2011 au 15 janvier 2012
« Louis SCIARLI – Photographe du vrai »
sous le parrainage du Baron Jean d’HUART
Chapelle des Pénitents Bleus
boulevard Anatole France – 13600 LA CIOTAT


Pierre Aimar
Lundi 14 Novembre 2011
Lu 1719 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter