Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




9 septembre au 24 octobre 2010, exposition Nordic Delight à l'Institut suédois, Paris

« L'art nordique a toujours oscillé entre la lumière et l'obscurité, le mal et le bien. Ces dernières décennies, de nombreux artistes ont renforcé l'image d'une société sombre. Cet engouement pour l'obscurité est-il une spécificité culturelle ou un phénomène universel ? Rassemblant 17 artistes contemporains, Nordic Delight joue avec les représentations culturelles, les mythes et les paradoxes.


Les oeuvres présentées, à la fois sombres et lumineuses, humoristiques ou macabrement douceâtres, sont surtout allégoriques à l'extrême. Puisant dans le pouvoir magique et révélateur de l'irréel, elles mettent en scène une autre face de la réalité, selon un spectre large allant de la cosmogonie personnelle à la contestation politique et sociale. »
Sinziana Ravini, commissaire de l'exposition
9 septembre au 24 octobre 2010, exposition Nordic Delight à l'Institut suédois, Paris

Les artistes

Contrairement à ce qui fut promu ces dernières décennies, cette exposition témoigne de l'existence d'un autre art nordique, un art qui a abandonné le minimalisme pour le maximalisme (Fredrik Gunve, Patrik Bengtsson, Katarina Nitsch), le politiquement correct pour les jeux de rôle (Joanna Rytel), la monoculture pour des coalitions interculturelles (Goran Hassanpour et Kristina Müntzing) et le réalisme photographique pour une magie surréaliste ou absurde (Daniel Grizelj, Klara Källström et Lovisa Ringborg). Du point de vue du sujet, la focalisation sur le présent cède la place à des mélanges non chronologiques de mythes (Martin Jacobson, Fredrik Söderberg), le nombrilisme fétichiste de l'authenticité à différentes sortes d'autofiction et d'histoires docufictives (Carl Boutard, Ylva Ogland et Maja Hammarén). On notera enfin le mélange anachronique entre les techniques et l'emploi de formes à la fois historiques et contemporaines (Martin Formgren et Pia Mauno). Autant de tendances qui prouvent que, s'il existe une scène nordique dotée de son propre imaginaire culturel, il est également important de révéler son hétérogénéité.

Autour de l'exposition

Vernissage 08.09.2010 / 18:00 - 20:00

Visites guidées.
25.09.2010 + 26.09.2010 / 16:00 (par la commissaire de l'exposition) + 16.10.2010 / 16:30.

Table ronde Le mythe d'un « miracle nordique ». (09.09.2010 / 19:00)
Après une discussion autour du roman collectif comme méthode curatoriale, la commissaire et les artistes de Nordic Delight sont rejoints par des personnalités du monde de l'art suédois et français pour discuter la pertinence aujourd'hui du concept de « miracle nordique », inventé par le critique d'art Hans-Ulrich Obrist en 1998.

Performance. Le hasard dans la production artistique. (25.09.2010 + 26.09.2010 / 17:00)
Au coeur de l'exposition, un comédien, une danseuse et un chorégraphe tentent de piéger le hasard d'après un texte théorique d'August Strindberg.

Projections vidéo en boucle. Le Nord en clair-obscur. (26.09.2010 / 14:00 - 18:00)

Nuit Blanche. Aurora Borealis IV. (02.10.2010 / 19:00 - 02:00)
Inspirée des aurores polaires, l'installation de Dascha Esselius est une projection d'images colorées sur voiles transparents qui bougent au gré du vent. Les images tissées entre elles se transforment en symboles et signes de cultures différentes.

Entrée libre, sans réservation.
Institut suédois
11 rue Payenne
F-75003 Paris
01 44 78 80 20
www.institutsuedois.fr


pierre aimar
Mardi 13 Juillet 2010
Lu 1627 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter