Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




« object studies », Dane Patterson, exposition à la Kogan Gallery, Paris, du 8 janvier au 15 février 2016

Le dessin est très souvent le point de départ de travaux pour de nombreux artistes. Ils l'utilisent pour réaliser des schémas, des croquis ou bien encore des esquisses.


« object studies », Dane Patterson, exposition à la Kogan Gallery, Paris, du 8 janvier au 15 février 2016
Mais dans le travail de Dane Patterson, le dessin est une oeuvre totale, aboutie.
La technique de Dane Patterson est tout à fait spectaculaire, mais c'est moins l'illusion qui nous touche dans son travail que son imaginaire qui finit inéluctablement par nous envelopper.
La dernière série qu’il présente à la Kogan Gallery du 8 janvier au 15 février oscille entre la couleur et le noir et blanc.
On y retrouve des imbrications d'objets et des intérieurs chamboulés. L'entremêlement de ces d'époques grâce au découpage de tous ces objets qui nous entourent présente un univers familier qui tente de nous rassurer, comme par besoin de s'identifier aux choses, mais qui échoue parce que certaines choses dans la vie n'ont pas de sens.
Dans cette série, les combinaisons créées par la rencontre des différents éléments dessinés proposent quelque chose de plus sculptural. La feuille de papier devient un espace neutre, tel un whitecube, tandis que la troisième dimension des objets apparait de manière tout à fait surprenante. L'héritage surréaliste n'est pas négligeable dans le travail de Dane Patterson. Mais c'est un surréalisme un peu tragique qui se dessine, un surréalisme qui tente de nous faire réaliser à quel jeu absurde nous jouons parfois, souvent, tout le temps. Et que l’on peut en rire.

Pratique



Pierre Aimar
Lundi 21 Décembre 2015
Lu 155 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter