Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Yves Marcellin, Artiste-Photographe, expose à la galerie Corrado Bortone, Paris, du 27 février au 7 mars 2017

Yves Marcellin, Artiste-Photographe, est tour à tour, portraitiste et plasticien. Il ne refuse aucune expression figurative ou abstraite dans l’univers photographique ou digital. C’est dans la diversité des approches qu’il entend développer sa démarche créative.


« J’utilise Photoshop en tant qu’espace de création numérique comme un peintre utilise sa palette pour le choix de ses couleurs et de sa matière » explique Yves Marcellin.
Pour lui, la création artistique suppose des manipulations, une recherche, des tâtonnements. Saisir le réel sur le vif l’intéresse modérément.
Sensualité et réflexion sur les méandres de l’âme sont au cœur des tableaux photographiques d’Yves Marcellin. Dans ses portraits, il a la volonté d’accentuer les émotions, les comportements, les expressions, les attitudes, les postures ou les cicatrices de ses modèles.
Pour cette nouvelle série FIGURES LIBRES, il a demandé à « Princesse Zamzam » de poser pour lui. Un modèle improvisé dont il a su capter l’âme et auquel il a conféré un statut d’icône. Cette relation de confiance et de connexion artistique entre le photographe et son modèle se lit dans chacune des œuvres exposées.
Selon l’artiste, le portrait est le résultat d’un travail et d’une combinaison. Le photographe, de manière invariable, modifie le rendu premier de l’image, il bricole, charge de traits, il déforme en multipliant les entrées sensibles.
Ici, il s’attache à retracer un univers protéiforme en intégrant à la représentation de ce corps nu des images tirées de notre environnement immédiat, qu’il soit minéral ou architectural.
Ici, la photographie n’a pas pour mission de « décrire » mais de susciter une émotion en faisant cohabiter plusieurs réalités.
Ici, Yves Marcellin propose une exploration des émotions, des gestuelles et des expressions qui traduisent la personnalité singulière de chaque être humain.

Le critique d’art Paul Ardenne commente la démarche d’Yves Marcellin :

« Portraitiste invétéré, il se défie de l’exactitude photographique. Magnifier ses sujets le sollicite plus volontiers. Cela se manifeste dans l’amour que ce photographe méditerranéen voue à ses modèles féminins. Plus que produire de simples « images » de ceux-ci, qu’il les présente vêtus ou nus, de loin ou de près, dans un paysage ou bien en plan serré, Yves Marcellin opte pour l’extrême beauté.
Comme les pictorialistes d’il y a un siècle, il fait de chacune de ses photographies l’équivalent d’un tableau. La manipulation des couleurs, les palimpsestes optiques nés de la surimpression, l’inscription de certains effets de vitesse ou de déplacement des signes dans ses photographies informent sans détour sur ses pulsions de peintre, sur sa volonté picturale. Le « devenir peinture » de la photographie n’est pas une fiction ou une aberration mais une évolution logique : on peut photographier comme l’on peint, définitivement.
Le régime adopté est, dans son cas, celui de la création pure et impure à la fois. Pure, parce que ce qui compte est de parvenir concrètement à l’image rêvée, dans une perspective antiréaliste voire idéaliste. Impure parce que, contre les tenants impénitents de la photographie comme « preuve » (le « ça a été » de Roland Barthes), on tourne ici le dos à l’impératif de témoigner, voire de signifier.
Les portraits d’Yves Marcellin, pour solde de tout compte ? Un jeu libertaire avec l’image du corps, dans cette logique heureuse, serait-elle, le plus clair du temps, une inaccessible fiction : l’émerveillement »
.

À propos de l’artiste

Yves Marcellin vit et travaille à Ramatuelle. Après avoir été photographe illustrateur pendant 20 ans, il se consacre aujourd’hui à la photographie créative, qu’il aborde comme un art philosophique faisant partie intégrante de sa vie.
Depuis, le travail d’Yves Marcellin a fait l’objet de plusieurs expositions. Plus récemment, il a exposé au Salon international d’Art contemporain de Nice en 2014 et sur les cimaises de l’Atelier des Fées (Ramatuelle) et de la galerie Corrado Bortone (Paris) en 2015. La même année, une exposition monographique lui est consacrée à la Galerie Arles pour les Rencontres de la Photographie d’Arles. En 2016, il est mis à l’honneur à l’Espace culturel du Lavandou.
En 2017, il signe sa deuxième exposition à la galerie Corrado Bortone avec sa série « Figures libres ».
www.yvesmarcellin.com

À propos de la galerie Corrado Bortone

Corrado Bortone a installé sa galerie au cœur du quartier de Saint-Germain-des-Prés pour y exposer ses « coups de cœur ». Peinture, sculpture et photographie sont ses domaines de prédilection. Il expose des artistes confirmés ou qui restent à découvrir.
La galerie a notamment exposé les œuvres de Richard Aujard, Olivier Dassault, Peter Klasen ou encore Thierry Vasseur.
www.bortone-art.com
Vernissage Jeudi 2 mars, de 18h00 à 21h30


Pierre Aimar
Vendredi 13 Janvier 2017
Lu 273 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter