Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Trois Tchekhov ! (La Mouette, Oncle Vania, Trois Soeurs). Mises en scène de Christian Benedetti, Théâtre de La Criée, Marseille, du 14 au 22 Mars 2014. Par Philippe Oualid

Partant de cette réflexion selon laquelle les mises en scène de Tchekhov par Stanislavski au Théâtre d'Art de Moscou, relevaient d'un contresens total, Christian Benedetti choisit d'interroger dans l'ordre de l'écriture: La Mouette, Oncle Vania, et Trois soeurs,


La-Mouette © Srinath-Samar
La-Mouette © Srinath-Samar
en suivant un principe de radicalité et de dépouillement plus ou moins choquant, en transgressant les lois du théâtre pour surprendre le public et le mettre en état de s'interroger, dans une salle qui reste éclairée pendant deux heures, sur sa place de spectateur « devant le capharnaüm d'une répétition ». Il s'agit par ailleurs de mettre en évidence à la fois le sens caché d'un texte, sa force provocante et sa structure dramatique polyphonique où les voix s'entrecroisent dans une lutte impuissante ou une résistance passive à l'évolution du Monde. Ici, la mise en scène plastique (décors, costumes)est volontairement sacrifiée au profit de la mise en scène interne du texte, à partir d'une interprétation dérangeante à souhait.

Ainsi dans La Mouette, les personnages, automates, moulins à paroles, débitent leur rôle à toute allure, chantent en choeur et dansent à la queue-leu-leu, miment des postures érotiques, se considèrent intensément, silencieusement, dans des poses figées, dessinent à la craie les symboles de la mouette, de la maison ou du lac, et adoptent sans scrupules des comportement anachroniques dans un esprit de dérision qui démolit spontanément la crédibilité de leur psychologie. Ici donc, le spectacle outré de l'actrice vieillissante Arkadina, venue passer l'été avec son amant, l'écrivain Trigorine, dans la propriété de campagne où vit son malheureux fils, les désillusions de la jeune voisine Nina, mouette libre qui bat de l'aile, ne sont pas exposés avec la complaisance esthétique qui caractérisait ces rôles.

Dans Oncle Vania, (évocation des désarrois d'un intellectuel raté qui s'est sacrifié pour le bien-être du mari de sa sœur, le stupide professeur Sérébriakov dont la nouvelle épouse Eléna trouble momentanément toute la famille, avant que la vie morne et monotone ne reprenne ses droits), les personnages ne sont plus caractérisés par des détails naturalistes dans la configuration actantielle, mais se trouvent pratiquement réduits à des masques de commedia dell'arte ou à des archétypes de mélodrame ou de vaudeville, excepté Astrov, le médecin écologiste (Christian Benedetti), faux double de Tchekhov qui cherche à se détruire en pleine connaissance de cause. Le temps dramaturgique de cette pièce, traversé d'audacieuses dissonances, se mélange ici au temps réel de manière si provocante que le spectateur s'en trouve ébranlé.

Dans Trois Soeurs, pièce qui repose sur l'inaction, l'ennui dans un village perdu de la vieille Russie, où les officiers de la garnison vont et viennent en s'accrochant à des mots usés, où les trois soeurs perdent l'espoir de retourner à Moscou, la ville de leur enfance, la mise en scène gomme la petite musique nostalgique, les demi-teintes, la sentimentalité élégante, pour faire jouer plutôt l'agressivité, la dureté, l'insolence. Elle accentue les rapports de pouvoir entre les personnages, ou met en valeur leur dialogue de sourds pour faire perdre tout sens directionnel aux répliques, dans un climat de dégradation pénible des êtres et des choses dans le temps. Ici encore Christian Benedetti choisit de questionner le monde de Tchekhov avec une grande économie de moyens, tout en célébrant la force d'une dramaturgie subversive que le public reçoit dans l'indétermination et l'indécidabilité de significations troublantes, difficiles à élucider, mais qui fascinent sans aucun doute!
Philippe Oualid


Pierre Aimar
Vendredi 21 Mars 2014
Lu 197 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 18










Inscription à la newsletter