Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Thomas Jorion, Vestiges d’empire, à l’Hôtel & Spa La Belle Juliette, Paris, jusqu'au 20 mars 2017

Si on est facilement charmé par les couleurs pastels des murs décrépits, l’élégance passée de l’architecture et l’atmosphère surannée qui résonne de lectures et d’aventures exotiques, les photographies de Thomas Jorion nous rappellent surtout un chapitre oublié de l’histoire de France.


Thomas Jorion, Vestiges d’empire, à l’Hôtel & Spa La Belle Juliette, Paris, jusqu'au 20 mars 2017
Pour Vestiges d’empire, exposé à l’Hôtel & Spa La Belle Juliette par la Galerie Esther Woerdehoff, le photographe a passé plusieurs années à parcourir le monde, avec la volonté de faire un portrait sincère de l’ancien empire colonial français et de ses ruines.

Le bagne Saint Joseph en Guyane, l’intérieur d’une villa d’Indochine ou la façade du cinéma Rex d’Oran, voici les traces de cet empire colonial. Tribunal, église, palais, cour d’immeuble, la végétation luxuriante a parfois envahi les bâtiments, jusqu’à engloutir les constructions humaines sous les lianes et les racines. Lieux de mémoire préservés ou bâtiments dont le temps a changé la fonction, tous sont chargés d’une histoire souvent écrite par d’autres. Thomas Jorion a souhaiter les fixer sur ses négatifs afin que les récits qu’ils renferment continuent à vivre.

Photographe français né en 1976, Thomas Jorion vit à Paris et parcourt le monde entier pour réaliser ses paysages singuliers et intemporels, qu’il capture en lumière naturelle à l’aide d’une chambre photographique grand format et de pellicules argentiques. Il choisit comme sujets des lieux en ruines ou délaissés et nous permet de redécouvrir et d’imaginer leur gloire passée, dans un temps révolu. Après plusieurs séries, réunies dans son livre, Silencio, publié en 2013 par les éditions de La Martinière, Thomas Jorion a concentré son exploration photographique sur les anciennes colonies françaises. Vestiges d’empire vient de donner lieu à une grande exposition à la Galerie Esther Woerdehoff et d’être publié aux éditions de La Martinière.

Mécène de la photographie et des jeunes photographes, La Belle Juliette présente des tirages d’artistes dans les chambres et les espaces de l’hôtel. La programmation des expositions est confiée à la Galerie Esther Woerdehoff, située à quelques minutes de l’hôtel, et met en avant les photographes de la galerie, jeunes découvertes ou grands classiques. Située dans un salon chaleureux, la Galerie BJ s’ouvre en saison sur la terrasse secrète du Clos Belle Juliette et son jardin inattendu et propose une escapade photographique et bucolique en plein Paris.

Pratique

Hôtel & Spa La Belle Juliette
92 rue du Cherche-Midi,
75006 Paris



Pierre Aimar
Lundi 9 Janvier 2017
Lu 83 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 196



Inscription à la newsletter




Traduction / translate - cliquez sur sélectionner une langue










compteur html