Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




TIERY B. présente « MASK » au Couvent des Récollets à Paris du 12 au 29 juin 2014 et au Fort Saint-André à Villeneuve-lès-Avignon, du 4 juillet au 21 septembre 2014

La nouvelle exposition de Tiery B., « MASK », sera en tournée exclusive pour l’été 2014 entre Paris et la Provence avec une scénographie de l’artiste et de Frédéric Fontan, le curateur de cet événement.


TIERY B. présente « MASK » au Couvent des Récollets à Paris du 12 au 29 juin 2014 et au Fort Saint-André à Villeneuve-lès-Avignon, du 4 juillet au 21 septembre 2014
Le Couvent des Récollets à Paris accueillera du 12 au 29 juin 2014 l’exposition « MASK » qui se poursuivra du 4 juillet au 21 septembre au Fort Saint-André à Villeneuve-lès-Avignon, du Centre des monuments nationaux. Le choix de ces deux lieux s’est fait naturellement dans la continuité de l’exposition « Tiery B. » à Montréal, qui s’est déroulée en l’église désacralisée Sainte-Brigide de Kildare, confirmant le goût de cet artiste pour les lieux atypiques ou chargés d’histoire.

Pour cette exposition « MASK », Tiery B. a repris le principe du triptyque, pour l’étendre à une série d’une vingtaine d’oeuvres. Ici, des masques. Et leur étrange pouvoir de fascination, qui efface la mémoire, supprime l’identité - le narcissisme - et laisse venir les choses inconnues. Selon l’artiste, dans cette série, « l’anxieuse fixité d’un visage faunesque à la main découvrant dans sa paume un oeil quasi vivant, fantastique, imposant son empire effrayant et renvoyant le poète, le photographe, à son propre labyrinthe. ».

Des textes liés à la thématique du masque et sélectionnés par l’artiste seront également visibles, ainsi que des projections, sur le parcours des visiteurs du Fort Saint-André.

Tout en les respectant, l’exposition produite par Alfalibra investit audacieusement les deux lieux.

Notes sur « Mask »

Tiery B. a bâti son oeuvre sur une seule image, celle d’un frère d’élection, dont le rôle symbolique s’est constamment amplifié, à travers une écriture romanesque d’abord (Le Frère préféré - Editions Héloïse d’Ormesson - 2008), photographique ensuite - dans une quête du renoncement à la mémoire au profit de la sensation.

Absence de narration, de rapport de l’image à son objet (souvenirs) - des images entre elles - qui formaient autrefois comme un journal intime. Le photographe s’en tient dorénavant au fait. Et à la figure, qu’il isole, transmet directement, en évitant le détour d’une histoire à raconter. Ni figuration, ni abstraction, seulement des formes sensibles rapportées à la sensation. Et le passage de l’une à l’autre, leur étreinte, la résonnance qu’elle en tire : le rythme. L’impression de temps. Et comme toujours chez Tiery B., de ralenti, pour mieux faire apparaître la beauté, faute de l’arrêter et de la fixer. De calme aussi. Le contraire du sensationnel, de la figuration primaire, du spectacle.

L’artiste a repris le principe du triptyque, pour l’étendre à une série d’une vingtaine d’oeuvres. Soit un maximum d’unité de lumière et de couleur (noir et blanc) pour le maximum de division des figures. Ici, des masques. Et leur étrange pouvoir de fascination, qui efface la mémoire, supprime l’identité - le narcissisme - et laisse venir les choses inconnues.

Dans cette série, l’anxieuse fixité d’un visage faunesque à la main découvrant dans sa paume un oeil quasi vivant, fantastique, imposant son empire effrayant et renvoyant le poète, le photographe, à son propre labyrinthe.

Par sa seule présence, il vous sera peut-être permis de traverser en rêve les murs de l’ancien couvent des Récollets et du Fort Saint-André, miroirs par où le spectre voluptueux de la mort entre et sort, et se glisse dans le plaisir.

Le Fort Saint-André, monument national

« Occupant un éperon rocheux dominant le Rhône, faisant face au Rocher des Doms et à ses prestigieux monuments, le Fort Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon est indissociable de l’histoire de cette terre qui fut jadis une terre de frontière, et donc de conflit, et qui est à présent une terre de culture, c’est-à-dire de partage. Sa visite constitue un complément indispensable à celle des grands sites de patrimoine et de création qui font chaque année d’Avignon et de ses environs le rendez-vous de tous ceux qui sont convaincus que l’héritage monumental du passé inspire les artistes d’aujourd’hui autant qu’il s’enrichit de leurs œuvres. C’est au nom de cette conviction, qui a scellé le destin du Festival d’Avignon depuis Jean Vilar mais aussi celui de la toute proche Chartreuse, que j’ai souhaité qu’un artiste de la plus jeune génération vienne investir le Fort. Je suis heureux que Tiery B. ait accepté de relever ce défi et ouvre ce que j’espère être une longue série d’interventions destinées à replacer un monument incomparable, demeuré trop longtemps à l’écart de la vie culturelle du territoire qui l’entoure, parmi les lieux où se déchiffre le monde d’aujourd’hui et où s’invente celui de demain. ». Philippe Bellaval – Président du Centre des monuments nationaux - au sujet de l’exposition “MASK” de Tiery B. et du Fort Saint- André.

A propos du Centre des monuments nationaux

Le Centre des monuments nationaux est un établissement public administratif placé sous la tutelle du ministre de la Culture et de la Communication. Il conserve, restaure, gère, anime, ouvre à la visite près de 100 monuments nationaux propriété de l’Etat. Tous illustrent par leur diversité, la richesse du patrimoine français de toutes les époques : abbayes, châteaux, grottes préhistoriques, sites archéologiques...

Avec plus de 9 millions de visiteurs par an sur l’ensemble de son réseau, le Centre des monuments nationaux est le premier opérateur culturel et touristique public français.

Le Centre des monuments nationaux rassemble 1300 agents au service du public. Son budget total annuel est de 130 millions d’euros alimenté essentiellement par ses propres ressources (billetterie, locations d’espaces, recettes issues des boutiques et des Éditions du patrimoine, mécénat) mais aussi par une subvention du ministère de la Culture et de la Communication dont les deux tiers sont destinés aux opérations d’entretien et de restauration au titre des nouvelles compétences du Centre en matière de maîtrise d’ouvrage.
www.monuments-nationaux.fr

Le Couvent des Récollets, monument historique

Situé à l’actuel Faubourg-Saint-Martin, le Couvent des Récollets voit le jour grâce à l’appui de Henri IV et de Marie de Médicis au XVIIème siècle. Batîment d’ordre religieux, il sera à la Révolution réquisitionné par la garde nationale et deviendra quelques années plus tard l’hôpital militaire Saint-Martin. L’hôpital fermera ses portes en 1968 et sera évacué en 1971, suite aux constructions alentours permettant d’ agrandir la Gare de l’Est.
Après de nombreuses dégradations, destructions de deux ailes en 1973 et incendie dans les années 90, l’ancien Couvent des Récollets fût finalement restauré par la Régie immobilière de la Ville de Paris.
Le bâtiment, classé aujourd’hui aux Monuments Historiques, accueille différentes entités telles que l’Ordre des architectes d’Île-de-France, le Centre International d’accueil et d’échange des Récollets, et la Cité européenne des Récollets

A propos de Frederic Fontan, curateur et scénographe de « MASK »

Curator, scénographe et artiste, son parcours a croisé Béjart, Molloy, Boulez, Eschenbach, Besson, Savary, Kusama, Naundorf, Hiroaki, qui lui ont apporté une cross-culture sans limite pour aborder la création. Dernièrement, il signe Sosei Karuga, un opéra japonais, le film My Butterfly Dreams, les choreographies de Révolution à L’Olympia. Côté exposition récente, on peut citer Happy versus Nappy, Double Je avec Ali Mahdavi, Transegeria au Canada, Angels VS Aids, -M- o W avec Matthieu Chedid et “Frimousses de Créateurs” au Petit Palais. En parallèle, Master en communication et marketing à Paris II, il est directeur de création en communication pour des maisons de luxe comme Chaumet, Bulgari ou Hermès, marques premium et groupes de publicité.

Infos pratiques

Couvent des Récollets
148 Rue du Faubourg Saint-Martin
75010 Paris
Tel : 01 53 26 10 60
Entrée Gratuite - Du mardi au dimanche de 10h à 18h

Fort Saint-André
30400 Villeneuve-lès-Avignon
Tél : 04 90 25 45 35
Accés payant, Plein tarif : 5,50 € Tarif réduit : 4 € - Du lundi au dimanche de 10h à 13h et de 14h à 18h


Pierre Aimar
Vendredi 31 Janvier 2014
Lu 525 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter