Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Savoie. Les Arts Jaillissants : la jeunesse a la montagne. Premier week-end riche en émotions

Pour fêter leurs 25 ans, Les Arts Jaillissants ont révélé de jeunes artistes prometteurs.


Le Quatuor Girard et Martin Steffens dans les alpages © DR
Le Quatuor Girard et Martin Steffens dans les alpages © DR

Avec trois jours de concerts et rencontres consécutifs (14, 15 et 16 juillet), le premier week-end du festival a tenu toutes ses promesses aux portes de la Maurienne. Inauguré par Emilie Bonnivard, nouvelle députée de la Savoie, ce rendez-vous a rassemblé un demi millier de spectateurs dans l’espace Grand Arc Lauzière au cours de six moments hors du commun.
Pour ouvrir l’édition 2017 sur le thème du « Bonheur », fidèle à sa longue tradition, le festival Les Arts Jaillissants accueillait de jeunes élèves musiciens savoyards qui se destinent à une carrière professionnelle. Jadis, ses fondateurs, Bernard et Jean-Marc Villermet, ont ouvert la scène de Montsapey aux frères Renaud et Gauthier Capuçon, ainsi qu’à de nombreux lauréats des Victoires de la Musique ou de concours internationaux. Vendredi dernier, le petit concert en famille, « Il concertino in famiglia », a permis aux jeunes de faire la fête ensemble et de se retrouver autour de projets artistiques de toute première grandeur.

En matinée, Blanche Giraudon, danseuse âgée de 16 ans, qui vient de réussir brillamment son entrée au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse à Paris, présentait un moment de grâce et de beauté capable d’instaurer un dialogue fécond entre l’âme et le corps lorsque les pratiques artistiques rencontrent la spiritualité. Elle était entourée de ses cousines, également danseuses, et accompagnée au violoncelle par Emilie, sa tante. L’être et le mouvement : un instant de bonheur.
En soirée, le Trio Lekeu, qui porte le nom du compositeur Guillaume Lekeu décédé à l’âge de 24 ans en 1894, faisait une entrée remarquée sur la scène du festival : Toscane (violon), Eva (piano) et Samson Lequeux (violoncelle) - c’est leur vrai nom - sont âgés de 15 et 16 ans. Formés au CRR de Chambéry, puis au conservatoire de Lyon, ils évoluent désormais à Paris. Lauréat du Festival des Arcs 2015 et du Prix des Neiges 2016, ce jeune ensemble a brillé dernièrement au Printemps musical de Lyon 2017. Originaire de Saint-Jean-de-Maurienne, le pianiste Alexandre Blanc a ensuite ravi le public des Arts Jaillissants : âgé de 23 ans, formé dans les CRR de Chambéry et Lyon, il pratique actuellement la Haute Ecole de Musique de Lausanne. Tous ont été plébiscités à Montsapey dans un élan de jeunesse très rafraîchissant.
Le lendemain, en suivant Pascale Dubois, guide-conférencière, et Laurence Mary, administratrice de la Fondation FACIM, le public s’est retrouvé au cœur des alpages de Montsapey autour d’autres jeunes artistes, le Quatuor Girard (cordes) composé de quatre frères et sœurs, et l’écrivain Martin Steffens. Cette belle rencontre a permis de (re)découvrir les textes de Monique Clément tout en dégustant des produits de terroir : la Tomme de Montsapey préparée par l’alpagiste Daniel Milesi, et le Beaufort offert par Rémy Blanc, Président de la Coopérative Laitière de La Chambre. En soirée, artistes et public se retrouvaient à l’église pour entendre « Les Sept Paroles du Christ en Croix » de Joseph Haydn. Un autre grand moment.
Toujours placés sous le signe de la jeunesse à la montagne, au cours d’une troisième journée festive, Les Arts Jaillissants ont plébiscité le pianiste Adam Laloum, Soliste Instrumental de l’Année aux Victoires de la Musique 2017. Avec l’Orchestre des Pays de Savoie placé sous la direction de Nicolas Chalvin, les artistes ont été longuement ovationnés en interprétant des œuvres signées Strauss, Mozart et Haydn : « Prima la Musica » !
Ces trois jours de fête ont aussi été marqués par le vernissage de l’exposition « Regards », en présence de Daniel Légat, photographe aventurier qui a parcouru les différents continents de la planète. Par ailleurs, à la périphérie du festival, le photographe Malou Hippolyte Blak expose en plein air des travaux réalisés avec les jeunes des portes de la Maurienne. Les Arts Jaillissants se poursuivent jusqu’au 30 juillet.

Tel OT : 04 79 36 39 34
Programme sur le site internet : www.les-arts-jaillissants.fr


Les arts jaillissants
Mercredi 19 Juillet 2017
Lu 240 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 78





Inscription à la newsletter