Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Quatre-vingt-dix-neuf, Tristan Villers, peintures, Espace provisoire, Mirabeau (04), du 15 décembre 2012 au 19 janvier 2013

On trouve un intérêt à tout ! Un appareil photo posé là, une paire de lunettes, des allumettes, un dessous de plat, des montagnes, un jardin. Tout quoi. Un paquet de chips, une bouteille de pastis,du feu...
Tout.


Sans ttitre (Corbeaux n°5) - Huile sur toile - 230x190cm - 2008
Sans ttitre (Corbeaux n°5) - Huile sur toile - 230x190cm - 2008
L'intérêt il est là, c'est bien. Mais l'intérêt seul (…)
Un « bon ami » à moi disait en avoir assez que la problématique de sa peinture tourne autour du fait d'accorder un rouge à un vert, un bleu à un jaune, alors que dehors les gars se foutent sur la gueule, crèvent la dalle (…) Sans nul doute en avait-il marre de regarder le monde par la fenêtre de l'atelier; ce monde il devait rentrer, faire partie de sa recette, de sa mélasse, ressortir vivant, être, exister ou même être montrer du doigt !

De l’art engagé ? Je ne sais pas. Un artiste n'est pas un militaire, mais il n’est pas autiste non plus : le monde chamboule pour peu qu’on y prête attention...
Dans mon travail je ne veux même pas prendre part de façon directe, ni faire échos à une actualité déjà tronquée, de toute façon mes motifs ne viennent pas de là.
D’où ? Bonne question !
D’un temps révolu où les gens se baladaient tous en robe, même les hommes. Ils ont des formes étranges, carrées.
Des moines, des ermites. des culs de jatte...
Des vous et moi.
Une cour des miracles qui derrière ses apparences pathétiques cache, pour moi, une volonté d’y voir clair, une joie de peindre aussi.
Tristan Villers


Pierre Aimar
Samedi 8 Décembre 2012
Lu 511 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter